Goebbels a déjà utilisé la pédérastie dans ses campagnes anticatholiques du 3e Reich

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Un article intéressant qui tombe à pic à l'heure où une cabale gigantesque est lancée contre le Pape Benoit XVI. D'ailleurs, est-ce bien contre Benoit XVI ou contre le Christianisme ? Et donc contre Yeshoua ? Nous savons combien Il est haï dans certains "milieux" et combien on apprend à Le haïr aux plus petits dès leur plus jeune âge... nous savons, oui. Et bientôt nous poserons les passages de certains livres dans leur intégralité. Pour que les gens sachent. L'intégralité des versions "officieuses", pas de celles que l'on colle sous le nez des incrédules lambda. Et en plus, on expliquera ce que chaque mot veut vraiment dire, du style "peuple du monde', minim, on en passe et des meilleures. Âmes noires, nous connaissons la couleur de votre Conscience. Elle est aussi "ébénique" que le charbon. A nous la Lumière... à vous l'Obscurité la plus totale avec tout ce que cela comporte... mais dites-vous bien qu'au final, c'est vous qui perdrez !

 

Nous avons déjà parlé du problème de cette cabale ICI. Et mis en exergue certains points de détails inscrits dans les "faux protocoles" qui sont tellement faux qu'on dirait du vrai !

 

Nous avons pris grand soin de discréditer le clergé des Gentils aux yeux du peuple, et nous avons ainsi réussi à nuire à sa mission qui aurait pu contrarier gravement nos desseins. L’influence du clergé sur le peuple diminue chaque jour.

 

Contre le Vatican

 

Quand le moment sera venu pour nous de détruire complètement la Cour pontificale, une main inconnue indiquant le Vatican donnera le signal de l’assaut.

 

Lorsque, dans sa fureur, le peuple se jettera sur le Vatican, nous apparaîtrons comme des protecteurs pour arrêter l’effusion du sang. Par cet acte, nous pénétrerons jusqu’au cœur même de cette Cour pontificale, d’où rien au monde ne pourra nous chasser, jusqu’à ce que nous ayons détruit la puissance du Pape. (17ème protocole.)

   

 

 

 

GOEBBELS A DEJA UTILISE LA PEDERASTIE

DANS SES CAMPAGNES ANTICATHOLIQUES DU TROISIEME REICH

 

 

 

Le ministre d’Hitler a lancé l’opération en 1937 lorsque Pie XI a publié l’encyclique contre l’idéologie nazie.

 

 

 

 

LA RAZON [par Mar Velasco].- La tentative de disqualifier l’Eglise catholique à l’échelle internationale par des accusations d’immoralité et de pédophilie portées contre les prêtres est un vieux procédé. C’est ce que démontrent les documents que le chef du contre-espionnage militaire allemand, Wilhelm Canaris, fit parvenir au Pape Pie XII, avant d’être pendu pour avoir participé à la tentative d’assassinat contre Hitler, en 1944.

 

Tout commence le 10 mars 1937, par la publication de l’encyclique de Pie XI, Mit brennencer Sorge [en allemand : « C’est avec une vive inquiétude », adressée aux évêques allemands], dans laquelle le Pape condamnait ouvertement l’idéologie nazie. Cette encyclique a été lue dans toutes les églises du pays et celui qui était alors ministre de la Propagande du régime, Joseph Goebbels, lança une campagne contre les abus sexuels des prêtres, qui déboucha sur l’arrestation de plus de 300 prêtres et religieux en 1937, parmi lesquels 21 furent condamnés - certains sous de fausses accusations - et envoyés dans des camps d’extermination.

Il y eut en Allemagne, avant la publication de l’encyclique, quelques cas d’abus sur des mineurs. Ces cas - peu nombreux mais réels - avaient provoqué une ferme réaction de l’épiscopat et de sévères mesures prises en leur temps. Les évêques allemands avaient maîtrisé la situation. Mais la campagne fut mise en route.

C’est ce que raconte Massimo Introvigne, sociologue italien, dans le journal «Avvenire»: en 1937 le chef du service de contre-espionnage militaire allemand est l’amiral Wilhelm Canaris (1887-1945). Canaris, qui désapprouvait les manoeuvres de Goebbels contre l’Eglise, chargea l’avocat catholique Josef Müller de porter à Rome une série de documents secrets à ce sujet. Müller remit les documents secrets à Pie XII, lequel était Pape depuis mars 1939.

Avec l’approbation de la Secrétairerie d’Etat, les recherches sur le complot nazi contre l’Eglise furent confiées au jésuite allemand Walter Mariaux, qui était alors missionnaire en Argentine. En 1940, Mariaux publia à Londres et à Buenos-Aires, sous le pseudonyme “Testis Fidelis”, deux volumes sur la persécution anti-catholique dans le Troisième Reich : plus de 700 pages qui établissent que ce fut l’encyclique de Pie XI qui détermina la campagne de Goebbels.

Mariaux le prouve en publiant des instructions très détaillées envoyées par ce dernier à la Gestapo, quelques jours après la publication de “Mit brennender”, dans lesquelles il ordonne de trouver des témoignages pour accuser un certain nombre de prêtres, en menaçant leurs auteurs d’une arrestation immédiate s’ils ne collaborent pas. Ce qui attire surtout l’attention, c’est l’invitation adressée aux journalistes de rouvrir les dossiers de 1937, ainsi que ceux d’époques plus anciennes, pour les remettre sous les yeux de l’opinion publique en en faisant la manchette des journaux.

Un cas de “panique morale”

L’expression “panique morale” a été forgée par les sociologues dans les années 70 pour identifier une alarme sociale que l’on crée en amplifiant des faits réels, en exagérant leur nombre, en “découvrant” et en présentant comme “nouveaux” des faits déjà connus et passés. A l’origine, il y a des événements réels, mais les données sont déformées. Même sans rien savoir de la sociologie moderne, Goebbels a répondu à l’encyclique «Mit Brennender Sorge» par une opération digne d’un manuel de création de “panique morale”. 

 

Sources : Hermas

 

Posté par Adriana Evangelizt

 

 

Commenter cet article

roland 28/05/2010 00:18



c'est très interessant d'apprendre ça. Je le savais bien que" l'histoire est une grande libératrice" comme disait Emile Bréhier, et une source de compréhension, entre autre de comprehension du
présent.


vous faites oeuvvre de salut public en rappelant ces faits.


on n'étudie jamais assez l'histoire