Israël : projet de loi anti-boycott approuvé

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Vous avez là un aperçu de la "démocratie sioniste". Quand on vous dit que les Israéliens et les Juifs sont pris en otage, ce n'est pas une blague de potache. Tous ceux qui manifestent contre le mur d'apartheid se retrouvent au ballon comme Jonathan Pollack qui a déclaré avant son embastillement "J'irai en prison la tête haute..." On reconnait là l'Eternel Rebelle qui ne plie pas devant la loi des Hommes Injustes. Il écoute la Loi de sa Conscience. 

 

 Jonathan Pollak fondateur de l'Association Les Anarchistes contre le Mur

 

 

Si vraiment les Israëliens prenaient la même voie que les pays Arabes environnants, vous verriez à quoi ressemble "l'état démocratique". Tant que "les enfants d'Israël" dormaient, tout allait bien, il ne faut surtout pas se réveiller sinon... rien ne va plus. On voit déjà le sort qui est fait aux ONG de défense des droits de l'homme et pacifistes. Tout est fait pour leur nuire. Ce qui ne les a pas empêchées de reconnaître l'Etat Palestinien. Pour prouver au régime d'extrême-droite qu'elles ne plieront pas.

 

  Et maintenant c'est la loi anti-boycott qui va être votée pour "punir" les Israéliens qui boycotteraient les produits issus de territoires colonisés. C'est-à-dire que tous ceux qui se battent pour la Justice et la Vérité sont cloués au pilori. Voilà la mentalité sioniste qui place la Nation au-dessus du Peuple, comme expliqué hier. Vous devez, pour être considéré, perdre votre Âme et votre Conscience. Si on vous dit de VOLER la Terre, volez la terre... si on vous dit de TUER, tuez sans vous poser de questions. Si on vous dit de MENTIR, mentez... vous avez là l'exact contraire des DIX COMMANDEMENTS. Voilà le sionisme qui se sert de la Religion pour faire aboutir son Plan : s'emparer de toute la Palestine pour reconstruire l'Eretz-Israël mythique. C'est à dire qui n'a JAMAIS existé. Car tous les territoires de Canaan étaient sous occupation Egyptienne. Avant ou après avoir été occupés par d'autres.

 

Le comportement sioniste envers les Justes nous ramène à la fameuse phrase de Caïphe prononcée à ses semblables au Sanhedrin alors qu'ils complotaient pour faire mourir Yeshoua :

 

Vous n'y entendez rien ;

Vous ne réfléchissez pas QU'IL EST DANS VOTRE INTERÊT QU'UN SEUL HOMME MEURE ET QUE LA NATION ENTIERE NE PERISSE PAS. Jean 11 : 49, 50

 

Depuis ce temps-là, rien n'a changé dans cette mentalité. Le Pharisianisme règne toujours en Maître au travers du Sionisme. Heureux, ceux qui n'auront pas peur de LUTTER au nom de leur Conscience !

 

 

 

Israël : projet de loi anti-boycott approuvé

 

 

 

Le projet de loi frappe d’amende les citoyens qui soutiennent, prennent l’initiative d’un boycott contre l’occupation
 

La Commission de la constitution, des lois et de la justice de la Knesset a approuvé mardi (15 février 2011) un projet de loi qui requiert que soient frappés de lourdes amendes les citoyens israéliens qui prennent l’initiative ou qui incitent au boycott contre Israël et l’occupation des territoires palestiniens. Le Parlement israélien (Knesset) a approuvé une lecture initiale du projet de loi il y a plus de six mois. Le projet de loi va maintenant suivre son cours vers une première lecture à la Knesset pour approbation. S’il devient une loi, les amendes s’appliqueront à toute personne boycottant des individus, des sociétés, des usines et des organisations israéliennes .

 

Le projet de loi a été présenté par le président de la coalition, Ze’ev Elkin, et parrainé par 27 députés des partis de droite et des partis fascistes : Likoud, Israel Beitenu (Israël notre maison), Shas, Habayit Hayehudi, Judaïsme Unifié de la Torah et le parti centriste Kadima lors de sa lecture préliminaire.

 

Les réactions au projet de loi ont été négatives de façon unanime de la part de la gauche israélienne. Le député du Hadash (le Front Démocratique pour la Paix et l’Egalité) Dov Khenin a déclaré que c’était le dernier dans une tendance émergente de législation anti–démocratique encouragée par Israel Beitenu.

 

“Le projet de loi est stupide, agressif, brutal et anti-démocratique” a déclaré Khenin. “La véritable signification du projet de loi est de grande portée et cherche à enrôler le centre politique à l’ordre du jour de l’extrême-droite. Sa véritable intention est de décider qu’Israël et les territoires occupés sont une seule et même chose”.

 

Khenin a déclaré que si le projet devient loi, cela signifiera que les gens qui sont au restaurant et qui demandent de retourner une bouteille de vin produite en Cisjordanie, parce qu’ils désapprouvent la colonisation israélienne là-bas, seront passibles d’une forte amende.

 

Le député du Hadash Hanna Sweid a ajouté que le projet de loi avait pour intention d’intimider les critiques de la politique du gouvernement et était une violation évidente de la liberté d’expression. Après une discussion enflammée, marquée par une dispute procédurale, le projet a été voté, ses opposants tempêtant à l’extérieur de la salle, refusant de prendre part au vote. Avant que la décision ne soit prise, le député Khenin a suggéré de rebaptiser le “Projet d’interdiction d’organiser un boycott” en “Projet d’interdiction de la liberté d’expression”, ainsi que l’a rapporté l’Association pour les Droits Civils en Israël.

 

A propos du projet

 

Le projet de loi sur le boycott a d’abord été présenté en juin 2010 par 25 députés et appuyé par des membres de différentes factions. Sa rédaction imprécise rendrait illégales de nombreuses actions, considérées maintenant comme relevant de la liberté d’expression. Il est interdit de prendre l’initiative d’un boycott contre l’Etat d’Israël et “les territoires sous contrôle israélien”, d’encourager la participation à celui-ci, ou d’apporter aide ou renseignement dans l’intention de le faire progresser”, ainsi qu’énoncé dans la section 2 du projet proposé.

 

Les sections 3 et 4 de la législation proposée affirment qu’”un acte d’un citoyen ou d’un résident d’Israël en violation de la section 2 constitue un préjudice civil et qu’il relèvera des dispositions de l’Ordonnance sur les Dommages” et que “le tribunal établira une compensation pour dommages et intérêts pour le préjudice civil conformément à cette loi de la manière suivante : a) paiement de dommages et intérêts jusqu’à concurrence de 30.000 NIS (6135 €) à une partie lésée devant faire la preuve d’un quelconque dommage”.

 

Si la preuve est faite qu’ils ont participé à un boycott, des personnes qui ne sont pas citoyens ou résidents d’Israël peuvent aussi être punies en se voyant refuser le droit d’entrer dans le pays pour au moins 10 ans, conformément à la législation proposée.

 

Eilat Maoz, Coordinatrice de la Coalition des Femmes pour la Paix, a répondu au projet de loi proposé en disant : “C’est un pas de plus par lequel le gouvernement ne se contente pas de persécuter les organisations de gauche, mais essaie de rendre illégales les protestations de gauche et de réduire au silence ses citoyens. C’est un gouvernement qui a peur du débat démocratique, parce qu’un tel débat mettra en évidence le désaccord de l’opinion publique avec les politiques destructrices de l’occupation et des colonies.”

 

Source : Al-Oufok http://www.aloufok.net/

 

traduction : Yves Jardin, Afps Cornouaille.

 

Sources France-Palestine

 

Posté par Adriana Evangelizt

Commenter cet article