Le règne des désaxés, des dérangés et des déviants

Publié le par Adriana EVANGELIZT

 

 

 

Le règne des désaxés, des dérangés et des déviants

 

 

 

par François Marginean

 

 

 

 

Quand on y réfléchit, ce que ça prend pour défaire une tyrannie, un État policier, une dictature, ou tout autre forme de pouvoir indu et oppressif est braquer les projecteurs sur eux et ainsi éliminer les zones sombres. Car c’est dans ces zones de noirceur que la tyrannie s’installe peu à peu, car elle est toujours illégitime et doit donc se cacher pour survivre son enfance. Lorsqu’on arrive à forcer un régime totalitaire et liberticide qui avance à visière baissée à se comporter tel qu’il est réellement, au vu et au su de tout le monde, on passe alors le moment crucial où le proverbial empereur apparaît nu à tous.

 

La population ne peut plus dorénavant prétendre que les habits de l’empereur existent, on apprécie la réalité pour ce qu’elle est, sans détour ni aveuglement. Ainsi, lorsqu’on cesse de vivre dans la peur et qu’on force une tyrannie à agir en tyrannie, on l’expose à la vue de tous, dans toute sa laideur et son vide de sens.

 

L’information et son contrôle sont plus que jamais une composante primordiale du pouvoir. Depuis des siècles, les décisions qui ont changé le cour de l’Histoire ont été prises par de petits groupes élitistes dans les couloirs du pouvoir étatique et religieux. Il est toujours plus facile de contrôler une population et le pouvoir lorsque cette dernière est à 95% illettrée et vit dans la peur et l’instabilité constante.

 

À l’ère de l’Internet, ce monopole de l’information a été brisé. C’est une révolution de la façon dont l’information circule dans la société qui s’est opéré. L’ordre établit en a été bouleversé. Il y a eu un éveil global des consciences sur la planète. Les effets ne font que commencer à se faire ressentir. Il y a cinq ans, vous auriez parlé des Bilderberg publiquement et vous auriez passé pour un hurluberlu conspirationniste; tandis qu’aujourd’hui, même les médias traditionnels en parlent. D’ailleurs, lors du dernier sommet des Bilderberg en Espagne, plusieurs individus qui joignent normalement le groupe à sa rencontre annuelle, ne s’y sont pas présentés parce qu’ils disent avoir ensuite des ennuis avec les questions et le traitement médiatique qu’ils reçoivent en rentrant dans leur pays.

 

Encore tout aussi significatif, il y a Zbigniew Brzezinski qui lors de la dernière rencontre du Council on Foreign Relations (CFR) à Montréal a fait l’étonnante admission « qu’un éveil politique global » s’opérait, et que « pour la première fois de l’Histoire de l’humanité, presque toute l’humanité est politiquement active, politiquement consciente, et politiquement interactive ». Ce nouveau développement totalement unique dans l’Histoire humaine prend place partout autour du monde et est sans précédent tant au niveau du volume que de sa portée. Il est aussi la plus grande menace des structures globales du pouvoir.

 

C’est une menace parce qu’il devient presque impossible de manipuler par les mensonges, de contrôler les esprits par la propagande et la peur. La vérité devient de plus en plus difficile à cacher. Les faux vernis s’écaillent et ce qu’ils ont de plus important s’évapore: leur apparence de légitimité et de crédibilité.

 

La clique mafieuse du G8/G20 peu bien se rencontrer anti-démocratiquement à huis clos en gaspillant un milliards de dollars de notre argent pour se protéger de nous, ils ne font que se révéler au grand jour pour ce qu’ils sont: une bande de charognards sans honte qui ne sont plus nos représentants depuis belle lurette, mais qui décident sans nous consulter comment gérer nos vies et notre futur. Aux yeux de la vaste majorité de la population, ces gens n’ont absolument aucune crédibilité que ce soit. Zéro.

 

Entre ce qu’on peut lire et entendre dans les médias traditionnels et dans la blogosphère indépendante, il y a un monde de différence. Il semble que si on regarde le monde via le prisme des grands médias, l’empereur nu est toujours perçu et projeté comme étant habillé. Mais pour les dizaines de millions d’individus, d’activistes, de chercheurs indépendants, de blogueurs et de journalistes citoyens à travers la blogosphère, la réalité apparaît telle qu’elle est, sans distorsion.

 

Ainsi, il est criant pour l’ordre établi d’être certain que les citoyens ne puissent seulement lire et entendre l’information qui est caractérisée de « nouvelle » par les médias corporatifs à propos de ce qui se passe dans le monde. Les gouvernements et l’ordre établi sont absolument terrifiés d’une blogosphère indépendantes qui est en mesure d’obtenir la vérité à propos de plusieurs évènements critiques se déroulant autour du monde et dans son pays. Ils veulent donc un total cyber-contrôle de l’Internet pour prévenir toute continuation de cela.

 

C’est dans cet esprit que le gouvernement fédéral sous Obama est sur le point de recevoir le pouvoir absolu de fermer l’Internet pour une durée de quatre mois si le projet de loi « The Protecting Cyberspace as a National Asset Act » passe la dernière étape de vote du Sénat. Sous ce nouveau pouvoir totalitaire, le président des États-Unis, en réponse d’une directive du Homeland Security. Le prétexte officiel est bien évidemment de protéger la sécurité nationale et les secrets d’État. Le « mur de silicone » est dressé à travers l’Amérique.

 

Des mois avant que le 9/11 se produise, les États-Unis avaient déplacé toute une armada militaire dans le golfe Persique prêt à attaquer. Le lendemain du 11 septembre, les Talibans sont accusés de protéger et cacher Bin Laden en Afghanistan et comme par magie, l’invasion pu être lancée dans les semaines qui suivirent. Dans le mois qui ont précédé mars 2003, le monde entier fut témoin d’une campagne médiatique intense pour démoniser l’Irak et Saddam Hussein, terroriser la planète entière avec les fausses armes de destruction massive, la menace des armes nucléaires inexistantes et les prétendus liens avec l’Al-Qaïda dans le but de préparer la guerre et la vendre. Les effectifs militaires un coup en place, la guerre sera lancée.

 

Aujourd’hui, tous ces mensonges ont été exposés. Pourtant, la même recette est utilisée pour nous vendre une nouvelle guerre contre l’Iran, un ennemi perçu de la part d’Israël et des États-Unis. Cela fait maintenant quelques années que cette guerre contre l’Iran est voulue et se prépare. Mais elle est quasiment impossible à vendre, tous les trucs du livre ont été essayés, mais sans succès. La population internationale réunie sur la blogosphère refuse de mordre à l’hameçon.

 

Mais l’empereur a besoin de cette guerre potentiellement mondiale pour détourner l’attention de sa nudité: sa nature despotique et les fiascos épiques dont il est le responsable. On passe à la cinquième vitesse, on pèse sur l’accélérateur. Selon les informations partagées par Wayne Madsen, c’est le gouvernement américain qui aurait poussé dans le dos de BP pour driller dans le réservoir du Macondo dans le golfe du Mexique dans le but de s’assurer un approvisionnement en pétrole de huit mois dans la perspective où une guerre contre l’Iran serait entamée et que le flot de pétrole en provenance du Moyen-Orient soit interrompu.

 

Selon les sources de Wayne Madsen Report (WMR) au sein du Corps des ingénieurs de l’armée et de la Federal Emergency Management Agency (FEMA), le Pentagone et les ministères de l’Intérieur et de l’énergie ont dit à l’Administration Obama que les 3 à 4 milliards de barils de pétrole nouvellement découverts dans le Golfe du Mexique couvriraient les besoins pétroliers zuniens pendant au maximum huit mois, au cas où une attaque militaire contre l’Iran aboutissait au blocage de la circulation des pétroliers dans le détroit d’Ormuz, entraînant l’arrêt de l’approvisionnement pétrolier du Golfe Persique pour la Zunie.

 

Selon les sources gouvernementales de WMR, Obama, Salazar, Chu, et Gates on donné dès le début leur feu vert pour les opérations du forage risqué à Macondo.

 

WMR a appris que BP a pu repousser  plusieurs contrôles de sécurité du fait du haut niveau d’intérêt de la Maison Blanche et du Pentagone pour l’exploitation du riche filon trouvé dans le golfe du Mexique afin de planifier une attaque militaire contre l’Iran sans avoir à se préoccuper de la pénurie de pétrole et de gaz naturel en provenance du golfe Persique après l’ouverture des hostilités. (Source)


 

Tout comme dans les mois précédant l’agression de l’Afghanistan en 2001, de puissants effectifs militaires américains sont présentement déployés dans le golfe Persique et la mer Rouge, autour de l’Iran. Il s’agit d’un porte-avion accompagné d’une douzaine de navires de guerre américains et un israélien, de sous-marins à capacité nucléaire américains et israéliens, de troupes d’infanterie, de véhicules blindés et de munitions. La Israeli Air Force (IAF) a acheminé de l’équipement militaire à une base en Arabie Saoudite tandis qu’une importante force américaine s’est massée en Azerbaïdjan qui se trouve à la frontière nord-ouest de l’Iran.

 

Israël a stationné trois de ses cinq sous-marins de classe Dolphin dans la mer Rouge et opèrent le long des côtes iraniennes en tout temps. Bien que ce soit l’Iran qui est accusée de vouloir produire des bombes nucléaires, c’est en fait ces sous-marins qui sont armés de missiles de croisières équipés de têtes nucléaires de 200 kilotonnes ayant une portée de 1500 kilomètres. Ces bombes nucléaires ne sont pas seulement pointées vers l’Iran, mais bien aussi vers les capitales européennes et pourraient toutes les détruire, selon Martin Van Crevel, professeur israélien et historien militaire.

 

C’est la fuite vers l’avant des désaxés. Face aux scandales grandissants et la connaissances des vrais artisans des crises économiques, du pétrole de BP dans le golfe du Mexique, de l’attaque de la flottille d’aide humanitaire en eaux internationales et autres, les dérangés ont besoin de détourner l’attention des gens. On ne déplace pas de tels effectifs militaires lourds sans penser s’en servir. Il ne manque qu’un faux prétexte, une fausse attaque terroriste (sur l’infrastructure de l’Internet?) ou un acte simulé de provocation pour partir la guerre. À partir de ce moment-là, nous pouvons nous attendre à ce qu’Obama pense à éteindre l’Internet; les déviants qui paradent comme nos sauveurs au G/20 pourront dormir tranquille tout en finissant de nous voler et tout baignera dans l’huile de BP pour le reste du monde.

 

La seule arme qu’il nous reste est ce projecteur de lumière qu’est l’Internet. Braquons-le directement sur les activités néfastes qui se déroulent sous nos yeux. C’est le moyen le plus efficace pour enlever le semblant de légitimité et de moralité de l’élite en place. Sans ce masque de crédibilité et de légitimité, ces décideurs, leaders, autorités, chefs d’État apparaissent tel qu’ils sont véritablement: des psychopathes désaxés malades de contrôle et assoiffés de pouvoir dont le règne s’achève. Ils le savent et en sont terrifiés.

 

Accueillez le règne des hommes et femmes informés, souverains et indépendants.

 

Sources Les 7 du Québec

 

Posté par Adriana Evangelizt

Commenter cet article