Dupont-Aignan, un "indigné" à Athènes + video

Publié le par Adriana EVANGELIZT

 Nicolas Dupont-Aignan dit l'Absolue Vérité. Sarkozy est en train de nous couler pour sauver l'Euro. On peut se demander ce qui lui sert de cerveau. Comment pense-t-il ? Comment réfléchit-il ? Et que voit-il ?

 

Malheureusement, la réponse s'impose d'elle-même. Il est sourd, aveugle, sans raison. A cent mille lieues des préoccupations des Peuples qu'il enfonce à chaque jour qui passe. Il faut lire Sarkozy défend l'euro menacé par la Grèce pour comprendre sa pensée profonde. Lui, il ne travaille pas pour la France et les Français, il oeuvre pour la diablerie installée aux USA qui est à la base de la création de l'Union Européenne, un gros bloc de pays assimilable au Nouvel Ordre Mondial. Son leitmotiv : Il faut défendre notre monnaie unique, défendre les institutions européennes." Défendre les institutions européennes mais pas les Peuples. On en a la preuve avec le différent qu'il a avec Angela Markel qui rechigne à faire payer les seuls contribuables et insiste pour associer le secteur privé au nouveau plan d'aide de 110 milliards. Parce que dites-vous bien que ce ne sont pas les banques qui envoient la monnaie mais les contribuables. Et avant la Grèce, souvenez-vous qu'il a fallu "sauver" l'Espagne et le Portugal. Et pendant ce temps, chez nous on fait la chasse aux pauvres et tous nos acquis sociaux sont en train de partir en fumée. Cet homme est un désastre. Comme le dit Dupont-Aignan, il est à cent mille lieues des réalités sociales. Il vit perché dans un nuage avec Carla qui lui masse le dos. C'est d'autant plus grave que nous avions voté NON pour la Constitution parce que nous étions conscients du danger. Il devrait être jugé pour cette haute trahison. Il s'est assis sur notre vote pour nous mener au désastre. Là, on y court tout droit. Ce qui va ouvrir la Porte à la prochaine Révolution Française. Et celle-là sera pire que 1789. Parce que demain, les Grecs, ce sera nous. Ne rêvons pas.

 

Lire aussi de Dupont-Aignan : Je veux réveiller le Peuple Français. Il en a bien besoin car lui aussi, il somnole grave.

 

 

Dupont-Aignan devant le Peuple Grec

 

 

 

 

Grèce : Dupont-Aignan, un "indigné" à Athènes

 

 

 Le trublion de la droite gaulliste, Nicolas Dupont-Aignan, souhaite que la Grèce abandonne la monnaie unique. France Soir

 

Le président de Debout la République (DLR), Nicolas Dupont-Aignan, est à Athènes mercredi 15 juin pour soutenir les "indignés" grecs en fronde contre leur gouvernement.

 

Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la République (DLR) est mercredi 15 juin à Athènes « afin de soutenir la révolte grecque et de proposer une autre voie pour le retour de la croissance en Europe ». FranceSoir.fr a pu le contacter alors qu'il se rendait à la rencontre des « indignés » athéniens. Plus combatif que jamais contre la monnaie unique, il n'hésite pas à parler de « dictature de l'Europe » face à la nécessaire restructuration de la dette grecque. 

 

France-Soir : Vous êtes à Athènes, quelle est la situation ?
 

Nicolas Dupont-Aignan : C'est une révolte grave et violente, profonde et sans précédent. Je peux vous dire que les grecs sont vent debout face aux mesures imposées par le couple formé par le Fonds monétaire international (FMI) et l'Union européenne (UE). Ce plan est choquant parce que l'on met ce pays à genoux et qu'ils ne pourront jamais rembourser ! Ces créances, ce sont les contribuables européens qui vont les payer ! C'est scandaleux cette saignée ! Le pays est entouré de médecins dignes des comédies de Molière. Le malade est moribond mais on continue la saignée, c'est ahurissant. En réalité l'UE ne défend dans cet affaire qu'un seul intérêt, celui des banques.

« Il faut sortir du dogme de l'euro qui détruit l'Europe »

F.-S. Vous défendez depuis longtemps la thèse d'une sortie de l'euro, la Grèce doit-elle quitter le dispositif de la monnaie unique ?

N. D.-A. Je défends depuis longtemps cette thèse de la sortie de l'euro, c'est vrai. Pour autant je ne me réjouis pas du malheur des autres. Mais oui, évidemment, la Grèce doit sortir de l'euro. Tout de suite. C'est une question de vie ou de mort pour elle. Il faut sortir du dogme de l'euro qui détruit l'Europe. Si la Grèce ne quitte pas l'euro les conséquences vont être terribles : tout ce qui sera européen sera rejeté. Et l'on peut craindre que cela entraîne des bouleversements géopolitiques lourds de conséquences pour l'Europe. « Qui trop embrasse, mal étreint » pourrait-on dire. La volonté de Bruxelles de sortir la Grèce de sa crise risque d'entraîner l'Europe entière dans un cycle inquiétant pour la démocratie car ce sont les extrêmes qui sortiront vainqueurs.

«Bruxelles est en train d'assassiner la liberté d'un peuple.»

La réalité c'est que Bruxelles est en train d'assassiner la liberté d'un peuple. La vérité c'est que l'on est en train d'assassiner la démocratie. Et cela uniquement au nom de principes et de dogmes qui n'ont plus cours. Le problème c'est que nous sommes entrée dans un cycle dont ne connaissons pas l'issue... Nous faisons face à une crise multiple : monétaire, financière, économique et sociale. Comme rien ne s'arrange, la suite logique est la crise profonde de la démocratie grecque et cet aspect est le plus inquiétant. Parce qu'il n'y a pas de solution politique à cela puisque les politiques actuels « modérés » sont ceux qui sont responsables de cette situation et qu'ils sont corrompus par le système économique. Alors qui reste-t-il ? L'extrême-gauche et l'extrême-droite... La seule façon de s'en sortir, encore une fois, c'est de quitter l'euro et de trouver pour autant une autre forme de solidarité économique européenne.

F.-S. La France doit-elle quitter la zone euro ?

N. D.-A. C'est une question de bon sens. Veut-on voir ce qui se passe en Grèce se produire en France, oui ou non ? Si nous n'en sortons pas, dans deux ou trois ans, le même phénomène se produira ici, chez nous.

« Coopérer ensemble sans souffrir ensemble »

F.-S. Ne craignez-vous pas de détruire le projet européen ?

N. D.-A. Non ! On peut coopérer ensemble sans souffrir ensemble et l'on doit ouvrir le débat sur cette question. C'est indispensable. Regardez ce qui se passe. L'Espagne, l'Italie, la Grèce sont en train de crever sur pied avec cette politique monétaire européenne. Pour s'en sortir il faut retrouver nos monnaies nationales. C'est non seulement possible mais c'est la seule solution.

F.-S. Les trois principales banques françaises sont sous la menace d'une dégradation de leur note. Ne pensez-vous pas que la France risque de payer très cher ce choix politique de quitter l'euro ?

N. D.-A. Vous rigolez ? Nous payons déjà très cher ! La France paye mais c'est le contribuable français qui paye pour cette crise ! Pas les banques ! On a payé 17 milliards d'euros pour « sauver » la Grèce. On ne reverra jamais cet argent. 17 milliards lâchés en une nuit, comme ça, alors que  cela représente l'argent de la réforme des retraites

F.-S. Qui doit payer selon vous ?

N. D.-A. La question c'est peut-on continuer à accepter de payer pour les responsables de cette crise ? Ce sont les banques qui doivent payer puisqu'elles sont responsables. Il faut en finir avec ce régime de l'irresponsabilité de la finance. Les banques ont l'argent pour payer. Cette année, elles ont encore distribuées 2 milliards de bonus à leurs traders alors que l'Etat les a aidé lors de la crise. C'est facile, quand on gagne c'est pour les traders, quand on perd c'est pour le contribuable.

F.-S. Quel candidat allez-vous être à la présidentielle de 2012 ?

N. D.-A. Nicolas Sarkozy n'a rien compris à ce qui se produit actuellement. Il soutient les banques et obéit aux banques. Il vit dans un monde coupé des réalités, celui de l'économie fictive. Ma volonté c'est d'être le candidat de l'économie réelle, d'une France souveraine, et je le serai.

 

Sources France-Soir

 

Posté par Adriana Evangelizt  

 

Publié dans REVOLUTION DES PEUPLES

Commenter cet article

Jaffar 01/07/2011 22:15



Faite attention au faux prophétes...


Il n'y aura pas de présidentielle en 2012 le peuple souverain vous connaissez ?


Pas de président, pas de roi, démocratie Directe du peuple par le peuple !



L'Etendard 28/06/2011 19:06



L'Union européenne est totalement au service des banques, c'est pour cela que Bruxelles s'accroche bec et ongles à l'euro qui est en train de détruire la Grèce.


L'Etendard



La dette grecque 20/06/2011 20:35



«La dette grecque sera les nouveaux emprunts russes!»


Voir ci-après :   http://www.lefigaro.fr/politique/2011/06/13/01002-20110613ARTFIG00450-la-dette-grecque-sera-les-nouveaux-emprunts-russes.php.


  .



félicien 17/06/2011 15:47



le memorandum votant l'austérité en Grèce n’est pas constitutionnel ?


De fait, "D’après l’article 28.2 de la Constitution grecque, quand, suite à un accord international, des compétences souveraines de l’Etat sont transférées à des organismes internationaux,
cet accord doit être ratifié par le Parlement à la majorité de 180 députés. Or, le memorandum transfert des compétences à la troïka. Il aurait donc dû être appliqué par 180
députés. Il n’y en eut que 172, il est donc anticonstitutionnel."


"Nous avons bon espoir de voir notre combat couronné de victoires suite au recours déposé devant le Conseil d’Etat. En effet, ce recours est fondé sur de nombreuses questions. Il est possible que
nous gagnions sur le principe. Dans ce cas, tout le memorandum serait annulé."


Voilà donc le genre de magouilles politico-juridiques inconstitutionnels par lesquels les politicars grecs et européens  s'efforcent d'imposer la misère aux populations et tout cela pour
payer des dettes dont les citoyens honnêtes n'ont pas profité !!!



Resistance & Indignation 17/06/2011 10:01



BRAVO au peuple grecs de s'indigner et de résister fermement aux financiers sans scrupules et à leur soutien politique dans nos pays.


De fait, les députés et sénateurs grecs qui veulent leur imposer les plans financiers crapuleux de la "Haute finance" (FMI, Banque centrale européenne et les banksters internationaux) ne les
représentent pas, bien au contraire.


Félicitations également à Nicolas Dupont-Aignan pour son initiative politique et merci à lui, d'avoir été apporté notre soutien au peuple grec dans cette phase cruciale de sa lutte contre les
lobby financiers et contre une europe institutionnelle non représentative et illégitime, de même que contre les politicars grecs !


Heureusement tous les politiques ne sont pas des traîtres à leur peuple, ni des voleurs comme le démontre Nicolas dupont-Aignan.