Bobigny : au moins l’un des agresseurs de Saïd Bourarrach est un sioniste déclaré

Publié le par Adriana EVANGELIZT

C'était couru. Personne n'est dupe du silence fait sur l'assassinat de Saïd Bourarrach et du camouflage des noms des assassins. Dont un est déjà libre. On voit là le deux poids deux mesures qui plombe la Justice française, si on peut appeler ça une justice. Parce que malheureusement, l'infiltration sioniste touche tous les niveaux de notre société. Que cela soit dans la police, la justice, France-Telecom, les services secrets, l'Armée, la liste est infinie... du nombre de sayanims oeuvrant pour le Mossad sur le sol de France. Notre pays ne s'appartient plus. Mais que Sarkozy se dise bien que si les meurtriers de Saïd Bourarrach sont relâchés, sous des excuses fallacieuses et des mensonges, alors la France pourrait bien ressemblait aux Etats-Unis où les milices pullulent qui font justice elles-mêmes. Il est en train de laisser s'installer quelque chose de très vénéneux. Parce que la Justice doit être la même pour tous. Quand il y a meurtre, c'est perpète ! Pas moins.

 

 

 

 

Bobigny : au moins l’un des agresseurs de Saïd Bourarrach est un sioniste déclaré

 

EuroPalestine

 

 

 

 

 

Au moins l’un des responsables de la mort de Saïd Bourarrach, noyé le 30 mars dernier dans le canal de l’Ourcq à Bobigny (Seine-Saint-Denis), est un sioniste déclaré, révèle Bakchich Hebdo dans son édition sortie ce samedi 8 mai dans les kiosques.

L’individu s’appelle Lucien Dadoun. Bakchich Hebdo a retrouvé sa trace sur internet, où Dadoun était jusqu’à récemment membre d’un groupe Facebook intitulé « Sioniste et Fier », se revendiquant du fondateur de ce mouvement colonialiste, Théodore Herzl.

 

Voilà qui met à mal les « explications » de tous ceux (médias, gouvernement, institution judiciaire) ont pratiqué jusqu’à présent l’omertà sur l’assassinat de Saïd, au motif (qui n’en est déjà pas un, d’ailleurs), que le meurtre serait dénué de toute connotation raciste.

 

De fait, la contribution apportée par Bakchich Hebdo à l’établissement des faits doit nous encourager à lutter, plus que jamais, pour la manifestation de la vérité et contre l’étouffement de l’affaire.

 

Car l’étouffement est bien en cours, ajoute Bakchich Hebdo, car Lucien Dadoun est déjà libre. Il a en effet bénéficié le 14 avril dernier d’une mise en liberté provisoire, refusée (mais peut-être pas pour longtemps) à ses trois comparses encore écroués. Et la première chose qu’a apparemment faite Dadoun une fois libre, c’est de supprimer son compte sur Facebook.

 

Dans l’article accompagnant la publication du fac-similé de la page Facebook de Dadoun, Bakchich Hebdo apporte une précision factuelle non négligeable, par rapport aux informations partiales et partielles que les médias ont consacrées au meurtre. Il avait jusqu’à présent été suggéré que le fait que le blouson de Saïd avait été retrouvé sur la berge signifiait que la victime s’en était séparée, avant de plonger volontairement dans le canal, et de s’y noyer. Le problème, c’est que le blouson de Saïd a bien été retrouvé sur la berge, mais qu’il était déjà trempé de l’eau du canal.

 

« Etrange scenario où Saïd, connu pour être sportif, aurait déposé son blouson … déjà mouillé, se serait jeté à l’eau, et aurait finalement coulé », observe Bakchich Hebdo.

 

La manifestation contre le racisme, à l’appel du collectif Unis face à l’Islamophobie (voir notre article sur ce même site), partira dimanche 16 mai 2010 à 11h30 du lieu même où Saïd Bourarach a été tué, c’est-à-dire devant le magasin Batkor, 39 rue de Paris à Bobigny. Nous y serons nombreux.

 

Sources : CAPJPO-EuroPalestine

 

Posté par Adriana Evangelizt

 

Publié dans LES HOMMES DE LA BÊTE

Commenter cet article