Le projet d’échanges de données personnelles entre l’UE et Israël condamné par l’IPSC

Publié le par Adriana EVANGELIZT

On se demande jusqu'à quand la Commission européenne va nous prendre pour des pigeons. Tout est fait pour nous mettre sous la coupe sioniste. Même la CNIL ne peut pas cacher qu'elle oeuvre pour la cohorte. Voyez le document sur gouv. fr où Orange donne son autorisation pour les transferts des données hors de l'Union Européenne. Et ces données vont où ? En Israël !

 

 Société responsable du transfert: ORANGE France

 

 Identité(s) du(des) destinataire(s):

Les personnes habilitées de la société TELMAP Ltd, 11 Careket ST – P.O Box 12888, 46733 Herzlia B. ISRAEL

 

 Pays d’établissement du(des) destinataire(s): Siège de la société en ISRAEL. Serveurs hébergés aux ETATS-UNIS

 

La Commission déclare "qu'Israël offre le niveau suffisant de protection des données à caractère personnel" ! Franchement, de qui ils se foutent ? Et en plus, il faut voir les subventions que la Commission leur donne. Des subventions payées par le contribuable Européen. 4,3 milliards d'un côté, 500 millions de l'autre. La Prédation toujours. Par ici la monnaie. Si l'Union pour la Méditerranée avait fonctionné, cela aurait été la même chose, ils se seraient bien servi au passage. Rien n'est gratuit avec eux. S'ils participent à quelque chose, il faut raquer. Les Peuples du monde servent à ça comme il est écrit dans le Talmud et le Zohar. Il n'y a pas pire prédateur que le sionisme et ses organisations sur terre. Qu'ils en profitent bien, la fin est proche pour ce système, c'est certain. A trop prendre les gens pour des imbéciles, ça va être dans le monde entier comme dans les pays arabes. Les Peuples vont reprendre leurs billes et leur liberté. Il y en a marre de se faire vampiriser par ces voleurs.



 

 

Le projet d’échanges de données personnelles

entre l’UE et Israël condamné par l’IPSC

 

 

 

Cette mesure va laisser des millions de citoyens potentiellement à la merci d’un vol de leur identité, parrainé par leur État, du même genre que ce que nous avons connu à Dubaï en janvier de l’année dernière ; effectivement, c’est une acceptation tacite de la légitimation de tels actes de terrorisme d’État que commet Israël.
La Campagne Solidarité Irlande/Palestine a condamné aujourd’hui la décision de la Commission européenne déclarant qu’« Israël offrait le niveau suffisant de protection des données à caractère personnel » et donnant ainsi le feu vert au « transfert de données à caractère personnel des citoyens de l’Union européenne à Israël ».

 

Le gouvernement irlandais avait antérieurement tenté de bloquer cette relation de partages de données, mais en vain.

 

Condamnant cette approbation de la Commission, la présidente nationale de l’IPSC, Freda Hugues, déclare : « Il s’agit d’une initiative scandaleuse au nom de la Commission européenne. Israël est un pays qui s’est servi de passeports de ressortissants irlandais, allemands, britanniques et français pour perpétrer l’assassinat extrajudiciaire d’un membre du Hamas à Dubaï, l’année dernière - et il n’y a aucune raison de croire que c’était la première ou la seule action illégale de cette sorte. Par conséquent, que la Commission autorise le transfert de données à caractère personnel concernant des citoyens de l’Union européenne à cet État voyou serait risible si ce n’était une question aussi manifestement grave. Cette mesure va laisser des millions de citoyens potentiellement à la merci d’un vol de leur identité, parrainé par leur État, du même genre que ce que nous avons connu à Dubaï en janvier de l’année dernière ; effectivement, c’est une acceptation tacite de la légitimation de tels actes de terrorisme d’État que commet Israël. »

 

Mme Huges critique également la nature partisane de l’Union européenne  quand il s’agit d’Israël : « Cela fait partie d’une tendance plus large au sein de l’UE par laquelle, en dépit des déclarations hypocrites et de circonstance critiquant les violations israéliennes des droits de l’homme, l’UE et ses États membres œuvrent à développer et à affermir les relations économiques et symboliques avec Israël. Par exemple, la "recherche scientifique" est une forme extrêmement lucrative de coopération de l’UE avec Israël. Israël participe à plus de 800 projets avec des universités et entreprises européennes, pour un montant évalué à 4,3 milliards d’€. En 2013, il est prévu qu’Israël reçoive plus de 500 millions d’€ de subventions européennes. En Irlande, nous devrions tous être scandalisés par le fait que le représentant de l’Irlande à la Commission européenne, Maire Geoghegan-Quinn, soit la personne chargée de gérer ces subventions. Parmi les bénéficiaires, on trouve les fabricants d’armes, tels que Elbit et Israel Aerospace Industries, qui construisent les drones et les avions qui servent régulièrement à attaquer la population de Gaza. »

 

Mme Hugues réitère l’appel d’IPSC pour qu’il soit mis fin à l’impunité israélienne, et spécialement pour exclure Israël à titre suspensif de l’Accord Euro-Med : « Israël ne craint aucune répercussion pour ses actions de la part de l’UE et de ses États membres, parce que ces institutions persistent à lui permettre d’agir en toute impunité. L’Accord Euro-Med entre Israël et l’UE accorde à Israël un accès privilégié au marché européen. L’article 2 de cet Accord stipule clairement que l’application de l’accord est conditionnée par le respect, par Israël, « des droits de l’homme et des principes démocratiques » un respect considéré comme un « élément essentiel » de l’accord. Israël a violé de façon flagrante le droit international à maintes occasions et il doit être suspendu de cet accord préférentiel sur cette base - et pourtant, aucun État membre de l’UE et aucun commissaire de l’UE n’a jamais soulevé cette possibilité. En tant que tel, il faut nous interroger sérieusement sur l’engagement de l’UE dans la protection des droits de l’homme ». (1)

 

Et Mme Hugues de conclure : « Je recommande à toute personne concernée par cette tendance à une plus grande coopération UE/Israël - qui équivaut en réalité à récompenser les Israéliens pour leur terrorisme contre les Palestiniens - de lire l’excellent livre de David Cronin sur la question : "L’alliance de l’Europe avec Israël : aider l’occupation" ».(2)


(1) - Ndt : Une résolution a été adoptée par le Parlement européen le 10 avril 2002, par 269 voix pour, 208 voix contre et 22 abstentions qui demande la suspension des accords UE-Israël. Voir notamment le point 8 de cette résolution :

 

8. (le Parlement européen) demande au Conseil et à la Commission de convoquer d’urgence le Conseil d’association UE-Israël pour transmettre sa position au gouvernement israélien en lui demandant de respecter les dernières résolutions de l’ONU et de réagir positivement aux efforts déployés actuellement par l’UE pour parvenir à une solution pacifique au conflit ; demande à la Commission et au Conseil, dans ce contexte la suspension de l’Accord d’association euroméditerranéen UE-Israël.

 

Cette décision de nos élus européens n’a jamais été appliquée.

 

(2) Voir : L’alliance de l’Europe avec Israël de David Cronin

 

Voir aussi l’interview de David Cronin par Sarah Irving sur le site L’Islam en France sur la parution de son livre.

 

Sources Info Palestine

 

Posté par Adriana Evangelizt

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article