Le lâche et les glorieux

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Un très bel édito de Laurent Joffrin.

 

 

 

Le lâche et les glorieux

 

 

par Laurent Joffrin

 

 

 

Ainsi, depuis vingt-trois ans, la Tunisie était gouvernée par un trouillard ! Ainsi, le grotesque successeur du grand Bourguiba, flic en chef de l’un des régimes les plus féroces de la région, n’était qu’un pleutre et, quand le peuple insurgé lui a signifié son congé, il est parti la queue basse. Vive la Tunisie libre !

 

Avant les prudences d’usage - va-t-on vers la démocratie, l’anarchie ou bien une autre dictature ? -, il est permis, ne serait-ce qu’une heure, de laisser éclater sa joie. Privé de ses sicaires, le tyran s’est dissous comme une statue de sable. Ce régime était en toc, et tous ceux qui l’ont tenu à bout de bras au nom d’une realpolitik des imbéciles doivent maintenant expliquer pourquoi celui qu’ils tenaient pour un rempart solide contre les islamistes est tombé comme un château de cartes. Il y a un parfum de 1830 dans cette chute d’un fantoche renversé par des gavroches, dans cette révolution à la française au cœur du Maghreb, dans ces trois Glorieuses déclenchées par Internet et les militants des droits de l’homme, avec un Charles X aux cheveux teints qui monte en avion comme jadis on fuyait en calèche. Les leçons de cet événement historique apparaîtront peu à peu. Mais, d’ores et déjà, on voit que le monde arabe n’est pas forcément condamné au sinistre face-à-face entre fanatisme islamiste et dictature corrompue ; que le supposé réalisme de ceux qui soutiennent les tyrans n’est souvent qu’un aveuglement intéressé, que les valeurs de liberté peuvent pénétrer en terre d’islam, que cette démocratie qu’on dit en crise, qu’on juge factice ou faisandée, qu’on déclare réservée aux Occidentaux,  suscite encore le sacrifice et qu’il y a toujours, à Tunis comme naguère à Pékin ou à Varsovie, des hommes prêts à mourir pour la liberté.

 

Sources Libération

 

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans REVOLUTION DES PEUPLES

Commenter cet article

Adriana EVANGELIZT 15/01/2011 18:53



@Nono


Vous nous emmerdez avec vos francs-maçons ! OK ? Parce qu'à vous entendre, il est certain que RIEN NE DOIT BOUGER, TOUT DOIT STAGNER ! Parce que ce sont des idées révolutionnaires de
francs-maçons ! Pauvre de vous. La Franc-maçonnerie couvre tous les dictateurs d'Afrique et d'Orient, pour votre gouverne. Donc ceux qui renversent les pouvoirs dans ces pays-là, sont à cent
mille lieues de vos élucubrations. A force de vous fixer sur un seul sujet, vous oubliez tout le reste. Il est certain qu'avec des gens comme vous, on n'avancera jamais. Continuons de courber le
dos devant nos maîtres serviles en attendant le Messie, pourrait être votre devise. Ceci s'appelle la "stratégie du lézard au soleil". Quand ça va bien,
je me dore. Quand il pleut, je me cache.



Nono 15/01/2011 18:28



Ce parfum de 1830, c'est celui des communes de Paris, celui de la lutte des communards (précédés des gavroches, il est presque vrai), celui des francs-maçons morts pour la République. Tous les
ans les francs-maçons fêtent la Commune comme leur fête, celle de leur sacrifice, celle des frères tombés pour la République et la devise. En 1870, les communards prennent finalement
définitivement le pouvoir tout en mourant en grand nombre (parfois divisés en eux-même). Le parfum de 1830 (la monarchie de juillet, encore appelée très officiellement dans les livres d'Histoire
"le désordre permanent", celui par lequel doit "techniquement" sortir l'ordre) est très clairement un souvenir des francs-maçons et de leurs gavroches (des enfants, tout comme celui dont parle
Victor Hugo dans les Misérables).


 


Bref, nous voici en plein dedans et qui porte donc le drapeau? Les gavroches ou les maçons?


 


http://fr.wikipedia.org/wiki/Monarchie_de_Juillet


http://www.appl-lachaise.net/appl/article.php3?id_article=730


Chanson maçonnique : http://www.youtube.com/watch?v=FPI-_XLBFpc


 


Etonnant? Il est vraiment important de savoir de quoi on parle et qui parle.