Abraham Serfaty: rétrospective d'un combat

Publié le par Adriana EVANGELIZT

 

 

 

Abraham Serfaty: rétrospective d'un combat 

 

par Ahmed Amri

 

Son Blog

 

  

 

A l'âge de 84 ans, Abraham Serfaty s'est éteint ce jeudi 18 novembre à Casablanca. Le juif, marocain et rebelle, l'Insoumis -comme il titrait à peu près l'un de ses livres (1) a été inhumé là où il est né. C'est le fruit de l'une de ses dernières batailles, dans le parcours épique de ce militant de tous fronts. Sa vie marquée de dons prodigieux, de sacrifices, le lourd tribut qu'il a payé pour défendre la justice, le progrès et la liberté, son soutien sans nuance à la libération de la Palestine, ce combat exceptionnel entré dans la légende fait d'Abraham Serfaty un moment incontestable de la conscience humaine.


abraham.jpg
«Le sionisme est avant tout une idéologie raciste. Elle est l’envers juif de l’hitlérisme... Elle proclame l’État d’Israël, «État juif avant tout», tout comme Hitler proclamait une Allemagne aryenne »
Abraham Serfaty - Ecrits de prison sur la Palestine (éditions Arcantère-1992)



Un révolutionnaire-né

Né le 16 janvier 1926 à Casablanca, Abraham Serfaty avait tout pour se la couler douce. Mais il est né insoumis! Comme d'autres peuvent naître coquins, colonisateurs ou dictateurs. Affranchi de toute chaîne qui ne soit pas trempée d'amour et de combat et forgée de ses propres mains, il a fait de sa vie une épopée des plus glorieuses dans l'histoire de l'engagement social et intellectuel des temps modernes. De longue date entré au panthéon de l'opposition marocaine, son combat antisioniste sans failles, son soutien sans nuances à la libération de la Palestine, son refus de tout compromis lorsqu'il s'agit de défendre des causes justes l'élèvent à un autre rang: Serfaty n'est pas seulement du Maroc du Maghreb ni de l'Afrique, bien que de ce temps-ci précis. Il est de l'univers en entier, c'est-à-dire de cet autre monde qu'il revendiquait lui-même et qui à son tour le revendique désormais.

Dans sa famille, il semble que la foi révolutionnaire se transmet de père en fils, comme l'amour de la patrie (2) et de la justice. Son père était de gauche, indépendantiste et antisioniste, sa mère aussi, ne fût-ce que dans l'éducation de ses enfants qui lui incombait en grande partie. Si bien que lorsqu'il grandit et que sa condition d'homme multidimensionnel le met à la croisée des chemins, c'est cette voie-là et la foi qui lui est sous-jacente qui seront les siennes.

Ingénieur à un moment où ce titre assure à son porteur une existence de cocagne, Abraham refuse l'opportunité de la vie aisée et troque la prospérité assurée pour la justice et la liberté, l'idéal révolutionnaire qui n'admette de richesse ni d'eldorado que partagés.

En 1944, âgé de 18 ans, il adhère aux JCM (Jeunesses Communistes Marocaines). Puis un an plus tard, ses études le menant à Paris, il rejoint le PCF (Parti Communiste Français). Sous la bannière rouge qui sera toujours la sienne, quels que soient l'aile, le lieu et la dénomination du parti, il s'engage tôt dans la lutte pour l'indépendance de son pays. Les études terminées, il rentre au Maroc pour adhérer au PCM (Parti Communiste Marocain (3)) et continuer le combat anticolonialiste. En 1950, alors qu'il a 24 ans, marié et père d'un fils encore bébé, il fait le baptême de la prison. Pour des activités syndicalistes à Casablanca. Deux mois seulement pour l'initiation à l'épreuve parce que sa jeunesse et son intelligence ont dû plaider pour lui. Toutefois, sitôt libéré il est assigné à résidence avec sa femme, sa sœur Evelyne et son bébé pour cinq ans en France.

Cependant celui qui est né Insoumis n'est pas fait pour se corriger. Ni sous l'occupant français ni, quand cet occupant sera parti, sous la monarchie indépendante.


Rentré au pays en 1956, alors même qu'on l'appelle à participer à l'édification du nouveau Maroc -les diplômés de l'École nationale supérieure des Mines de Paris n'étaient pas légion à ce moment crucial de l'indépendance - et qu'il prend part à la mise en place des institutions de l'État dans le domaine qui relève de sa formation et ses compétences, Abraham Serfaty continue son combat politique, refuse, malgré son côté alléchant et toutes les opportunités offertes, une allégeance qui l'aliène, ôte à l'insoumis sa tête, son I.

Les années de plomb

De 1960 à 1980, le Maroc vit une sombre période marquée de vagues successives de répression: les années de plomb. Autant ces années permettront à Abraham Serfaty d'inscrire dans l'histoire marocaine la bonne part de son épopée d'Insoumis, autant elles le marqueront lui et les siens de leurs douloureuses séquelles.

En 1965, au lendemain des émeutes de Casablanca, on l'arrête et torture une première fois. C'est l'année même où est kidnappé à Paris, puis tué on ne sait où, Mehdi Ben Barka.

 

-BEN-BARKA.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  C'est aussi l'année qui marque les dissensions puis la dislocation conjugales chez les Serfaty. Joséphine, sa première femme, ne partage plus la foi révolutionnaire. Elle la trouve trop coûteuse, l'Insoumis n'étant pas près de tempérer son zèle politique. Elle le quitte et part en France pour s'y remarier quelque temps plus tard. C'est un moment difficile dans la vie d'Abraham. Joséphine lui laisse leur fils tout jeune encore; il doit lui donner un peu de son temps même si ses parents sont là pour alléger un tel souci. Mais il n'en varie pas d'un iota sa ligne politique, la force de son engagement.

Deux ans plus tard, avant, durant et après la guerre des six jours, beaucoup de proches et d'amis s'éloignent à leur tour. Les uns émigrant directement en Israël, les autres allant s'installer en France. Le sachant damné antisioniste, on n'ose pas lui faire la morale de ce côté-là. Néanmoins beaucoup lui conseillent de se réfugier momentanément en France, alléguant de la présomption que la vie des juifs au Maroc pouvant connaître des moments difficiles. L'Insoumis ricane; il est justement fait pour ces moments-là et tous les moments difficiles! Il restera au Maroc, et debout, non seulement pour infliger un démenti à ceux qui propagent le mensonge et la terreur en vue d'inciter les juifs marocains à quitter le pays, mais pour enrayer aussi la fuite, autant qu'il le peut, contrecarrer le mouvement de trahison qui le fait énormément souffrir (4). Son père, à cette époque-là encore vivant, lui dit et redit que le sionisme est contraire à la religion. Abraham se gausse de la religion mais des juifs, non. Le judaïsme authentique, non perverti, n'a rien à voir avec le sionisme. Ce sont deux voies distinctes et, pour lui comme pour beaucoup d'autres juifs, diamétralement opposées. Il restera au Maroc avec quelques milliers d'indéracinables, répartis dans tout le pays, pour partager avec leurs frères de la majorité musulmane le bon et le pire.

Directeur, et solidaire des gueules noires

En 1968, alors qu'il est directeur de département à l'Office Chérifien des Phosphates, éclate une grève des mineurs de Khouribga (5).

 ocp2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Et parce que n'est pas Insoumis qui veut, ce directeur se dit solidaire des grévistes! Conformément à sa position sociale, à son statut dans la hiérarchie des rapports de production, il aurait dû se ranger du côté de sa bourse, du capital qu'il est censé incarner de par son titre.

 ocp.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Mais cela l'aurait discrédité vis-à-vis du cœur. Cet organe, chez Serfaty plus que tout autre, est à gauche. Et c'est la voix du cœur, du révolutionnaire engagé, qui a primé sur celle du fonctionnaire. On ne lui pardonne pas d'avoir ainsi craché sur la soupe: il est immédiatement révoqué. Cependant ses compétences et son diplôme lui permettent de trouver presque dans les jours qui suivent un poste d'enseignant. Il est nommé à l'École d'ingénieurs de Mohammedia (6) où il restera jusqu'en 1972. Sans doute beaucoup moins payé qu'il ne l'était dans les phosphates. Néanmoins les amphis ont sur les bureaux l'avantage d'être plus aérés. Politiquement parlant. Ce qui compte plus que l'argent pour le révolutionnaire intègre.

Ila Al Amame (En avant!)

Fidèle au parti communiste marocain pendant près de 20 ans, Abraham n'est pas non plus de ceux qui se complaisent dans le suivisme idéologique crétin et refusent d'évoluer. Il a beau critiquer la sclérose et appeler à en sortir, on ne l'entend pas. En 1970 il décide de quitter le PCM avec d'autres camarades dissidents pour constituer Ila Al Amame (7). C'est une organisation politique d'inspiration marxiste-léniniste, plus à gauche et soutenant la cause sahraouie, mais clandestine. Avec des militants de la stature de Abdellatif Laâbi, Abdellatif

 Abdellatif_Laabi.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Zéroual, Raymond Benhaïm, entre autres, le combat politique peut se radicaliser, envers et contre toutes les appréhensions, les mises en garde, les risques somme toute plus ou moins calculés. La naissance, 4 ans plus tôt, de la revue bilingue "Souffles", le ralliement d'une légion d'intellectuels marocains et d'autres pays faisant de cette publication une référence tout autant que le QG de la gauche militante de 66 à 72, vont permettre à Serfaty et ses camarades de cristalliser autour de l'engagement les énergies créatrices de tous les domaines. Poésie, art, cinéma, recherche scientifique seront pour 7 ans les armes indissociables du combat politique.

 

 

 

 

souffles.logo.gif



 

 

 

 

 

Chasse à l'homme et répressions
Mais la dictature ne tarde pas à frapper. En 1972, prétextant d'un complot contre la sûreté de l'État, la revue Souffles est saisie et interdite. La répression s'abat sur les plumes associées à son nom comme sur tous les militants de l'organisation

 

 

Ila Al Amame. Des arrestations en masse s'effectuent: 81 personnes à Casablanca, 150 à Kénitra. D'autres suivront encore. Ce n'est pas tout à fait le Chili de Pinochet, et ce Chili n'est pas encore né en 72, mais rétrospectivement le climat est le même. Le Maroc où, malgré tout, on pouvait dire qu'il y faisait bon vivre devient méconnaissable.

Abraham Serfaty et Abdellatif Laâbi sont arrêtés une première fois , le 27 janvier 72, et sauvagement torturés. La jeunesse marocaine et leurs enseignants ne tardent pas à réagir: de larges manifestations lycéennes et estudiantines éclatent au pays, demandant leur libération. Le 25 février, face à l'ampleur de ce mouvement de solidarité, les autorités cèdent et les relâchent. Mais ce ne sera qu'une liberté provisoire. Serfaty entre à temps dans la clandestinité avec Abdellatif Zéroual et d'autres camarades d'Elal Amame. Laâbi et beaucoup d'autres sont de nouveau arrêtés à la mi-mars et reconduits au centre de torture de Derb Moulay. Le mouvement des lycéens et des étudiants étant entretemps brisé à la faveur d'une vaste répression, tous les libérés de 25 février qui ont pu être retrouvés sont de nouveau sous les verrous. En août 73, Laâbi est condamné à dix ans de prison (8). Quatre-vingt autres inculpés écopent de peines allant de 18 mois de réclusion à 15 ans.

Christine Daure-Jouvin: pour le pire et pour le meilleur

Christine Daure-Jouvin est une Française qui enseigne l'histoire et la géographie au Maroc, à titre de coopérante. Abraham Serfaty lui doit deux ans de répit, ou plutôt de sursis. C'est elle qui l'aide lui et Abdellatif Zéroual, en ce moment très difficile où l'assistance même d'un ami, d'un proche, est susceptible d'attirer beaucoup d'ennuis. Généreuse (est-elle déjà éprise d'Abraham?) Christine leur trouve d'abord un appartement pour s'y planquer et, envers tous les périls, chaque fois que cela est nécessaire, elle assure la liaison entre eux et le monde extérieur. C'est elle aussi qui, des années plus tard, sera la nouvelle femme d'Abraham et se battra pour le sortir du trou.

En août 73, jugé par contumace Abraham apprend qu'il a été condamné à la réclusion à perpétuité (9).

Réclusion à la perpétuité!
Il a 48 ans, Abraham Serfaty. Il n'est plus tout à fait jeune mais il a encore de belles années devant lui, de belles s'il les veut ainsi: il a encore la possibilité de fuir le Maroc. On le lui dit et demande, à commencer par celle qui l'aime.
Mais Abraham a beau être libre encore, beau aimer Christine, il ne peut se délier de ce qui l'attache à son pays, à ses camarades, à son peuple. Aussi refuse-il de s'enfuir.

Et les rafles se poursuivent, de même que les recherches. La dictature ne l'oublie pas ni lui ni son fils; on ratisse là où on les suppose joignables et tous les moyens sont bons pour mettre le grappin dessus. C'est ainsi que le 26 septembre 1972, on arrête sa sœur Evelyne, sans autre motif que son lien de parenté. Et ce que la police espère tirer d'elle en l'interrogeant. Sur les huit jours qu'elle passe en "garde à vue", trois lui seront fatals. On la torture, et même si l'adjectif est de trop, sauvagement (10). Mais elle est incapable de fournir la moindre information: en vérité, elle sait bien où se cache son frère ; et magnanime, de la même trempe qu'Abraham, elle ne dit rien. Ce qui donne aux tortionnaires le prétexte à plus de rage. La barbarie est telle qu'elle condamne la victime à la mort. Pas que la victime directe, en fait. Le père lui-même, profondément affecté par cette épreuve meurt de désespoir en 73. Et sa fille le suivra un an plus tard, succombant aux séquelles incurables de son supplice.

1974: c'est sans doute la mort de sa sœur, la peur aussi pour son fils et pour Christine qui décideront Abraham Serfaty à sortir de la clandestinité et se rendre à la police. En réalité, son fils ne sera pas épargné, au moment venu. Et Christine elle-même doit payer le tribut qu'on lui impose, à titre de complice. Arrêtée à la même période, elle subit pendant des jours et des jours d'interminables interrogatoires avant d'être condamnée à trois ans de prison (15). Au terme de cette peine, considérée comme personna non grata, elle est immédiatement expulsée vers son pays. Mais un autre combat l'attend en France. Nous y reviendrons.

Abdellatif Zéroual: la passion du fils et du père

Dans tout parti, toute organisation politique, il y a des hommes à qui incombe la tache de secouer les têtes, d'agiter la pensée. Quoique Ilal Amame compte d'innombrables intellectuels, et des meilleurs au Maroc, de par sa formation philosophique et sa connaissance encyclopédique du marxisme-léninisme, Abdellatif Zeroual est de ceux qui ont le plus voix, dans le domaine théorique. La scission qui est aux origines d'Ilal Amame doit ses fondements à cette voix.

abdellatif_zeroual-copie.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Né à la ville de Berrechid (à 30 km de Casabalanca) le 15 mai 1951, Abdellatif Zéroual est, d'après tous les témoignages, un surdoué, d'une intelligence rare. A 10 ans, il obtient son certificat de fin d'études primaires; à 17 ans, il est bachelier en lettres. Il s'inscrit en philosophie à la Faculté des Lettres de Rabat. Après la licence, il rejoint l'École Supérieure de Formation de Professeurs. Nommé dans un lycée de Settat (57 km de Casablanca, sur la route de Marrakech) il a juste le temps d'y enseigner pour une année, avant d'être contraint à la clandestinité en 72.
Abdellatif Zeroual est de ceux qui ont rejoint très jeunes Ilal Ameme: son adhésion est enregistrée alors qu'il a juste 19 ans.
On ignore dans quelles conditions au juste il est retrouvé par la police. Mais celle-ci a dû arrêter son père et elle aurait arrêté sa mère aussi, sans la maladie de cette dernière. Et alors que le père est détenu au derb Moulay Cherif, le 5 novembre 74, la police réussit à Kidnapper Abdellatif et le conduit dans une cellule voisine de celle de son père. De sorte que celui-ci entend tout ce qui se passe et subit au-travers de son fils les pires douleurs qu'on inflige à celui-ci. Ils l'ont menacé de tuer son père et lui ont infligé des sévices tels que le père l'entend hurler jusqu'au matin.
Ce père est relâché au lever du jour, les yeux bandés, quelque part dans la banlieue de Casablanca. Il attendra le procès de 77 pour apprendre de la bouche des compagnons de supplice la mort sous la torture de son fils.
Le 14 novembre, un cadavre est déposé à l'hôpital Avicenne de Rabat sous le nom de Bakali. C'est le cadavre de Abdellatif Zéroual mort au bout de 10 jours de torture . A ce jour, personne ne sait où Abdellatif Zéroual est enterré.

Le calvaire d'Abraham

Durant trois années des plus longues et pénibles, dont 14 mois où personne ne saura s'il est mort ou vif, Abraham Serfaty est gardé à vue au derb Moulay Cherif. A la fois commissariat, centre de torture et pénitencier de triste renommée situé à Casablanca, Moulay Cherif est l'enfer sur terre (12), le passage obligé de tous les damnés du royaume, le purgatoire où les pires atrocités sont permises. Tous les survivants des cachots de l'âge barbare, les années de plomb, vous diraient: "la perpétuité ailleurs, et pas un jour au Moulay Cherif. Les rescapés devenus fous ou invalides ont eu au moins la chance d'en sortir vivants. D'autres n'ont pas eu cette chance (13).
Pour avoir une idée sur la torture selon les normes en vigueur au Moulay Cherif, deux témoignages annexés à ce texte méritent d'être lus: Laâbi et Serfaty nous y restituent quelque chose de ce qu'ils ont souffert, à deux ans d'intervalle.

Le procès et le cri des insoumis

En octobre 77, Abraham est enfin jugé. Jugé n'est pas le mot qui convient ici, et pour cause! Mais même si les dés sont déjà jetés pour lui depuis trois ans déjà, condamné à perpétuité et n'attendant que la confirmation du jugement prononcé, il veut sceller à sa façon ce procès, avant de regagner pour la perpétuité sa cellule. Dans la salle, quelqu'un a crié à la face de ce juge: " fasciste!" Le juge en devient pâle de colère et crie: "celui qui a dit "fasciste" a-t-il le courage de se lever?" Et c'est alors toute la salle qui se lève, 138 inculpés debout!
" Deux ans de plus à chacun! s'écrie le juge, pour outrage à magistrat!"
Une femme dont le fils est déjà condamné à la prison à vie commente: "il les passera au paradis, ces deux ans supplémentaires!"
Et le juge n'en est pas quitte. Abraham Serfaty veut dire un dernier mot et il obtient la parole.
“Vive la République sahraouie! clame-t-il. Vive la République marocaine! Et vive l’union du Maroc et du Sahara!”
Les peines totalisées des 139 inculpés sont de 30 siècles de prison!

La soeur de Jamila et Dalal: Saïda Menebhi

En 72, lors de la première arrestation des "frontistes", Saïda Menebhi était encore étudiante angliciste à l'Université de Rabat. Active au sein de l'UNEC (L'Union Nationale des Etudiants du Maroc), les manifestations et grèves qui ont conduit au relâchement de ses camarades sont en grande partie son oeuvre. Épargnée par la première vague de répressions, elle a eu encore le temps de finir une formation pédagogique et d'enseigner dans un collège à Rabat, pendant près de deux ans. Bien que l'organisation Ila Al Amame soit officiellement dissoute, Saïda continue de militer sous sa bannière de façon clandestine, parallèlement à sa lutte au sein de l'UMT (L'Union Marocaine des Travailleurs).
C'est le 16 janvier 1974 qu'elle est arrêtée avec trois autres femmes: Rabea Fetouh, Fatima Akacha et Pierra di Maggio (14).

saida%2Bmenebhi.jpg

Comme les hommes, elle connait la torture et le cachot au derb Moulay Cherif. Puis, fin mars, après déposition devant le juge d'instruction, elle est transférée vers la prison civile de Casablanca.
Le jour du jugement, sous les applaudissements de ses camarades, elle dénonce la condition d'oppression dans laquelle vivent les femmes marocaines. A la peine initiale de 5 ans de prison qui la frappe, le juge lui additionne deux ans encore pour outrage à magistrat!

Ce n'est pas tout: Saïda, Rabea, Fatima et Abraham sont condamnés aussi à l'isolement. Outrage oblige!

Le 10 novembre 1977, tous les prisonniers politiques du Maroc entrent en grève de la faim. Objectif: sortir les "parias" de leur isolement, obtenir le statut de prisonniers politiques et améliorer les condition de détention (16).
Saïda Mennebhi a déjà participé à une grève de la faim au moment de sa longue garde à vue pour demander avec ses camarades que leur jugement soit fait. Cette fois-ci, la grève est faite pour elle en partie, mais cela ne l'exempt pas de l'honneur de participation. La grève est fixée à 40 jours. Saïda ne peut pas mener ce combat à son échéance. Le 11 décembre, après 44 jours de grève, elle meurt faute d'assistance et de soins (17).

lettre%2Bsaida.gif

Lettre de Saïda Mennebhi à ses parents

Le calvaire et son supplément

Alors qu'Abraham purge sa peine à la prison de Kénitra, minée par l'épreuve qui ne lui donne aucun répit, sa mère meurt de désespoir, comme son mari par le passé.
En 1982, un supplément s'ajoute au calvaire d'Abraham Serfaty. Son fils unique est arrêté, torturé et condamné à deux ans de prison. A sa libération, il se trouve presque seul, dans un pays qui a dévoré tous le siens. Fort heureusement, un copain de jeunesse dont le père était ministre, Driss Bahnini, lui tend la main. Grâce à cette amitié, Maurice peut remonter la pente. Aujourd'hui vivant à Montréal, s'il ne se plaint pas au plan matériel, il n'a pas tout à fait guéri de son épreuve. Il porte encore les séquelles indélébiles de ces années de souffrance.

Christine: le combat continue

Expulsée vers son pays, Christine Daure-Jouvin y trouve l'aubaine qui lui permet de se battre sur ce front extérieur et être encore utile à celui qui croupit en prison. L'épreuve de clandestinité a fait des deux amis des amants soudés et la prison n'a pu que renforcer davantage cette liaison.

chris%2Bserfaty.png

Dès 81, à l'arrivée des socialistes à l'Élysée, tirant profit de son amitié avec Danielle Mitterrand, Christine met tout son poids pour engager la diplomatie française dans sa bataille. C'est un travail de longue haleine et qui demande beaucoup de courage et de patience. En 85, Christine est autorisée à se marier avec Abraham: la célébration de leur mariage a lieu sous les barreaux de la prison centrale de Kénitra. Christine vit de nouveau au Maroc, à Casabalanca. Elle peut de temps à autre rendre visite à son mari. Mais elle ne peut se résigner à l'idée que la perpétuité soit irrécusable.
En 1991, au bout de 27 ans d'emprisonnement, Nelson Mandela est libre. Les images de sa libération font le tour du monde. Et le nom d'Abraham Serfaty émerge en marge de l'évènement: il est depuis la sortie de son aîné le plus vieux prisonnier politique du monde. Et Christine a beau être expulsée deux fois encore du Maroc, elle ne désarme pas. Elle écrit. Elle a toujours écrit. Et fait écrire sur le Maroc et ses cachots, le Maroc et son amour, le Maroc et son espérance.

Le 13 septembre 1991: journée, historique, inoubliable. Au bout de 17 ans d'emprisonnement, suite à une campagne internationale engagée pour sa libération, Hassan II cède et libère Abraham Serfaty. Néanmoins, le roi ne veut plus de cet insoumis parmi ses sujets. Il le déchoit de sa nationalité marocaine, ce qui contraint Serfaty de s'exiler en France mais pour y revendiquer malgré tout son inaltérable marocanité. Il y reste pour huit ans.
Le 23 juillet 1999 décède Hassan II. Lui succède sur le trône Mohamed IV. Et dans les semaines qui suivent, Abraham Serfaty est invité à regagner sa patrie.

Sur le fauteuil roulant, Insoumis

serfaty%2Bavion.jpg

 

Depuis son retour d'exil et jusqu'à sa mort, Abraham Serfaty est cloué à un fauteuil roulant. C'est l'une des multiples rançons du combat qu'il n'a cessé de mener tout au long de sa vie. Tortures, prison, perte d'êtres chers punis sans être directement impliqués dans son combat politique, désunion familiale puis les années de l'âpre exil, autant de facteurs ont marqué terriblement le corps du militant, mais sans le moindrement entamer l'âme de l'Insoumis.
En septembre 99, quand il descend de l'avion qui le ramène au pays, sur son fauteuil d'invalide, il trouve à l'aéroport une foule immense venue l'accueillir en héros et lui témoigner son amour et son attachement. Cet inoubliable instant de joie et de retrouvailles et la main tendue du roi Mohamed IV lui ont certes permis d'oublier un peu les peines tant endurées. Et s'il a pu mourir là où il est né et s'est battu, et dans la dignité, il doit être davantage heureux à l'instant où il repose à côté des siens.



obseques%2Bserfaty2.png


Avant de conclure cette rétrospective, ou cette ébauche qui a tenté de restituer quelques temps forts du parcours de ce combattant, il convient de rappeler que la villa que Serfaty a acquise à crédit au lendemain de son retour au Maroc n'est pas encore totalement payée.
Il convient de rappeler aussi que le défunt a refusé les dédommagements que l'État marocain voulait lui verser. Parce que le Maroc, dit-il, ne lui doit rien! Et ce qu'il a fait, ce qu'il a sacrifié, il le devait à sa patrie!

Des écrits pour la Palestine

Abraham Serfaty est au Maroc ce que fut Georges Adda à la Tunisie. L'un et l'autre s'étant battus pour l'indépendance et ont connu la prison et la déportation sous le colonisateur. A cette caractéristique commune qui les a soudés par le passé au Maghreb s'ajoute le combat commun, après l'indépendance, pour la Palestine.

Georges%2BAdda%2B%25281916-2008%2529.jpg

Certes, Georges Adda n'était pas écrivain, ou pas assez prolifique comme Abraham Serfaty. Le Tunisien ayant écrit surtout des articles ou figuré dans des documentaires télévisés, néanmoins il a rejeté sans ambages le sionisme et n'a jamais reconnu l'État d'Israël. Il s'est opposé même au président Bourguiba, alors qu'ils étaient compagnons de lutte, lorsque ce dernier proposait aux Arabes des négociations de paix avec Israël. Et jusqu'à sa mort à l'âge de 92 ans, survenue en 2008, il n'a cessé de se battre pour la justice et la liberté en Tunisie, tant au sein du PCT qu'au sein de l'UGTT ni de proclamer son soutien sans nuance à la libération de la Palestine.

Parmi les écrits antisionistes d'Abraham Serfaty, outre les articles publiés dans la revue Souffles (les numéros sont, hélas! introuvables depuis l'interdiction de cette revue en 72) il convient de citer:

L'Insoumis, Juifs, marocains et rebelles (Desclée de Brouwer, 2001) : Écrit en collaboration avec Mikhaël Elbaz

Écrits de Prison sur la Palestine (Éditions Arcantère, 1992)

Lutte anti-sioniste et Révolution Arabe (Éditions Quatre-Vents, 1977).



Srfaty%2B%25C3%25A9crits.png


Ils ont dit de lui:

« Il était résolument engagé dans la lutte contre le colonialisme. Et après l’indépendance du Maroc, il a été l’un des militants pour la démocratie et le respect des droits humains dans notre pays. Il ne faut surtout pas oublier qu’il a été, et c’est tout à son honneur, un combattant contre l’occupation israélienne et le sionisme. Il s’est battu pour que justice soit rendue au peuple palestinien » Mohamed Elyazghi - Ancien leader de l'USF (l'Union Socialiste des Forces Populaires)

« Serfaty est le révélateur de tous les combats du siècle marocain [...] « A Derb Moulay Chrif, je n’oublierai jamais son immense courage sous la torture. Serfaty était d’une incroyable résistance physique et morale. Il a toujours été incroyable de courage. Je pense aux procès de 1977, à nos longues grèves de la faim, à nos douloureuses révisions de positions. C’était un homme à la dimension extraordinaire et au courage politique exemplaire. Quand il a une conviction, il joint toujours le geste à la parole. » Salaheddine El Ouadie - ex-détenu politique

« Son parcours se confond avec les grandes séquences du Maroc. De la lutte pour l’indépendance, à la construction de l’Etat national, il s’est engagé en tant que militant mais aussi en tant qu’expert alors qu’il était conseiller d’Abderrahim Bouabid." Habib El Belkouch - directeur du CDIFDH (Le Centre de Documentation, d'information et de formation en droit de l'Homme)

" موقفه المبدئي والحازم الى جانب حقوق الشعب الفلسطيني يستحق كل التقدير والوفاء والإحترام والإنحناء أمام هذه القامة النضالية العالية. وكل الذين التقوا به أو قرأوا له أو سمعوا عنه سيحتفظون بذكرى عطرة لنموذج وقدوة في النضال والصلابة والإخلاص للمبادئ والقناعات النبيلة، حتى الرمق الأخير". داود تلحمي
Traduction:
"Sa position initiale intransigeante appuyant les droits du peuple palestinien mérite tout le respect, appelle à honorer sa mémoire et s'incliner devant cette haute stature combattante. Tous ceux qui l'ont rencontré, qui ont lu ou entendu parler de lui garderont de cet homme le pieux souvenir d'un exemple à suivre dans la lutte, la détermination et la fidélité jusqu'au bout aux nobles principes et convictions" - Daoud Telhami - Membre du FDLP (Front de Libération de la Palestine)


A.Amri
19.11.10

Notes

1-L'Insoumis, Juifs, Marocains et Rebelles - Abraham Serfaty et Mikhaël Elbaz (Ed° Desclée de Brouwer -2001)

2- Alors que les ancêtres des Serfaty sont au Maroc depuis le XVe, chaque fois que la politique du pays les juge personæ non gratæ, elle s'arrange pour trouver le bon prétexte et les éloigner du Maroc. C'est ainsi que le père d'Abraham a été expulsé par l'occupant français sanctionnant son combat politique, parce que ce père a travaillé pendant 17 ans au Brésil. Il a pu réintégrer ultérieurement le Maroc mais la politique rééditera la sanction à l'encontre d'Abraham. A sa sortie de prison en 1991, on estime que ce "Brésilien" qui a abusé de l'hospitalité royale ne peut plus rester au Maroc et on l'expulse vers la France.

3- Crée en 1943, interdit en 1959, rebaptisé le Parti de la Libération et du socialisme (PLS) en 1968, de nouveau interdit en 1969 et rené sous le nom Parti du progrès et du socialisme (PPS) en 1974.

4- Il faut rendre cette justice à ceux qui la méritent que de nombreux juifs marocains vivant aujourd'hui en France ou ailleurs n'ont jamais trahi ni le Maroc ni la conviction antisioniste d'Abraham Serfaty.
Citons quelques uns des plus connus: Reuven Abergel (Fondateur et leader du mouvement des Panthères Noires en Israël, activiste antisioniste), Jacob Cohen (écrivain et universitaire vivant à Paris, militant antisioniste), Mordechaï Vanunu (le Citoyen du monde, émigré à l'âge de 9 ans avec ses parents et retenu prisonnier et otage en Israël depuis qu'il a dénoncé le programme nucléaire sioniste).

5- Ville minière considérée comme la plus importante zone de production de phosphates au monde, située à 120 km au sud-est de Casablanca.

6- Construite en 1959 à Rabat, c'est la plus ancienne école d'ingénieurs au Maroc et en Afrique.

7- En avant! (en arabe) devenu aujourd'hui Annahj Addimocrati (la Voie Démocratique).

8- Jocelyne, sa femme, sera arrêtée en janvier 75 mais son statut de Française entrant en jeu, elle sera relâchée au bout de 15 jours de détention. Abdellatif sera remis en liberté après 8 ans de réclusion, sous la pression d'une campagne internationale pour sa libération, initiée par son ami français et éditeur Ghislain Ripault.

9- Dans ce même procès, la réclusion à perpétuité a été prononcée par contumace contre 24 autres inculpés. Pour les inculpés arrêtés (35 personnes), les peines allaient de 15, 10, 8 à 5 ans.

10- Le texte ci-dessous est extrait du témoignage de la victime sur les atrocités qu'elle a subies :
"26 septembre 1972
Je suis à Rabat pour y passer la journée (j’habite à Casablanca avec mes parents). Je vais faire des courses en ville. Quand je reviens vers ma voiture, deux policiers en civil, surgissent, m’interpellent, me font monter dans ma voiture et me font prendre la direction du commissariat.

Je suis amenée dans un bureau où un commissaire m’attend. Celui-ci est courtois, d’abord, pour me demander où est mon frère. Son ton change quand je lui réponds que je n’ai aucune nouvelle de lui et que je l’ai vu pour la première fois le 12 mars dernier (1972). Il dit alors : “Je ne vous crois pas, vous allez passer un sale moment.”
Je suis introduite dans un autre bureau où se trouvent plusieurs policiers. Mon sac est entièrement vidé devant moi. Les questions et les gifles pleuvent. Puis on m’oblige à enlever ma jupe et mes chaussures. On m’attache les chevilles et les poignets ensemble avec des chiffons et des cordes. On fait passer entre eux une barre de fer que l’on pose entre deux tables. C’est la torture du “perchoir à perroquet” déjà décrite par mon frère. On me pose un bandeau sur les yeux, un chiffon sur la bouche. On verse de l’eau sur le chiffon en me disant que si je ne parle pas, on ajoutera du javel à l’eau. C’est l’étouffement, une sensation horrible.
Je suis toujours sur le “perchoir ”, mais c’est le supplice de l’électricité, dans les oreilles, dans le sexe, puis on m’enfourche des fils autour des orteils, et ce sont de terribles décharges dans tout le corps. “Ce n’est rien me dit-on, tu verras quand on te fera ça aux seins.”
Un autre supplice : on m’enroule dans une couverture, m’étend sur un banc de bois, attachée avec des cordes, on incline le banc de façon à ce que la tête touche presque le sol. C’est toujours la technique de l’étouffement, mais aggravée par le fait qu’on ne peut pas bouger et que la sensation de perdition est encore plus grande.
Entre deux tortures, les policiers me saisissent par les cheveux, me secouent, me giflent, me disent en arabe “parle, parle”. Je ne parlerai pas d’injures, ce serait trop long.
Cette fois-ci, on m’attache les chevilles et les poignets à une corde. Je n’étais plus en mesure de distinguer où était suspendue cette corde. Je sais que je tourne et qu’à chaque tour, on m’appuie fortement sur la colonne verticale, au creux des reins. J’ai l’impression que mes vertèbres vont se briser d’un moment à l’autre.. C’est atroce.
Je suis par terre, grelottante, claquant des dents. Un de mes tortionnaires me fait mettre ma jupe “pour que j’aie moins froid !”

Puis c’est encore le “perchoir ”. Cela dure longtemps, l’étouffement, l’électricité. “Lève le doigt si tu veux parler”. Je sens mes mains et mes pieds gonfler, devenir de bois. Je sens quelque chose de chaud couler sur ma jambe droite. J’ai réalisé plus tard que c’était du sang et qu’on m’a fait un pansement grossier avec une corde et un chiffon.
Je me retrouve sur le sol, le dos contre le mur. Mes jambes et mes pieds sont bleus, gonflés, énormes. De même que mes mains.

Mais ce n’est pas fini. On m’obligea à me relever, on me frappe sur tout le corps avec une longue barre plate en bois. Un de mes tortionnaires, grand, gros et fort, me marche sur les pieds. Enfin au comble de la rage, les policiers sortent un énorme couteau dont ils me mettent la pointe sur la gorge, puis un revolver qu’ils m’appuient sur l’oreille. Ils sortent un radiateur électrique, qu’ils branchent, et me menacent de me faire asseoir dessus, mais ils se ravisent.
On me laisse tranquille un moment. Puis les policiers reviennent et me disent “puisque tu ne veux pas parler, on va aller chercher tes parents et les amener ici. Ils subiront le même sort que toi (mon père a 83 ans, ma mère, à moitié aveugle, 79 ans). Tu ne dis rien, bon, on va aller les chercher. Tu les verras bientôt, réfléchis”.

La nuit tombe. Les deux policiers qui prennent la relève me font marcher dans le couloir, de plus en plus vite, en me levant et abaissant les bras. Les deux suivants me font rester debout jusqu’à 6 heures du matin. On me permet alors de m’asseoir, le dos contre le mur."
Témoignage d'Evelyne Serfaty datant du 16 octobre 1972

11- Son nom complet: Maurice Ali Moses .

12- A moins que l'enfer réel ne soit la prison de Tazmamart. C'est grâce à Christine Daure-Serfaty et le livre écrit par le journaliste Gilles Perrault Notre ami le roi en 1990 que cette prison, longtemps tenue en secret, a été découverte. Cédant à la pression internationale suscitée par ce livre, le roi Hassan II décide de fermer la prison en 1991 et de relâcher les derniers détenus.
13 - On peut citer au moins deux anciens détenus sortis fous: Mustapha Ouaham et Hassan Elbou. Abraham Serfaty, suite à son passage au derb Moulay, ne peut plus utiliser ses mains pour écrire tant le fer des menottes lui a abîmé les poignets.

14- Pierra di Maggio, jeune italienne engagée comme enseignante à L'Ecole Montessori de Casablanca, a été mêlée aux affaires marocaines d'une manière quelque peu forcée. Certes, l'enseignante était de gauche et sympathisait avec l'opposition marocaine mais, à notre connaissance, il n'y avait vraiment rien de consistant dans son dossier : intime amie de Saïda Menebhi, elle a dû participer aux grèves et manifestations de 72, ce qui lui a valu l'arrestation et l'inculpation. Elle a été libérée en 78. Installée depuis en France, elle est militante à la section française d'Amnesty.

15- 55 interrogatoires et une condamnation pour "abus de l'hospitalité royale et hébergement d'un recherché de justice".

16- Abdellatif Laâbi, enfermé dans la prison centrale de Kénitra, écrit à ce sujet: "Prisonnier! Qu'est-ce à dire? Une cellule tout ce qu’il y a de plus cellule :2m30 x 1m30 environ. Cubage dans les normes parait-il. Murs blanchis à la chaux, oh si chichement. Une ampoule suintant la misère de ses 25 watts encastrée dans le mur, mise hors d'atteinte par un verre dépoli massif, un w.c. siège à la turque surmonté d'un robinet en cuivre, la petite fenêtre réglementaire avec les non moins règlementaires barres d'épaisseur respectable et, grand luxe, une petite étagère où le « pensionnaire » pourra ranger ses affaires. Devant vous, la porte grise avec son judas lui-même aveuglé par un système ingénieux de plaque métallique à glissière, à son tour perfectionné par un autre système de blocage constitué d'un fil de fer qui passe dans un anneau au milieu de la plaque et l'immobilise à la base. Nous avons enfin une plate-forme en maçonnerie enduite de ciment qui prend pompeusement la moitié de l'espace et reçoit la paillasse. C'est là où le pensionnaire trône, dort, fait ses cauchemars et parfois au bout d'un dédale de raisonnements obscurs et d'hallucinations décide de se suicider. Nous sommes bien sûr à la « Maison Centrale », le joyau de la chaîne des pénitenciers du Pays du Soleil."

Abdellatif Laâbi - Le règne de barbarie (Seuil 1980)

17- Un site dédié à la mémoire de Saïda Mennebh


Torture: témoignage de Laâbi

"On me coucha sur le ventre. On me replia violemment les mains derrière le dos et on me les attacha solidement. J'ai remarqué qu'avant de m'attacher les mains, ensuite les pieds, ils prenaient la précaution de me couvrir les poignets et les chevilles de chiffons, pour que les cordes ne laissent pas de traces. Ils me passèrent ensuite une grosse barre de fer entre les mains et les pieds, me soulevèrent et posèrent les extrémités de la barre sur deux tables qui étaient disposées à un peu plus d'un mètre l'une de l'autre. J'étais ainsi suspendu, le ventre dans la direction du sol. Tout le corps pesait ainsi sur les mains et sur la colonne vertébrale. Cette position m'était d'autant plus douloureuse que je suis atteint depuis longtemps d'un rhumatisme dorsal qui a entraîné la soudure de deux de mes vertèbres. Je ressentis presque tout de suite une douleur aiguë dans la colonne vertébrale et sentis mes mains se gonfler rapidement. On apporta ensuite une sorte de caisse en bois qu'on déposa sur le milieu de mon dos. Le poids de la caisse accentuait encore la douleur. J'étais au bord du délire lorsqu'on m'a déposé, sans me délier d'ailleurs les mains et les pieds. On me laissa un moment par terre, puis l'opération recommença. Cette fois-ci, elle dura plus longtemps encore. Je ne pus m'empêcher au bout d'un certain temps de crier pour me soulager un peu, mais je devenais de plus en plus faible. Mes idées s'embrouillaient. Je sentis monter dans mon gosier le goût âcre de la mort[...]Au cours des dix premiers jours qui suivirent cette période de "garde à vue", je ne pouvais marcher que péniblement, j'avais mal constamment aux articulations et je soufflais d'une inflammation des yeux" .

Abdellatif Laâbi - Le règne de barbarie (Seuil 1980)

Torture: témoignage de Serfaty:

« Il y a d’abord les chevalets : deux lourds chevalets de bois massif de 1,20m à 10,40 m de hauteur, avec une entaille arrondie et recouverte d’acier au milieu de la poutre supérieure ; les deux chevalets placés en vis-à-vis, le tube d’acier qui vous porte est posé dessus et vous voilà suspendu. Ces deux chevalets peuvent également servir au support des cordes qui vous lient respectivement poignets et chevilles dans la torture dite ‘de l’avion’. La suspension du corps au tube d’acier est à la fois simple et diabolique (…) On m’avait d’abord déshabillé entièrement pour me faire enfiler la tenue du Derb (ainsi avons-nous appelé entre nous ce lieu de torture, du nom du quartier de Casablanca où il est situé, le Derb Moulay Cherif) ; cette tenue consiste en une chemise et un pantalon de toile kaki, sans rien d’autre, pas même de sous-vêtements. Assis par terre, les genoux repliés sur le corps, les bras liés fortement par les poignets sont enfoncés sur les jambes jusqu’au-dessous des genoux et les tortionnaires passent alors le tube entre les poignets et le creux des genoux. Il n’y a plus qu’à vous suspendre. L’étouffement par l’eau se fait en pesant un torchon à laver les sols (en toile de sac) sur la bouche. Le raffinement de ces experts de la torture, par rapport à ceux que j’avais subis à Rabat en janvier 1972, est de se contenter d’humecter régulièrement le torchon, ce qui produit le même effet d’étouffement que lorsqu’il est abondamment arrosé, mais ainsi, le corps ne s’emplissant pas d’eau, la torture peut durer beaucoup plus longtemps. A plusieurs reprises, sur ce chiffon ainsi humecté d’eau, les tortionnaires frottaient un produit chimique qui donne alors une légère mousse. L’effet en est pour le moins étrange : on éprouve le besoin irrésistible de se mordre la bouche pour boire son sang.»

Source

Publications de Christine Serfaty

Lettre du Maroc (Stock, 2000).

La femme d'Ijoukak (Stock, 1997) : roman, une étrange histoire dans les montagne de l’Atlas (Lire un commentaire sur le site de l’éditeur). Publié au Maroc en 2008 seulement.


La mémoire de l’autre (Stock, 1993) : La vie de Christine et Abraham Serfaty dans un livre à deux voix.

Rencontres avec le Maroc (La Découverte, 1993)

La Mauritanie (L’Harmattan, 1993).

Tazmamart (Stock, 1992) : Le livre qui a dénoncé le bagne dont les autorités marocaines niaient jusqu’à l’existence
____________________
Liens externes

Sources Blog Ahmed Amri

Posté par Adriana Evangelizt

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Dupont 22/11/2010 23:46



Vraiment j'ai apprécié cette phrase de notre ami Abraham Serfaty, écrite en 1992 : «Le sionisme est avant tout une idéologie raciste. Elle est l’envers juif de l’hitlérisme... Elle proclame l’État d’Israël, «État
juif avant tout», tout comme Hitler proclamait une Allemagne aryenne ».


Ce juste d'entre les bons juifs anti-sionistes avait vu très clair. Merci de nous remémorer son souvenir.