Espionnage : Christine Ockrent se désolidarise de sa collaboratrice

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Et là, que doit-on penser ? On est obligé de penser ce qu'il faut penser. Que la France a besoin d'un bon nettoyage et d'un assainissement complet car elle est complètement infiltrée, de la base au sommet. On ne peut plus faire confiance en personne car l'Ennemi est en notre sein. Espionner, c'est tout ce qu'ils savent faire. Ce système ripoux doit cesser. Une fois pour toutes. Nous comptons sur la Terre pour faire la Grande Purification. Elle est en route. Il faut que le monde futur reparte sur de nouvelles bases, dans quelques milliers d'années. Et, croyez-le, il va y avoir des cris et des grincements de dents...

 

 

 

Espionnage : Christine Ockrent se désolidarise

 

 de sa collaboratrice

 

 

par Emmanuel Beretta

 

 

 

Mercredi, la compagne de Bernard Kouchner s'est dite scandalisée par le comportement d'une proche, suspectée d'espionnage.

 

Ambiance électrique, mercredi, au siège de l'Audiovisuel extérieur de la France (AEF) secoué par une affaire d'espionnage informatique. À 11 heures, Alain de Pouzilhac préside un comité exécutif où il n'est question que de cela : la révélation d'un espionnage informatique de grande ampleur mis sur le compte de Candice Marchal, la plus proche collaboratrice de Christine Ockrent, la numéro 2 de l'AEF, holding qui coiffe France 24 et RFI. Christine Ockrent tient à mettre les choses au point : elle se dit tout à fait étrangère aux agissements de sa subalterne. "J'espère, Alain, que tu partages mon indignation", lâche-t-elle d'emblée, selon l'un des participants.

 

Candice Marchal, 38 ans, mise à pied vendredi 26 novembre, est convoquée vendredi 3 décembre pour un exposé des griefs. Parallèlement, la police a pu prendre connaissance, mardi, des deux rapports d'analyse informatique du cabinet Forensic, établis les 22 et 24 novembre. Ces documents que Le Point a en sa possession accablent la collaboratrice de Christine Ockrent, dont le disque dur Hitachi 320 GO lui donnait accès aux cinq serveurs de l'AEF (AEF Monde, AEF Monde Études, AEF Monde Finance, AEF Monde Stratégie, AEF Monde Trésorier).

 

"Un vieux copain" (Christine Ockrent)

 

Jean Lesieur, le nouveau patron de la rédaction, lui, conserve en tête la phrase de Candice Marchal lors de leur entretien, peu de temps après son arrivée, fin septembre : "Il faut que tu saches que je resterai toujours fidèle à Christine Ockrent", avait-elle conclu, presque par défiance. Sa fidélité à la "reine Christine" va être durement éprouvée dans les semaines à venir. "Je veux savoir au profit de qui ce système d'espionnage a été monté", a tonné Alain de Pouzilhac. Car aucun des membres du comité exécutif de l'AEF n'imagine un instant que Candice Marchal, "responsable des coordinations", ait pu travailler à son propre intérêt. La complicité de Thibault de Robert, le prestataire qui lui aurait fourni les codes d'accès, a également été évoquée. Le fait que son recrutement ait été recommandé par Christine Ockrent a ajouté à la tension des débats. "C'est un vieux copain qui a fait des prestations pour tout le monde", a répliqué Christine Ockrent, furieuse que l'état-major de l'AEF puisse lui demander des comptes.

 

Choqué par la surveillance dont il a fait l'objet, Franck Melloul, le directeur de la stratégie, entend porter plainte. Il l'a déclaré au Point, ce qui n'a pas du tout plu à Christine Ockrent, qui l'a fait savoir au cours de la réunion de mercredi. Pouzilhac n'a pas laissé passer : "Je te rappelle, Christine, que Franck Melloul, dans cette affaire, est la victime et non le bourreau !" La guerre des chefs de l'AEF est loin d'être terminée. À Matignon et à l'Élysée, la tutelle se tait. Tous aux abris !

Sources LE POINT

 

------------------

 

 

Une sombre affaire embarrasse Christine Ockrent

 

 

 

 

Selon LePoint.fr, une collaboratrice de Christine Ockrent aurait espionné des dirigeants de l'Audiovisuel extérieur français.

 

Christine Ockrent pourrait être mise en cause dans une affaire d’espionnage. Candice Marchal, une proche collaboratrice de la journaliste aujourd’hui directrice générale déléguée de l'Audiovisuel extérieur français (AEF) -, a été mise à pied. C’est ce que révèle Lepoint.fr mercredi. La raison ? Une expertise informatique a révélé qu’elle a espionné, depuis son domicile, les ordinateurs des principaux dirigeants de cette société qui supervise et coordonne France 24, RFI et TV5 Monde.

 

Pendant plusieurs mois, et depuis peut-être même plusieurs années, Candice Marchal aurait ainsi accumulé de nombreuses informations confidentielles. Selon le site de l’hebdomadaire, ce sont plus de 2,5 millions de fichiers qui ont été ainsi copiés. Et certains remonteraient à novembre 2008.

 

Le disque dur de celle qui était responsable des coordinations contenait à la fois les détails de la masse salariale de l'AEF, la copie scannée du passeport d'Alain de Pouzilhac (PDG du groupe, ndlr), des notes classées "confidentiel" de Frank Melloul - le directeur de la stratégie - et adressées à Alain de Pouzilhac, le contrat de travail de Bruno Tézenas - le directeur des technologies de France 24 -, répertorie Lepoint.fr.

 

Selon les informations recueillies par Lepoint.fr, Candice Marchal possédait les codes d’accès des serveurs informatiques de l’AEF. Et ce, grâce à un complice : un prestataire informatique, chargé de la sécurité des réseaux. Il aurait été recruté sur recommandations de Christine Ockrent, pour avoir travaillé longtemps pour le compte de BK Conseil, la société de conseil de Bernard Kouchner.

 

L’activité secrète de Candice Marchal a été mise au jour à la suite d’un article du Canard Enchaîné, du 6 octobre dernier, comme le rappelle Lepoint.fr. A la suite de ce papier - qui fait référence à un courriel de Thierry Delphin, directeur financier de l'AEF, datant du 2 septembre -, Alain de Pouzilhac a lancé une enquête interne.

 

Elle va rapidement mener le PDG d’AEF vers le prestataire informatique en question : l’homme se serait introduit, à plusieurs reprises, dans les serveurs de l'AEF. Il aurait également stocké des données sur un espace virtuel extérieur à l'entreprise. C’est ainsi qu’ Alain de Pouzilhac va remonter directement au poste informatique de Candice Marchal.

 

Une première plainte contre X a été déposée le 7 octobre dernier. Plusieurs autres plaintes, cette fois nominales, doivent être déposées d’ici la fin de semaine. L'enquête a été confiée à la brigade d'enquête sur les fraudes aux technologies de l'information. (Source Europe1)

 

Sources INFO SFR

 

Posté par Adriana Evangelizt

 

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans LES HOMMES DE LA BÊTE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article