Il n'y avait aucune arme à bord de la flottille humanitaire, selon un passager Français

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Il ne faut pas se leurrer, malgré les mensonges sionistes, dont les ambassadeurs ne racontent que des faussetés, il n'y avait pas d'armes sur les bateaux. En se repenchant sur l'analyse de Thierry Meyssan ou même celle dont on vous met le lien ci-dessous, on comprend bien que cet acte de barbarie n'a pas été provoqué par hasard. D'abord pourquoi envoyer une unité spéciale de nuit ? Pourquoi les soldats sont-ils masqués ? Pourquoi se cacher si l'on a la conscience tranquille ? Pourquoi masquer son visage si l'on n'avait pas l'intention de perpétrer des crimes ? Les soldats ont été envoyés avec une mission précise. Si vous allez sur le site Israel Valley et que vous lisez cet article, hormis les gros mensonges de propagande, ils disent des choses qui prouvent que les services de renseignements savaient qui était à bord du bateau turc :

 

" Aussi, le questionnnement, ici, porte-t-il sur l'impréparation manifeste des décideurs israéliens au plan du renseignement. Le IHH turc (ils nomment ainsi le bateau) dirigé par Bülent Yidirim, âme et bailleur de fonds de la flottille, n'est pas inconnu. Lié au Hamas, aux Frères Musulmans et à tout ce qui compte dans le terrorisme islamiste, il ne s'est jamais privé de clamer, urbi et orbi, sa haine d'Israël. De plus, Muhammad Kasem Sawalha et Zaher Khaled Assan al-Birawi, deux anciens membres opérationnels du Hamas résidant aujourd'hui en Grande-Bretagne et gérant de là toutes les activités de ce mouvement en Europe, sans oublier Hamam Sayid, dirigeant des Frères Musulmans en Jordanie, figuraient parmi les participants."  

 

Le navire turc n'a donc pas été envahi par hasard. Et ils clament haut et fort ICI, que "le violent affrontement avait bel et bien été programmé par les patrons islamistes turcs de la "flottille de la paix". Ils vont même jusqu'à raconter qu'ils ont "trouvé" un coffre-fort avec UN MILLION D'EUROS POUR LE HAMAS. Faisons leur confiance pour avoir mis ce qu'ils voulaient sur le bateau afin d'accuser les pacifistes. On a fait les ânes avant eux, figurez-vous !

 

La Vérité est qu'il y a une arête qui reste coincée dans la gorge des décideurs sionistes -les militaires et services secrets- et l'arête est que la Turquie ne peut plus pactiser avec un faux ami qui a armé contre elle les terroristes kurdes du PKK. Que le Mossad est bien présent en Irak dans l'entité kurde qu'il a créé pour ses propres besoins, car ces gens-là ne font rien pour rien. Il est donc inutile de se poser des questions sur les nombreux attentats qui ont lieu en Irak. Tout est très clair. Il est d'autre part interessant de noter un article paru sur les Echos où il est question d'Israël qui veut contrôler la mer au large de Gaza :

 

"La Turquie, qui a amorcé depuis quelque temps un virage stratégique "arabo-musulman", avait sponsorisé la flotte aux couleurs humanitaires afin de provoquer la prétention israélienne à contrôler le mer au large de Gaza."

 

 

 Ils veulent donc aussi "s'emparer" des eaux internationales au large de Gaza parce qu'il y a du gaz et qu'ils empêchent d'ailleurs le Liban d'exploiter ses gisements. Tout pour eux, rien pour les autres. Les stratèges sionistes sont des prédateurs. Ils ne sont bons qu'à prendre et à jamais rien donner. Il n'y a rien de pire que cette mentalité de rapaces. Rien de pire. Pourquoi ces rapaces veulent-ils garder Gaza sous leur coupe et notamment l'océan sous leur contrôle. Parce qu'il y a des gisements gaziers au large de Gaza. Et qu'ils veulent s'en emparer. Voilà pourquoi on taxe le Hamas de terroriste et que l'on affame les Gazaouites. Voilà pourquoi aussi ON ment aux Israéliens, comme toujours. C'est là que vous voyez que la mafia sioniste n'en a rien à faire des juifs, ils s'en servent. Point final et c'est une affaire qui rapporte gros. Demandez à l'Allemagne, à la France et à d'autres pays... des milliards qu'ils engrangent alors que les pauvres rescapés des camps font les poubelles. Personne ne peut devenir Ami avec les sionistes. Voyez où en est rendu l'Amérique. Il faut noter d'ailleurs que de plus en plus, les gens parlent là-bas, des journalistes, des militaires et qu'il ne fait aucun doute pour eux que le 11/9 a été conçu par le Mossad. Alors si, par malheur, cette Vérité arrivait à voir le jour, dites-vous bien que plutôt que d'avouer ce crime innommable, ils feront comme d'habitude. La politique du pire. Ce qui se traduira par des bombardements nucléaires partout où ça leur chantera. La France n'est pas à l'abri. Voilà pourquoi, encore, ils refusent d'adhérer au TNP, car il est bien dans leurs prévisions de se servir ce l'arme nucléaire. Nous connaissons leur stratégie par coeur car elle nous a été dites par un des leurs avant de mourir. Le père d'un de nos amis. Voilà.

 

Ecoutez l'analyse sur la Turquie qui va dans le sens de l'article de Thierry Meyssan, en dessous de l'intervention de Sarkozy. La Turquie est plongée dans une colère noire...

 

Ecoutez Nicolas Sarkozy sur RTL qui condamne cet acte.

 

Ecoutez aussi François Fillon en dessous.

 

 

 

 

Il n'y avait aucune arme à bord de la flottille humanitaire, selon un passager Français

 

 

 

 

Un Français, ayant participé à la flottille pour Gaza et expulsé mardi par les autorités israéliennes, a démenti la présence d'armes à bord des bateaux, lors d'une conférence de presse à Paris.

 

"Il n'y avait arme, ni bâton ni fourchette", a affirmé Youssef Benderbal, membre du Comité de bienfaisance et de secours aux Palestiniens (CBSP), qui a choisi de signer un document présenté par les autorités israéliennes et de se faire expulser parce que "je me voyais plus utile en France qu'entre les mains des Israéliens".

 

Les personnes qui ont refusé de signer le document contenant des renseignements personnels ont été placées en détention.

 

Israël a accusé les militants d'avoir "déclenché les violences" en attaquant les soldats avec couteaux et barres de fer. Selon l'armée israélienne, 9 passagers ont été tués et 7 soldats blessés à bord du ferry turc Mavi Marmara, le plus grand des six bateaux qui transportait 600 personnes.

 

"Nous ne sommes pas sur le registre de la provocation; le CBSP n'a jamais à voulu engager un bras de fer avec Israël", a souligné Youssef Benderbal qui n'était pas présent sur le navire turc où a eu lieu l'assaut mais sur l'un des cinq autres navires du convoi arraisonné par la marine israélienne.

 

C'est pour discréditer le convoi" que les Israéliens ont évoqué la présence des armes, a-t-il accusé en soulignant que si des passagers du bateau avaient pu brandir des couteaux cela s'expliquait par la panique et la brutalité de l'intervention des commandos israéliens.

 

"Il fallait laisser passer les bateaux et les inspecter au port; on aurait vu qu'il n'y avait pas d'armes", a-t-il ajouté en observant que les organisateurs ne s'attendaient pas à une intervention israélienne dans les eaux internationales.

Le CBSP organise des missions tous les six mois vers Gaza et compte quelque 70.000 donateurs en France, ont indiqué ses responsables.

 

Selon Youssef Benderbal, les organisateurs de la flottille humanitaire avaient décidé de se regrouper avant le départ final. Les Israéliens nous ont demandé de "faire demi-tour" mais "c'était inacceptable pour nous", a-t-il raconté. "C'a été le seul contact" avant l'assaut, a-t-il ajouté.

 

"Il était 04H00, je me suis réveillé et je suis allé sur le pont. J'ai vu un hélicoptère puis des zodiacs allant à toute allure. Un soldat cagoulé et armé est monté à bord. Il nous demandait de nous asseoir en hurlant", a-t-il raconté.

 

"On avait pour consigne de dialoguer avec les Israéliens et de protéger la cabine du capitaine avec nos corps. Le soldat a asséné un coup à la mâchoire d'un passager et lui a collé son arme à la gorge".

 

Après leur arrestation, les humanitaires ont été séparés. "On a pris nos empreintes digitales, nous avons été passés au scanner et fouillés au corps", a-t-il dit.

 

Neuf Français, selon le gouvernement, ont participé à la flotille pour Gaza.

 

L'un d'entre eux, Thomas Sommer Houdeville, porte-parole de la Campagne civile internationale pour la protection du peuple palestinien (CCIPPP), suscite l'inquiétude des humanitaires.

 

"Il est connu des autorités israéliennes parce qu'il a déjà participé à des missions pour Gaza. On a peur que ces autorités le fassent passer comme le représentant d'une organisation anti-israélienne", s'est inquiété Erwan Simon du CCIPP qui a qualifié l'intervention de la marine israélienne de "kidnapping".

 

Sources AFP

 

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans LES HOMMES DE LA BÊTE

Commenter cet article