Conjoint polygame de Nantes: une affaire qui a pris trop d'ampleur

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Il est vrai que le mitraillage de la mosquée est passé à la trappe dans les medias. Si ça avait été une synagogue, toute la bronca aurait fait entendre ses hurlements sidérés. Mais sur la mosquée, pas un mot. Et après ON dira que Dieudonné a tort !

 

 

 

 

 

 

 

Conjoint polygame de Nantes: une affaire qui a pris trop d'ampleur

 

 

 

 

La polygamie supposée du conjoint d'une femme voilée de Nantes a pris trop d'ampleur au détriment de faits beaucoup plus graves, comme le mitraillage samedi soir d'une mosquée des Bouches-du-Rhône, a déploré lundi le président du Conseil français du culte musulman (CFCM).

 

Reçu à Matignon par François Fillon dans le cadre de ses consultations avec les autorités religieuses pour l'élaboration d'un projet de loi sur le voile intégral, Mohamed Moussaoui a dénoncé devant la presse "une dissymétrie dans la médiatisation" à propos de cette affaire.

 

Interrogé sur la polygamie supposée du conjoint d'une femme verbalisée à Nantes parce qu'elle conduisait avec un voile intégral, le responsable musulman a déclaré qu'il s'agissait d'"un élément marginal qui a pris beaucoup d'importance".

 

"Si la polygamie est avérée, la justice est claire, la loi de la République est claire et les musulmans de France sont respectueux des lois de la République", a-t-il tranché.

 

Quant au fait de savoir si cet homme devait être "déchu de sa nationalité", piste proposée par le ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux, Mohammed Moussaoui a simplement estimé qu'il s'agissait "d'une question de droit".

 

"Si la justice le condamne pour ça et que le ministre de l'Immigration et les autorités concernées pensent que c'est la mesure qu'il faut prendre, ce n'est pas au CFCM de dire s'il est pour ou contre", a-t-il dit.

 

En revanche, il a regretté ne pas être interrogé sur l'attaque "très grave" survenue dans la nuit de samedi à dimanche contre la mosquée d'Istres, dont la façade a été touchée par une trentaine de balles, et "qui a suscité beaucoup de peur chez les citoyens de confession musulmane" de la ville.

 

Cette affaire n'a été révélée que lundi matin.

 

Jugeant que "les musulmans de France sont stigmatisés et s'inquiètent de cette stigmatisation", M. Moussaoui a demandé au chef du gouvernement de "tout faire pour les rassurer".

 

Dans un communiqué publié à l'issue de la rencontre, Matignon indique que le Premier ministre a fait part à la délégation du CFCM, "et à travers elle à l'ensemble des membres de la communauté musulmane de France" de sa "vive émotion et de son soutien" après l'attaque contre la mosquée d'Istres.

 

Concernant le port du voile intégral, Mohammed Moussaoui a répété à François Fillon l'hostilité du CFCM au principe d'une loi, tout en réaffirmant qu'il condamnait cette pratique et voulait la voir "reculer" en France.

 

Dans le communiqué, "le Premier ministre et la délégation du CFCM ont souligné que l'immense majorité des musulmans de France sont très attachés à pratiquer leur culte et à vivre leur spiritualité dans le respect des lois et des valeurs de la République".

 

"Le Premier ministre a insisté sur la nécessité d'éviter les amalgames et les préjugés qui donnent une image déformée de l'islam de France", ajoute le texte.

 

Sources AFP

 

Posté par Adriana Evangelizt

Commenter cet article