Contrôle électronique de l'esprit

Publié le par Adriana EVANGELIZT

 Article intéressant... Le contrôle de l'Esprit existe bel et bien. Et il n'est pas seulement électronique. La sinistre cohorte qui règne sur votre monde l'utilise depuis plus de cent ans avec ses endoctrinés par l'intermédiaire de ses agents chargés de cette besogne. Notamment ses religieux et ses militaires. Mais cela se passe, de toute façon, avec tous les nationalismes et toutes les religions extrêmistes. A partir de l'âge de 4 ans, ON martèle le ciboulot des enfants pour bien leur faire rentrer dans le cerveau des commandements iniques qu'ils garderont toute leur vie pour ceux qui ne se rebellent pas contre l'autorité parentale. Voilà pourquoi Yeshoua disait qu'il était venu amener la discorde entre le fils et le père, la fille et la mère, etc... parce qu'à partir du moment où vous devenez lucide, où votre Âme se révolte, où votre Conscience s'éveille sur ce que l'on veut vous imposer, qui va à l'encontre de votre moi profond, rien ne va plus entre le ou les géniteurs et vous. Ca devient même une GUERRE TOTALE. Et faute d'avoir pu vous manipuler à leur guise, ils vous renient. Vous enterrent. Ceci n'est pas du cinéma. Il faut donc beaucoup de courage pour sortir de ce carcan. Car c'en est un. Si vous demande de voler et de tuer, il faut bien savoir que ce n'est pas pour votre bien. Mais pour vous perdre à jamais. Ils veulent se débarrasser de nous parce que nous sommes un très vieux Peuple. Très vieux. Et qu'ils veulent éradiquer ces gènes-là. Tout ceci vous sera bien expliqué. Bientôt.

 

 

 

 

 

CONTROLE ELECTRONIQUE DE L’ESPRIT

 

 

Mal de tête, nerveux et tendu ? Toujours fatigué et irritable? Vous avez l’impression de ne pas être vous-même? Et bien, c’est peut-être parce que vous n'êtes pas vous-même, ou plutôt parce que vous êtes contrôlé depuis ailleurs par quelqu'un ou quelque chose d’autre.

 

Il y a quelques années, le programme "Tomorrow’s World" de la BBC présentait un homme dont les symptômes de la maladie de Parkinson pouvaient être contrôlés en appuyant sur un interrupteur situé sur un combiné qui, à son tour, faisait fonctionner un dispositif minuscule implanté dans son cerveau. Plus de tremblements, plus de larmes. C'est le côté amical et rassurant des implants neuraux, mais beaucoup de gens croient que des forces ténébreuses sont à l’oeuvre, essayant de contrôler les esprits des sujets ciblés par l'intermédiaire d’objets minuscules insérés dans diverses parties du corps. Pire encore, ces manipulateurs sinistres envoient de puissants rayons électromagnétiques dans les esprits de victimes innocentes, influençant leurs pensées et leurs émotions.

 

Ces forces de l’ombre prennent beaucoup de formes; certains disent que ce sont des agences de l'intelligence comme la C.I.A. ; d'autres disent qu'il s’agit d’une cabale secrète dont le but est le contrôle de la population mondiale; d'autres encore disent que ce sont des extraterrestres malveillants, les Gris, qui utilisent des implants en tant que dispositifs de pistage de façon à ce qu'ils puissent kidnapper et contrôler leurs victimes malchanceuses à tout moment et n’importe où.

 

Les avertissements sur de nouvelles formes de contrôle de l'esprit ne sont pas simplement les dires de prétendus 'conspirationnistes’ et 'd’excentriques paranoïaques '. Nature1 rend compte des développements en neurologie comme "constituant une menace potentielle aux droits de l'homme..." Jean-Pierre Changeux, un neurologue de l'Institut Pasteur à Paris, a dit lors d’une réunion du comité national français de bioéthique que les avancées dans l’imagerie cérébrale rendent immense l'invasion de la vie privée. Il a dit que bien que l'équipement requis soit encore fortement spécialisé, il deviendra banal et capable d'être utilisé à distance. Cela ouvrira la voie à des abus tels que l'invasion de la liberté personnelle, le contrôle du comportement et le lavage de cerveau. Denis LeBihan, un chercheur à la Commission française de l'énergie atomique, a dit lors de la réunion que l'utilisation des techniques d’imagerie a atteint l'étape où "nous pouvons presque lire les pensées des personnes."

 

Contrôle comportemental

 

L’intérêt des Américains pour l'interaction de l'hypnose et des EMR [ rayonnements électromagnétiques ] était encore puissant en 1974, lorsqu’un plan de recherches a été classé pour développer des techniques utiles auprès des volontaires humains. L'expérimentateur, J.f. Schapitz, a indiqué: "Dans cette recherche, on démontrera que le mot prononcé par l’hypnotiseur peut également être donné par énergie électromagnétique modulée directement dans les parties subconscientes du cerveau humain -- c.-à-d., sans utiliser aucun dispositif technique pour recevoir ou transcoder les messages et sans que la personne exposée à une telle influence ait une chance de contrôler l'entrée (des informations) consciemment". 2 -- Robert O. Becker, nominé pour le prix Nobel, 1985

 

Bien que notre ère électronique moderne existe seulement depuis le tournant de ce siècle, des individus ont déclaré que leurs esprits étaient influencés à distance et contrôlés par des machines depuis au moins deux siècles. (…)

 

(…) En 1994, Ronald K. Siegel, un professeur adjoint de recherches à la faculté de psychiatrie et des sciences du comportement à l’UCLA (Université de Californie de Los Angeles), écrivit « Whispers: The Voices of Paranoia » (Murmures: Les voix de la Paranoïa).4

 

Le Dr. Siegel, un expert en hallucinations, a édité un livre à ce sujet en 1975 avec Louis Jolyn West du fameux MKULTRA.5

 

MKULTRA, tout comme les projets ARTI-CHOKE, CHATTER, CASTI-GATE, MKDELTA, MKNAOMI, THIRD CHANCE, MKSEARCH, MKOFTEN, etc., étaient des projets secrets de la C.I.A. impliquant beaucoup de membres et d’établissements bien connus des communautés médicales et scientifiques en vue d’étudier et d'expérimenter diverses formes de modification et de contrôle du comportement en utilisant, dans de nombreux cas, des sujets humains inconscients. En fonction depuis la fin des années 40 jusqu'au début des années 70, ils fouillèrent dans tout ce qui était possible, depuis les drogues jusqu’à l'hypnose, en passant par l’électronique.6

 

« Murmures » est une collection de cas et d'histoires de contrôle de l’esprit, (ou de 'paranoïa 'comme il l'appelle) étudiées par Siegel. Un cas concernait un homme appelé Tolman qui croyait que son esprit était contrôlé par des ordinateurs par l'intermédiaire d'un système satellite appelé POSSE (Personal Orbiting Satellite for Surveillance and Enforcement ou satellite personnel orbital pour la surveillance et l'application). De façon intéressante, l'auteur Dorothy Burdick, dans son livre de 1982 « Such Things Are Known » (De telles choses sont connues) a décrit ce qu'elle déclarait être le harcèlement du contrôle de son esprit par des ordinateurs et via des satellites. Elle nomme Siegel comme étant l'inventeur d’un dispositif appelé FOCUS (Flexible Optical Control Unit Simulator ou unité de simulateur optique flexible de contrôle) qui peut projeter des hallucinations directement sur la rétine de façon à ce que les sujets ne peuvent pas distinguer les images de la realité.7

 

Dans le livre de Siegel, Tolman déclare que des images sont directement transmises à son cerveau. Siegel dit : "Vous voulez me dire qu’il existe des machines capables d'envoyer des images visuelles directement dans le cerveau?"8

 

En 1968, Siegel a édité un papier professionnel intitulé "Un dispositif pour une entrée visuelle chroniquement contrôlée", qui est une description d'un dispositif qu'il développa afin de projeter des images directement dans le cerveau des animaux d'expérimentation par l'intermédiaire du nerf optique. Il suggère que davantage d'expérimentation "soit conduite sur les nouveau-nés (chatons) dont la stimulation visuelle sera contrôlée à partir du moment où ils ouvrent les yeux."9

 

Trente ans plus tard, une équipe de scientifiques des Etats-Unis a câblé un ordinateur au cerveau d’un chat et a créé des vidéos de ce que le chat voyait. Un des scientifiques travaillant sur le projet, Garret Stanley, de l'université de Harvard, prévoit des machines avec des interfaces cérébrales. Nous pouvons seulement imaginer à quel point une telle technologie a avancé dans les laboratoires secrets de recherches du gouvernement des USA et du complexe militaro-industriel. (…)

 

(…) les victimes d'aujourd'hui peuvent se référer à une richesse de documentation confirmant comment les agences gouvernementales et les centres de recherches ont développé des technologies et des méthodes (…)

 

(…) Ces technologies impliquent des éléments de psychologie, d'hypnose, de conspirations politiques, et même de dispositifs qui émettent des "rayons" pour contrôler le comportement d'autrui à leur insu et sans leur consentement.

 

Le processus de contrôle biologique

 

En 1996, le comité consultatif scientifique de l'Armée de l'Air des USA a publié une étude en 14 volumes sur les futurs développements de l’armement appelée « New World Vistas » (« Nouvelles perspectives mondiales »). Relégués à la page 89 d'un 15ème volume auxiliaire, on trouve quelques aperçus horrifiants du futur concernant 'le couplage ' de l'homme et de la machine dans une section traitant du 'processus de contrôle biologique '. L'auteur se réfère à une 'explosion' de la connaissance dans le domaine de la neurologie, ajoutant, d’une voix qui ne présage rien de bon :

 

On peut envisager le développement de sources d'énergie électromagnétique, dont le rendement peut être pulsé, façonné, et concentré, et qui peuvent se coupler au corps humain dans une mode qui permettra d'empêcher les mouvements musculaires volontaires, de contrôler les émotions (et donc, les actions), de produire le sommeil, de transmettre des suggestions, d'interférer à la fois avec la mémoire à court terme et la mémoire à long terme, de produire un ensemble d'expériences, et de supprimer un ensemble d'expériences.

 

En traduisant les mots 'ensemble d’expériences' du jargon militaire en langage normal, ceci signifie, simplement, qu'ils envisagent la capacité d'effacer vos mémoires de vie et de les substituer par un nouvel ensemble factice.

 

En projetant de tels développements dans le futur, les auteurs de New Vistas camouflent les possibilités actuelles. Un scénario futuriste semblable avec de nombreuses références à la manipulation de l'esprit est décrit dans « The Revolution in Military Affairs and Conflict Short of War » (U.S. Army War College, 1994). Les auteurs Steven Metz et James Kievit déclarent: "La modification du comportement est une composante clé de l'application de la paix" et "L'avantage [ d’utiliser ] des systèmes à énergie dirigée est deniability." Les auteurs demandent: "Contre qui une telle deniability est-elle visée?" La réponse directe est "le peuple américain".

 

Parés pour l'année 2010, Metz et Kievit écrivent sur le "moulage de la perception" et sur "les psychotechnologies avancées" visant à éviter la protestation publique ennuyeuse, mais c'est juste le commencement. L'obstacle principal, croient-ils, est que "l'éthique américaine traditionnelle [est] un obstacle important," et donc, tristement, "les notions démodées concernant la vie privée personnelle et la souveraineté nationale [doivent être] changées."

 

Le futur présenté par Metz et Kievit ressemble à un mélange de « 1984 » de George Orwell et du film récent « Matrix ». Les individus peu disposés à suivre les changements révolutionnaires "sont identifiés en utilisant des bases de données intégrées exhaustives inter-agences." Ils "seront alors classés par catégorie" et "des simulations sophistiquées de personnalité par ordinateur" seront utilisées "afin de développer, travailler et focaliser des campagnes psychologiques pour [ OU contre ] chacun."

 

D'autres techniques qui seront utilisées en association avec ces nouvelles armes de l'esprit incluent le 'morphing ', une capacité actuelle qui contrôle la déformation des images de la TV. Donc, si vous êtes assez chanceux pour ne pas vous faire brouiller ou effacer votre cerveau électroniquement, les médias d’actualités électroniques seront manipulés spécialement pour vous, présentant des images visuelles convaincantes proches de la vie réelle via votre interface combinée TV-et-Internet.

 

Des sons silencieux

 

La technologie du Silent Sound Spread Spectrum (spectre étendu de sons silencieux ou SSSS), également connue sous le nom de "S-quad", a été développée par le Dr. Oliver Lowery de la Géorgie, Etats-Unis, et est décrite dans le brevet américain #5.159.703 comme "un système silencieux de présentation subliminale." L'extrait du brevet dit:

 

Un système de communications silencieux dans lequel les porteurs non auditifs, dans la gamme très basse ou très élevée des fréquences audio ou dans le spectre de fréquence adjacent aux ultrasons, sont modulés par l’amplitude ou la fréquence avec l'intelligence désirée et sont propagés de façon acoustique ou vibratoire, afin d’induire des choser dans le cerveau, typiquement par l'utilisation de haut-parleurs, d’écouteurs, ou de capteurs piézoélectriques. Les porteurs modulés peuvent être transmis directement en temps réel ou peuvent être commodément enregistrés et stockés sur des médias mécaniques, magnétiques ou optiques pour une transmission retardée ou répétée à l'auditeur.

 

Selon la littérature de Silent Sounds, Inc., il est maintenant possible, en utilisant des superordinateurs, d’analyser les modèles émotifs humains par électroencéphalogramme et de les reproduire, puis de stocker ces "faisceaux de signature émotionnelle" sur un autre ordinateur et, à volonté, "d’induire silencieusement et de changer l'état émotif à l’intérieur d’un être humain."

 

Judy Wall, écrivant dans le magazine Nexus (Octobre-Novembre 1998), dit : "Silent Sounds, Inc. déclare qu'elle est intéressée seulement par les émotions positives, mais les militaires ne sont pas aussi limités. Que ceci soit un projet du département de la défense des USA est évident."

 

Edward Tilton, président de Silent Sounds Inc., dit ceci au sujet du S-quad dans une lettre datée du 13 décembre 1996 :

 

Tous les schémas, cependant, ont été classifiés par le gouvernement des USA et nous ne sommes pas autorisés à révéler les détails exacts... nous faisons des cassettes et des CDs pour le gouvernement allemand, et même pour les anciens pays de l’Union soviétique! Tout cela avec la permission du département d'état des USA, bien entendu... Le système fut utilisé durant l’opération Desert Storm (Irak) tout à fait avec succès.

 

En utilisant ces électroencéphalogrammes améliorés par ordinateur, les scientifiques peuvent identifier et isoler les "faisceaux de signature émotionnelle" de basse amplitude du cerveau, les synthétiser et les stocker sur un autre ordinateur. En d'autres termes, en étudiant les motifs caractéristiques subtils des ondes cérébrales qui se produisent lorsqu’un sujet éprouve une émotion particulière, les scientifiques ont été capables d’identifier le motif d’ondes cérébrale concomitant et peuvent à présent le reproduire. "Ces faisceaux sont alors placés sur les fréquences porteuses du Silent Sound (son silencieux) et déclencheront silencieusement l'occurrence de la même émotion de base à l’intérieur d’un autre être humain!"

 

Télépathie synthétique

 

« Télépathie synthétique » est un terme employé pour décrire le rayonnement de mots, de pensées, ou d’idées dans l'esprit d'une personne par des moyens mécaniques, spécifiquement via un certain type d'émetteur électromagnétique, semblable à une émission de radio ou de télévision, fonctionnant dans la bande de fréquence des micro-ondes. Ces dernières années, des milliers de personnes se sont manifestées, prétendant être les victimes de cette technologie effrayante.

 

La première expérience scientifique officiellement rapportée et documentant un cas de télépathie synthétique ne peut pas être trouvée dans la littérature universitaire en raison de la nature fortement secrète de la recherche.

 

En 1961, Allen Frey, un biophysicien indépendant et un psychologue ingénieur, a rapporté qu'un humain peut entendre les micro-ondes.10 Cette découverte a été écartée par la plupart des scientifiques des Etats-Unis comme étant le résultat d’un artefact (bruit extérieur).

 

La description plus technique de l'expérience est décrite par James C. Linn.11 :

 

Frey... a constaté que les sujets humains exposés aux micro-ondes de 1310 mégahertz et de 2982 mégahertz aux densités de puissance moyennes de 0,4 à 2 mW/cm2 ont perçu des sensations auditives décrites comme des sons bourdonnants ou frappants (également décrits comme des clics ou des gazouillements).

 

Les densités de puissance maximale étaient de l'ordre de 200 à 300 mW/cm2 et les fréquences de répétition d'impulsion variaient de 200 à 400 hertz... Frey s'est rapporté à ce phénomène auditif comme au son RF (radiofréquence). La sensation s'est produite instantanément à des densités incidentes de puissance moyennes bien au-dessous de celles nécessaires pour des dommages biologiques connus et semblaient provenir de l’intérieur ou de l’arrière de la tête.

 

Des tests ultérieurs ont révélé que deux conditions étaient nécessaires pour que le sujet entende le bruit induit par micro-onde: "une bonne conduction osseuse et la capacité d'entendre l'énergie acoustique au-dessus de 5 kilohertz..."

 

En 1975, l'introduction d’un journal effectuée par A.W. Guy et d'autres commence comme suit : "Un des effets biologiques d’énergie électromagnétique (EM) moyenne de basse puissance le plus largement observé et admis est la sensation auditive évoquée chez l'homme lorsqu’il est exposé à des micro-ondes pulsées."12

 

L'utilisation par le gouvernement des USA actuel de la télépathie synthétique a été décrite dans la parution d'Octobre-Novembre 1994 du magazine Nexus:

 

Les armes à énergie dirigée qui sont actuellement déployées incluent, par exemple, une arme à micro-ondes construite par Lockheed-Sanders et qui est utilisée pour un processus connu sous le nom de ‘synthèse vocale’ qui est un rayonnement audio à distance (c.-à-d., des voix ou d'autres signaux audibles) directement dans le cerveau de n'importe quelle cible humaine choisie. Ce processus est également connu au sein du gouvernement américain en tant que 'Télépathie synthétique'.

 

Balancer des micro-ondes

 

Une grande partie du travail effectué avec des micro-ondes a été développée par le Projet Pandora, qui a été installé par la Advanced Research Projects Agency (Agence de projets de recherches avancés ou A.R.P.A., devenue aujourd’hui la D.A.R.P.A.) au Walter Reed Army Institute of Research (Institut de recherche de l’armée Walter Reed) afin d’étudier les effets des micro-ondes qui étaient envoyées dans l'ambassade américaine à Moscou par les Russes. Certains des résultats des scientifiques impliqués dans Pandora sont plutôt dérangeants. Le Dr. Joseph C. Sharp et l'ingénieur Mark Grove étaient capables d’entendre et de distinguer des mots d'une syllabe par les micro-ondes modulées par des impulsions.13

 

Les micro-ondes peuvent également altérer la perméabilité de la barrière hématoméningée du corps, 14 ce qui peut augmenter les effets des drogues, comme les militaires le savent bien. "En utilisant des ondes radiofréquence de niveau relativement bas, il peut être possible de sensibiliser de grands groupes militaires aux quantités extrêmement dispersées d’agents biologiques ou chimiques auxquels la population non irradiée serait immune."15

 

Les sons peuvent être transmis encore plus facilement par l'utilisation d’implants – des implants cochléaires, des implants qui envoient des signaux électriques dans le fluide de l'oreille interne, ou des implants qui transmettent des vibrations sonores par l'intermédiaire de la conduction osseuse, tel que les cas de plombs dentaires qui récoltent les signaux radio audibles. Le stimoceiver, inventé par le Dr. Jose Delgado, se compose de fils qui relient les points stratégiques du cerveau à un émetteur/récepteur radio situé entièrement sous la peau. Par ce dispositif, Delgado pouvait stimuler des émotions crues telles que l'excitation, l’inquiétude, et l'agression en un tour de bouton.16

 

Bien entendu, la recherche secrète effectuée par le gouvernement des USA sur les micro-ondes et la télépathie synthétique a évolué considérablement depuis la fin de la guerre froide.

McVeigh : le Candidat Manchou ?

 

Parmi les nombreux instruments de télémétrie étant employés aujourd'hui, on trouve des émetteurs radio miniatures qui peuvent être avalés, portés extérieurement, ou être implantés chirurgicalement.... Ils permettent l'étude simultanée du comportement et du fonctionnement physiologique. -- Dr. Stuart Mackay, télémétrie biomédicale (manuel), 1968

 

Lors d’une visite à ses amis de Decker, dans le Michigan, Timothy McVeigh se plaignit que l'armée l'avait implanté avec une micro-puce, un transpondeur sous-cutané miniature, de sorte qu'ils puissent garder sa trace. Il se plaignit que la puce avait laissé une cicatrice non expliquée sur ses fesses et qu’il était pénible de s’asseoir dessus. McVeigh a été condamné pour le bombardement en 1995 d'un bâtiment gouvernemental des USA à Oklahoma City.

 

La télémétrie miniaturisée a fait partie d'un projet continu mené par les militaires et les diverses agences d'intelligence afin de tester l'efficacité pour pister des soldats sur le champ de bataille. Le dispositif télémétrique implantable miniature fut déclassifié il y a bien longtemps.

 

Selon le Dr. Carl Sanders, le développeur de la Intelligence Manned Interface biochip (biopuce d'intelligence d’interface pour humains ou IMI) : "Nous avons utilisé ceci sur le personnel militaire pendant la guerre d'Irak où ils étaient en fait pistés en utilisant ce type particulier de dispositif."

 

Il est intéressant également de noter que le Calspan Advanced Technology Centre (centre de technologie de pointe de Calspan ou ATC de Calspan) à Buffalo, dans l’état de New York, où McVeigh a travaillé, est engagé dans la technologie électronique microscopique du type de celle qui est applicable à la télémétrie. Calspan a été fondé en 1946 sous le nom de Cornell Aeronautical Laboratory (laboratoire aéronautique de Cornell), qui incluait le “Fund for the Study of Human Ecology” (fonds pour l'étude de l'écologie humaine), un conduit de financement de la C.I.A. pour des expériences de contrôle de l'esprit par des scientifiques migrants Nazis sous la direction des médecins de la C.I.A. Sidney Gottlieb, Ewen Cameron, et Louis Jolyn West.

 

Selon le chercheur en contrôle de l’esprit Alex Constantine, "Calspan met beaucoup d'emphase sur les recherches en technologie biologique et en intelligence artificielle (Calspan a été un pionnier dans ce domaine dans les années 50)." Dans son article, « The Good Soldier » ("Le bon soldat"), Constantine déclare :

 

La technologie de pistage et de surveillance des humains est tout à fait en conformité avec la sphère des buts poursuivis par Calspan. La compagnie est instrumentale dans REDCAP, un système de guerre électronique de l'Armée de l'Air qui est le meilleur dans chaque infrastructure du département de la défense dans le pays. Une publication du Pentagone explique que REDCAP "est employé pour évaluer l'efficacité du matériel, des techniques, de la tactique et des concepts de combat électronique." Le système "inclut un radar en circuit fermé et des liaisons de transmission de données à fusion de données effectuée par l’homme et à des postes de contrôle d'armes." Un site web d’actualités pour patriotes a signalé qu'un fredonnement de basse fréquence désincarné et grondant avait été entendu à travers le pays la semaine [ du bombardement d'Oklahoma ]. Des fredonnements antérieurs localisés à Taos, au Nouveau Mexique, à Eugene et Medford, en Oregon, à Timmons, en Ontario et à Bristol, en Angleterre ont été de la façon la plus certaine (et ce, malgré des démentis officiels trompeurs) adaptés aux voies auditives du cerveau.

 

L'Armée de l'Air est parmi les principaux clients de Calspan, et Eglin AFB a fourni le personnel de base à la compagnie. L'ironie discordante – qui rappelle l’affirmation de McVeigh selon laquelle il avait été implanté avec une puce de télémétrie -- veut que la branche d'instrumentation technologique de la base aérienne d'Eglin soit actuellement occupée à pister des mammifères avec des dispositifs de télémétrie de taille miniaturisée. Selon un communiqué de presse de l'Armée de l'Air, la puce de biotélémétrie transmet sur la bande S supérieure (2318 à 2398 mégahertz), avec jusqu'à 120 chaînes numériques.

 

Il n'y a rien secret concernant la puce de biotélémétrie. Des publicités pour des versions commerciales du dispositif sont apparues dans les publications nationales. Time magazine a fait passer une annonce pour un transpondeur implantable pour les animaux de compagnie dans son édition du 26 juin 1995 -- assez ironiquement -- vis-à-vis d'un article concernant un chef de milice qui avertissait au sujet du nouvel ordre mondial à venir. Tandis que la surveillance des animaux a été une poursuite scientifique non classifiée pendant des décennies, la surveillance des humains a été un projet fortement classifié qui n’est qu’un sous-ensemble de l’arsenal "non létal" du Pentagone. Comme le fait remarquer Constantine, "les implications fictives ont été explorées par Defense News le 20 mars, 1995:

 

Un laboratoire naval de recherches essaie de fusionner des neurones et des puces : ces études pourraient produire une armée de 'zombis'.

 

De futures batailles pourraient être menées avec des organismes génétiquement modifiés, tels que des rongeurs, dont les esprits seraient contrôlés par des puces électroniques associées à des cellules cérébrales vivantes.... La recherche, appelée Hippo-campal Neuron Patterning (Modelage de neurones de l’hippocampe), fait grandir des neurones vivants sur des puces électroniques. "Cette technologie qui altère les neurones pourrait potentiellement être employée sur les gens pour créer des armées de zombis," a dit Laurent Korb, un supérieur à la Brookings Institution.

 

"Il est concevable," selon Constantine, "étant donné l'état actuel de l'art du contrôle de l'esprit par l’électronique, un magicien d’Oz biocybernétique au-dessus de l'arc-en-ciel des black budgets (budgets noirs), que McVeigh avait été attiré dans un projet expérimental, et que le dispositif (la micro-puce) était « la vraie chose » (un dispositif de contrôle de l’esprit)." Timothy McVeigh pourrait avoir été, sans le savoir, un cobaye de l’armée et de la CIA impliqué dans un projet classifié de télémétrie/contrôle de l’esprit -- un « Candidat Manchou » ".

 

La recherche soviétique

 

Une bataille hautement secrète soviétique était menée dans en coulisses pendant la guerre froide dans le secteur des armes électromagnétiques (parfois décrites comme psychotroniques) afin de contrôler et d’influencer les esprits des personnes. C’est seulement maintenant qu'une partie de cette recherche a émergé, mais une grande partie reste cachée et classifiée. En fait, nous en savons plus au sujet de la recherche soviétique dans ce secteur parce que c'est l’Union soviétique qui s’est effondrée.

 

Une édition datant de 1975 de la publication soviétique International Life, discutant des développements du contrôle de l'esprit par l’électronique, a déclaré que l'électricité atmosphérique peut être employée "pour supprimer l'activité mentale" de grands groupes de personnes. Le journal soviétique a dit qu'un générateur sonique, accordé à une fréquence d'infrason (au-dessous du niveau de l'audition), pourrait créer des "sentiments de dépression, de crainte, de panique, de terreur, et de désespoir."

 

En 1977, la Defense Intelligence Agency (agence d'intelligence de la défense ou DIA) des USA déclassifia un rapport décrivant comment les avances en technologie psychotronique soviétique peuvent créer la société ultime de Big Brother, en employant le contrôle électronique de l'esprit contre des populations afin d’implanter des idées et des pensées dans les têtes de victimes qui ne se doutent de rien : "Des sons, et même probablement des mots, qui semblent être d’origine intracrânienne (dans sa propre tête), peuvent être induits par une modification de signal à des densités de puissance moyenne très basses."

 

Le rapport de la DIA disait également que les Soviétiques avaient découvert que le rayonnement secret de micro-ondes peut être utilisé pour induire auprès de victimes qui ne se doutent de rien : "maux de tête, fatigue, transpiration, vertige, désordres menstruels, irritabilité, agitation, tension, somnolence, insomnie, dépression, anxiété, manque de mémoire, et manque de concentration."

 

Après l'effondrement de l’Union soviétique, dans une manoeuvre identique à l'opération Paperclip lors de la seconde guerre mondiale, 17 agences d'intelligence occidentales ont récupéré toute la recherche soviétique et ont recruté le personnel de base travaillant dans ce secteur sensible. La recherche russe a maintenant dû arrêter en raison des crises économiques.

 

Un rapport publié dans Defense Electronics au début des années 90 a indiqué qu’une firme de Richmond, en Virginie, « Psychotechnologies » (censée être étroitement attachée à la CIA et au FBI), a acheté les droits américains sur les dispositifs soviétiques de contrôle de l'esprit.

 

Defense Electronics a décrit une réunion au printemps 1993 entre les fonctionnaires de l'administration Clinton et des experts soviétiques en psychotronique, y compris le Dr. Igor Smirnov. Parmi les agences des USA représentées lors des réunions avec Smirnov, on trouvait le FBI, la CIA, la Defense Intelligence Agency (agence d'intelligence de la défense), et l’Advance Research Projects Agency (agence de projets de recherche avancés). Les responsables de l'administration Clinton voulaient "déterminer si des programmes de psycho-correction... pouvaient être entrepris par le gouvernement des USA. Ces dispositifs pourraient être utilisés pour affecter le jugement ou l'opinion des décideurs, d’un personnel-clé ou de la populace."

 

Les responsables de la défense de Clinton démontrèrent de l’intérêt car les dispositifs psychotroniques pourraient être utilisés "dans des zones de dégagement non-violent" d’ennemis potentiels, de tireurs isolés, etc. Du côté domestique (=civil), les dispositifs psychotroniques pourraient être employés pour supprimer les dissidents politiques, et toutes les autres menaces potentielles au Nouvel Ordre Mondial.

 

Lors de cette réunion avec les experts soviétiques, on trouvait également les responsables de corporations internationales géantes, telles que General Motors, et des chercheurs du National Institute of Mental Health (institut national de la santé mentale). Le magazine Newsweek du 22 août 1994 a rendu compte d’une réunion secrète à Arlington, en Virginie, entre les experts du centre de contre-terrorisme du FBI et le Dr. Smirnov, dont le travail a été décrit dans la publicatio:

 

... En utilisant des électroencéphalographes, Smirnov mesure les ondes cérébrales, puis utilise des ordinateurs pour créer une carte des impulsions humaines subconscientes et diverses, telles que la colère ou l’attirance sexuelle. Ensuite, via des messages subliminaux enregistrés sur bande, il prétend altérer physiquement le paysage par la puissance de la suggestion.

 

La recherche en armes psychotroniques

 

Le nom d’un homme est devenu synonyme du champ de développement des armes non létales. Le Colonel John Alexander devint connu pour la première fois du public par son article de décembre 1980 dans « Military Review », article intitulé : “The New Mental Battlefield” ("Le nouveau champ de bataille mental".) Cet article décrit clairement la nature mortelle de plusieurs de ces armes "non-mortelles" qui sont à présent développées pour contrôler les populations civiles. Alexander faisait remarquer :

 

"La psychotronique peut être décrite comme l’interaction entre l’esprit et la matière... La possibilité pour son emploi comme armement a été explorée. Pour être plus spécifique, il y a des systèmes d'armes qui agissent sur la puissance de l'esprit et dont la capacité mortelle a été déjà démontrée. "

 

Décrivant le développement soviétique des armes psychotroniques, Alexander a déclaré: "La capacité de… provoquer la mort peut être transmise à grande distance, induisant de ce fait la maladie ou la mort sans aucune raison apparente." Ces "armes pourraient induire la maladie ou la mort avec peu ou pas de risques pour l'opérateur... L'arme psychotronique serait silencieuse (et) difficile à détecter... "

 

Les initiés puissants de l'élite ont longtemps su comment les armes électromagnétiques peuvent être efficacement utilisées pour mener le contrôle de l'esprit contre la population, spécifiquement en ciblant les dissidents et les trublions politiques. Que s’est-il produit pour de nombreux activistes politiques et des journalistes investigateurs qui sont morts dans des circonstances mystérieuses, et dont beaucoup sont décédés de formes rares de cancer? Pourraient-ils avoir été éliminés par des armes psychotroniques ? Nous pouvons seulement imaginer à quel point cette technologie est avancée aujourd'hui.

 

Le conseiller en science du Président Lyndon Johnson, le Dr. Gordon J.F. MacDonald, écrivit en 1968 le livre « Unless Peace Comes, A Scientific Forecast Of New Weapons », (« A moins que la paix vienne, une prévision scientifique sur les nouvelles armes »). MacDonald décrivit comment des changements effectués par l’homme de l'ionosphère électrique de la terre peuvent être employés pour le contrôle de comportement de masse. Il dit que les oscillations électromagnétiques de basse fréquence peuvent attaquer les ondes cérébrales électromagnétiques de basse fréquence des êtres humains. Il déclara : "Une perturbation de l'environnement (par la guerre géophysique) peut produire des changements dans les modèles comportementaux."

 

Dans son livre de 1970, « Between Two Ages » (« Entre deux âges »), Zbigniew Brzezinski (un stratège de longue date de l’Establishment) décrivit le "contrôle météorologique" comme une "nouvelle arme" qui est "un élément principal de stratégie." Il ajouta :

 

La technologie rendra disponible, aux chefs des nations principales, une variété de techniques pour conduire une guerre secrète, dont seul le strict minimum des forces de sécurité doit être évalué.

 

Brzezinski a prévu les types exacts d'armes psychotroniques électromagnétiques que l'administration américaine développe à présent pour le contrôle de masse du comportement des citoyens. Il déclara:

 

Il est possible -- et tentant -- d'exploiter, pour des buts stratégiques et politiques, les fruits de la recherche sur le cerveau et sur le comportement humain... Des attaques électroniques exactement chronométrées et créées artificiellement pourraient mener à un motif d’oscillations qui produit des niveaux de puissance relativement élevés au-dessus de certaines régions de la Terre... De cette façon, on pourrait développer un système qui handicaperait sérieusement la performance cérébrale d'une très grande population dans des régions choisies, sur une période prolongée.

 

REFERENCES :

1. Nature, Vol. 391, 22 January 1998

2. Becker, Robert O., Selden, Gary, The Body Electric, New York: William Morrow, 1985, p. 321.

3. Haslam, John, Illustrations of Madness, London: G. Hayden, 1810.

4. Siegel, Ronald K., Whispers: The Voices of Paranoia, New York: Crown Publishers, 1994.

5. Siegel, R.K., West, L.J., Hallucinations: Behavior, Experience, and Theory, New York: Wiley, 1975.

6. Marks, John, The Search for the Manchurian Candidate, New York: Times Books, 1979.

7. Burdick, Dorothy, Such Things Are Known, New York: Vantage Press, 1982, pp. 150-151.

8. Siegel, Ronald K., Whispers: The Voices of Paranoia, New York: Crown Publishers, 1994, p. 65.

9. Siegel, R.K., “A Device for Chronically Controlled Visual Input,” Journal of the Experimental Analysis of Behavior, 1968 Sept., 11(5), pp. 559-560.

10. Frey, A.H. “Auditory System Response to Radio Frequency Energy”, Aerospace Med. 32:1140-1142, 1961.

11. Lin, James C., Microwave Auditory Effects and Applications, Springfield, IL, USA: Charles C. Thomas Publishers, 1978.

12. Guy, Arthur W., Chou, C.K., Lin, James C., and Christensen, D., “Microwaved-Induced Acoustic Effects in Mammalian Auditory Systems and Physical Materials”, Ann. NY Acad. Sci., 247:194-218, 1975.

13. Justensen, Don R., “Microwaves and Behavior”, American Psychologist, 3/75, p. 396

14. Lin, James C PhD., Microwave Auditory Effects and Applications, Thomas Books, 1978, p. 190; Brodeur, Paul, The Zapping of America, WW Norton & company, 1977, p. 85

15. Tyler, Capt Paul E, MC, USN, “The Electromagnetic Spectrum in Low-Intensity Conflict” in Low Intensity Conflict and Modern Technology, édité par le Lt Col David Dean, USAF

16. Delgado, Jose, Physical Control of the Mind: Toward a Psychocivilized Society, New York: Harpers, 1969

17. L’Opération Paperclip fut créée par l’ntelligence U.S. Durant la seconde guerre mondiale. Le but était de recruter les super spécialistes nazis et de les ramener aux U.S.A. afin qu’ils puissent poursuivre leur travail dans des domaines top secrets comme la science des fusées et la génétique. Il est à présent un fait historique que des douzaines de scientifiques nazis furent recrutés par cette opération.

 

UN LIVRE GRATUIT EN ANGLAIS SUR LE CONTRÔEL DE L'ESPRIT. UN MUST !

  

Sources Conspiration ca

 

Posté par Adriana Evangelizt



Publié dans Dictature mondiale

Commenter cet article