La Russie pilotera le nucléaire turc

Publié le par Adriana EVANGELIZT

ET allons-y gaiement pour le nucléaire. Surtout en Turquie où les failles sont innombrables.

 

 

 

La Russie pilotera le nucléaire turc

 

 

 

Le Parlement de Turquie (Grande assemblée nationale de Turquie) a approuvé le 15 juillet un accord passé avec la Russie pour la construction d’une centrale nucléaire dans la ville d’Akkuyu, sur la côté méditerranéenne. La Russie avait été choisie pour mener à bien ce projet de 4 réacteurs nucléaires, lors d’une visite officielle de Dimitri Medvedev en mai à Ankara. Le premier sera donc construit par une société russe, désignée par un consortium dirigé par l’entreprise AtomStroyExport (contrôlée par l’Etat). Les entreprises financeront les travaux, estimés à 20 000 milliards de dollars.

 

Greenpeace international regrette que les 170 000 signatures « anti-nucléaires » récoltées par le parti d’opposition turc n’aient rien changé au vote du Parlement. L’association dénonce « la dépendance de la Turquie à l’égard de l’expertise russe et du combustible nucléaire pour ses besoins énergétiques », sur son site internet. La compagnie prochainement désignée pour construire le réacteur à Akkuyu sera propriétaire de l’électricité produite mais aussi de la centrale. La Turquie commencera à toucher 20% des profits de la compagnie seulement après 15 ans de service.

 

Mais les militants de l’ONG, pointent du doigt le tarif de rachat de l’électricité produite par la future centrale. TETAS, la société de négoce d’électricité turque, achètera l’énergie nucléaire pour 123.5 dollars le méga watt heure au moins. C’est le double du prix en vigueur sur le marché européen (aux alentours de 60 dollars en juillet 2010). « C’est beaucoup trop pour que l’énergie nucléaire soit abordable et compétitive », analysent les militants Greenpeace. Une affaire juteuse, oui, mais certainement pas pour la Turquie.

 

Sources Journal de l'Environnement

 

Posté par Adriana Evangelizt

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article