Analyse : Strauss-Kahn aurait un alibi + il aurait commis d'autres agressions à cet hôtel...

Publié le par Adriana EVANGELIZT

 Selon les avocats de Strauss-Kahn, il aurait un alibi. Nul doute qu'ils doivent s'affairer là-bas pour le tirer de ce mauvais pas. Il doit avoir pas mal de connaissances prêtes à l'aider surtout dans le milieu "sioniste". Ca doit cogiter dur dans les chaumières. La femme de chambre avait dit que l'heure de l'agression était 13 h, or il aurait quitté l'hôtel à midi, après avoir payé sa note et rendu les clefs. Il y a donc un décalage d'UNE HEURE. Là, il y a déjà un problème dont j'ai parlé ICI, avec les clefs.

 

Si la femme de chambre avait pris les clefs à la réception, elle n'aurait donc pas trouvé Strauss-Kahn à l'intérieur, cela aurait signifié qu'il était sorti. Or, la visiblement, elle a utilisé un passe, comme le font toutes les femmes de ménage, lorsqu'il est tard dans la matinée, et que la clef n'est pas à la réception. Car parfois des clients sortent faire un tour et gardent les clefs sur eux.

 

D'après les avocats, il aurait quitté l'hôtel à midi pour déjeuner avec sa fille dans un restaurant. Dans ce cas, l'agression n'aurait pas pu avoir lieu à 13 h.  Or, voilà que la police change l'horaire et avance d'UNE HEURE les faits. Patatras ! l'alibi tombe à l'eau. Ils sont en train de chercher des failles pour l'innocenter. Ce qui est loin d'être gagné.

 

C'est sans compter que selon des proches de Strauss-Kahn, (desinfo com, on a tout compris) il aurait déjeuné avec sa fille au Sofitel et non dans un restaurant new-yorkais. Ils vont plus loin pour le dédouaner, il y aurait eu un panneau "Do not disturb, I'm in the shower." Et la machine à propagande est lancée : Qui est donc cette femme de chambre de 32 ans, décrite comme une « employée modèle » par sa direction ? On les voit venir avec leurs gros sabots. Le rapport de la police est moins mystérieux... et les griffures sur le torse de Strauss-Kahn n'ont pas été faites par le Saint-Esprit. Que les "conspirationnistes strauss-kahniens" trouvent autre chose que des thèses fantastiques. Parce que je vais vous dire... même s'ils ont un alibi, il y a une "force" qui fera tout pour le démonter... je vais expliquer... d'abord, les preuves irréfutables présentées...

 

« Copie du rapport de la police de New York (NYPD)

 

A 15h29, une employée de l’hôtel Sofitel, de sexe féminin, de race noire, âgée de 33 ans, avise la police qu’elle a été victime d’une agression sexuelle. L’agression se serait déroulée dans la chambre 2806 de l’hôtel situé 45 ouest sur la 44e rue. Lorsque la femme est rentrée dans la chambre, l’occupant de la chambre, Dominique Strauss-Kahn, homme blanc de 62 ans, est sorti nu de la salle de bains, a maintenu sur le lit la femme, et a inséré son pénis dans sa bouche. L’homme a ensuite réglé l’hôtel et a pris un avion à JFK, là ou le Port Autority Police Department l’a extrait de l’appareil. Le mis en cause est en garde à vue au Special Victims Units. Le mis en cause est le président (sic) du FMI et allait se présenter comme « Premier ministre » (sic) en France. Le mis en cause n’a pas de statut diplomatique et a déjà été impliqué dans des scandales sexuels antérieurement. »

 

Là, déjà c'est assez copieux. Mais mieux que cela, Strauss-Kahn aurait déjà agressé sexuellement de nombreuses femmes de chambre, selon les dires du député Bernard Debré dont j'ai posé les videos ICI. Selon lui, Strauss-Kahn se serait livré à de nombreuses reprises "à ce genre d'agissements" dans l'hôtel Sofitel de New York où "il descendait toujours." Il continue par "Ca s'est produit plusieurs fois et depuis plusieurs années. Tout le monde le savait dans l'hôtel." Il affirme que la direction de l'hôtel aurait étouffé les affaires. "D'autres femmes de chambre avant Ophelia -une femme charmante de 32 ans qui travaillait très bien- avaient été agressées. Il faut arrêter de jouer les vierges effarouchées."On ne peut pas penser que Mr Debré ait dit cela sans avoir été bien renseigné. D'autant qu'il n'est pas le seul à le dire.

 

Ainsi sur Libé, peut-on lire que sur le site Mixbeat, en 2009, il y avait et il y a toujours : « D'autres rumeurs, mais de NYC cette fois. (...) Eh bien, pour DSK, son fantasme, c'est les femmes de ménage des hôtels de luxe. A ce propos, une rumeur parle d'actes sexuels rémunérés avec des femmes de ménage, vous savez celles qui viennent défaire le lit pour préparer la chambre pour la nuit. »

 

On peut donc en déduire qu'il n'en était pas à son premier coup d'essai. Que la direction était au courant mais se taisait. Donc, les filles ne portaient pas plainte ? Or, là, les choses se dont déroulées différemment. Ils ont appelé la police. Pourquoi cette fois-là ? Etait-ce la fois de trop ? Ou bien était-ce pour porter tort à Strauss-Kahn dans un but précis ?

 

Voilà les questions qu'il faut se poser pour comprendre le pourquoi du comment. Et si complot, il y a eu, cela ne peut être que dans la stratégie employée pour nuire à Strauss-Kahn en connaissant ses "mauvaises habitudes". On sait qu'il est dans la chambre. On envoie une fille en sachant très bien ce qu'il va se passer et la suite n'est pas difficile à deviner. Il serait peut-être bon de creuser sur les amis du directeur du Sofitel. Car pourquoi s'est-il tu dans le passé et pourquoi pas là ?

 

Adriana Evangelizt

Publié dans LES HOMMES DE LA BÊTE

Commenter cet article

houhou 16/05/2011 20:06



vraiment honteux cet homme!