La provocation américaine continue

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Il est certain que les provocations américaines au Pakistan, et ailleurs, hérissent sérieusement les poils de la Chine, mais pas seulement. La Russie commence aussi à en avoir ras-le-bol. Il n'y a qu'à voir les commentaires de Poutine sur l'invasion de la Libye. Je vais en parler en suivant en posant une video où il dit clairement ce qu'il pense. On peut même se demander si la clique derrière Obama ne fait pas exprès de provoquer le Pakistan pour entrer en guerre avec la Chine. C'est presque à souhaiter que les Chinois bougent. Ils pourraient pour commencer se débarrasser des 696,2 milliards de $ en bons de trésor américains qu'ils ont en leur possession. Par force, d'ailleurs, car dernièrement encore, la Clinton a supplié la Chine de continuer à financer la dette de son pays. Dette abyssale qui se monte à 14 294 milliards de $. Le Trésor ne veut d'ailleurs plus fournir de crédit, la limite étant atteinte. Lire l'article ICI. On apprend ainsi que la caisse des retraites des fonctionnaires ne sera plus financée.

 

Quand je vous dis que ça va exploser, c'est que franchement, il ne peut pas en être autrement. Les banquiers se remplissent les poches et c'est le Peuple à qui l'on coupe les vivres. Ceci ne peut plus durer. Les Etats-Unis vivent sur le dos du monde et leurs banquiers sur celui des Américains avec l'industrie de l'Armement au top des Prédateurs dans ce pays. Voilà pourquoi ils font la guerre partout avec leur bras armé : l'OTAN. On bombarde l'Irak, l'Afghanistan, le Pakistan, et maintenant la Libye. Qui paie les milliards pour tout l'arsenal envoyé dans ces pays ? Le contribuable. Nous sommes-là dans un Cercle vicieux dont il va falloir sortir bientôt. Surtout qu'en France, on prend le même chemin. On nous parle d'économies, mais pas pour bombarder la Côte d'Ivoire ou la Libye. Nos opérations sur ce dernier pays aurait déjà coûté 50 millions d'euros. Les dépenses militaires hors pays en 2011 avec l'Afghanistan nous coûterons au minimum 900 millions d'euros. Voilà les économies !Croyez-vous que cet argent ne serait pas plus utile ailleurs, ici chez nous... il est clair et net qu'avec de tels "chefs", on court à la faillite. Tant en France qu'aux USA. 

 

Et c'est justement parce que les Etats-Unis sont endettés à n'en plus pouvoir qu'une bonne grande guerre arrangerait forcément leur situation désastreuse. Voilà pourquoi nous avons eu trois autres guerres mondiales avant celle qui va se produire.

 

La provocation de la fausse mort d'Oussama ben Laden est sans doute la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. Même Medvedev n'a pas pu cacher son doute sur l'authenticité de l'évènement, osant subodorer qu'il était déjà mort depuis longtemps. Il n'a certainement pas lancé cette "pique" par hasard. Ses services secrets doivent être bien au courant de la vérité sur l'homme. Or, cette intrusion sous un faux prétexte ne plaît pas à la Chine. Ni aux Russes. Comme ne leur plaît pas non plus, l'invasion de la Libye. Poutine s'est montré très patient jusqu'à présent, mais ne doutons pas que si Obama et sa clique provoquent Pékin, le Russe ne restera pas les bras croisés. Il montre depuis quelques temps, beaucoup de signes d'impatience...

 

Il serait enfin temps que des dirigeants courageux remettent les points sur les I à tous ceux qui se prennent pour le nombril de la Planète et ne cessent d'emmerder le monde. Il faudrait, une fois pour toutes, que Poutine, la Chine, l'Inde et le Pakistan s'associent, ferme le clapet à tous ces envahisseurs et les renvoient chez eux avec pertes et fracas. C'est tout ce qu'ils méritent.

 

 

 

 

La provocation américaine continue

 

 

 

Il y en aura une de trop...

 

La Chine a déjà mis les Etats-Unis en garde que toute attaque de Washington sur le Pakistan serait interprètée comme un acte d’agression à l’encontre de la Chine. Cet avertissement sec représente le premier ultimatum stratégique reçu par Washington depuis plus d’un demi-siècle, remontant à l’avertissement de l’URSS durant la crise de Berlin entre 1958 et 1961 et ceci indique plus avant le grave danger d’une guerre générale émanant de la confrontation Etats-Unis-Pakistan.


“Toute attaque sur le Pakistan serait perçue comme une attaque sur la Chine”

 

Répondant à des rapports établissant que la Chine avait demandé aux Etats-Unis de respecter la souveraineté du Pakistan dans les moments qui suivirent l’intervention Ben Laden, le porte-parole du ministère des affaires étrangères chinois Jiang Yu a utilisé le briefing avec la presse du 19 Mai pour réaffirmer la demande catégorique de Pékin que “la souveraineté et l’intégrité du territoire du Pakistan doit ête respecté.” En accord avec des sources diplomatiques pakistanaises citées par le Times of India,  la Chine a “mise en garde sans termes équivoques qu’une attaque sur le Pakistan serait considérée comme une attaque sur la Chine”. Il a été indiqué que cet ultimatum a été délivré au cours du dialogue stratégique et des pour-parler économiques ayant eu lieu à Washington le 9 Mai et où la délégation chinoise était emmenée par le vice premier ministre chinois Mr Wang Qishan et le conseiller d’état Mr Dai Bingguo. Les avertissements de la Chine sont implicitement supportés par les missiles nucléaires de cette nation, incluant quelques 66 missile inter-continentaux dont plusieurs ayant la capacité de frapper les Etats-Unis, en plus de 118 missiles de moyennes portées, 36 missiles lancés à partir de sous-marins et de nombreux systèmes de missiles à courte portée.

 

Le support de la Chine est vu par les observateurs régionaux comme étant critiquement important pour le Pakistan, qui se trouve autrement coincé dans la tenaille entre les Etats-Unis et l’Inde. “Si la pression des Etats-Unis et de l’Inde continue, le Pakistan pourra dire ‘La Chine est avec nous. Ne pensez pas que nous sommes isolés, nous avons une super-puissance potentielle avec nous.” a déclaré à l’AFP le général en retraite et analyste politique Talat Massoud.

 

L’ultimatum chinois est survenu durant la visite à Pékin du premier ministre pakistanais Gilani; durant laquelle le gouvernement hôte a annoncé le transfert immédiat et gratuit de 50 avions de chasse à réaction dernier modèle JF-17. Avant son départ, Gilani a renforcé l’importance de l’alliance entre le Pakistan et la Chine proclamant: “Nous sommes fiers de compter la Chine parmi nos meilleurs amis et de réaffirmer la confiance qui nous relie. La Chine pourra toujours compter sur le Pakistan pour être à ses côtés en toute circonstance… Quand nous disons que cette amitié est plus grande que l’Himalaya et plus profonde que les océans, nous capturons l’essence même de cette relation.” Ces remarques furent accueillies par des jérémiades des portes-parole états-uniens, notamment du sénateur républicain de l’Idaho Risch.

 

La crise stratégique qui bouillonne entre les Etats-Unis et le Pakistan a explosé avec force le 1er Mai avec l’affaire du raid commando unilatéral et non autorisé qui a de manière supposée tué le fantômatique Oussama Ben Laden dans une maison fortifiée de la ville d’Abottabad, ce qui constitua une violation flagrante de la souveraineté du Pakistan. Le timing de cette cascade militaire effectuée pour enflammer les tensions entre les deux pays, n’avait abolument rien à voir avec la supposée guerre contre le terrorisme et tout à voir avec la visite au Pakistan à la fin Mars, du Prince Bandar, le chef de la sécurité nationale saoudienne. De cette visite a resulté une alliance immédiate entre Islamabad et Ryadh, avec la Pakistan promettant de fournir des troupes pour mâter toute rebellion concoctée par les Etats-Unis sous forme de révolution colorée dans le royaume des Saouds, tout en offrant une protection nucléaire aux Saoudiens, les rendant ainsi moins vulnérables aux menaces d’extorsion américaines d’abandonner la monarchie pétrolière aux bons soins de Téhéran. Un mouvement conjoint entre le Pakistan et l’Arabie Saoudite pour briser l’emprise de l’empire américain dans la région et quelque soit ce que l’on pense de ces deux régimes, représenterait un coup fatal à l’empire américain pâlissant en Asie du Sud.

 

Quant aux affirmations concernant le raid supposé sur Ben Laden le 1er Mai, il y a une masse de contradictions changeant les fait de jour en jour et ne donnant pas espoir de savoir ce qu’il s’est vraiment passé. Une analyse de cette aventure serait en de biens meilleures mains avec des critiques littéraires et des auteurs de revues théâtrales. Le seul fait solide et consistant qui émerge de tout cela est que le Pakistan est la cible majeure des Etats-Unis, ainsi intensifiant la politique américaine anti-Pakistan qui a été mise en place depuis le tristement célèbre discours d’Obama à West Point en Décembre 2009.

 

Sources Denissto eu

 

Posté par Adriana Evangelizt

Commenter cet article