Leïla Ben Ali s’est enfuie vers Dubaï avec 1500 lingots d’or

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Alors quand je vous dis que les satanés agglutinent les lingots d'or en prévision de la catastrophe, je ne suis pas loin de la vérité. On en a un exemple flagrant là avec la garce de femme de ben Ali qui n'est pas partie les mains vides à Dubaî.  Sentant la tempête venir, elle a fait un détour par la banque centrale et s'est fait remettre 1500 lingots d'or. 1500 soit 1,5 tonne. Aujourd'hui le cours du lingot est de 32 900 euros. On multiplie par 1500 = 49 350 000 euros. Souvenons-nous du jeune Tunisien qui s'est immolé par le feu parce qu'on lui avait confisqué son pauvre étalage car il n'avait pas d'autorisation pour être sur le marché ! Comment doit-on nommer ce genre de femmes tout en restant polie ? 20 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. La famille de cette scélératesse, courtisane dans sa jeunesse et parvenue, a littéralement pillé la Tunisie avec celle de ben Ali, bien entendu. A nous les lingots, et au Peuple, le caniveau ! Tous les deux mériteraient le même sort que celui qui a été réservé à Saddam Hussein. Et encore, ils ne vaudraient pas les cordes pour les pendre. Faire sa fortune sur le dos des peuples que l'on éreinte est si méprisable que ceux qui perpètrent ces ignominies ne méritent pas le nom d'humains. Ils ne sont même pas des animaux. Ils n'ont ni âme ni conscience. Ils sont immondes.

 

 

TF1 confirme une info de DNA-Algérie : Leïla Ben Ali s’est enfuie vers Dubaï avec 1500 lingots d’or

 

 

Le pillage avant la fuite. L’ancienne première dame de Tunisie, Leïla Ben Ali, a retiré 1500 lingots d’or d’une banque à Tunis le 19 décembre 2010 avant de s’envoler vers Dubaï pour y déposer la précieuse cargaison. L’information, révélée par DNA-Algérie vendredi 14 janvier, a été confirmée dimanche 16 janvier par TF1 dans son journal télévisé de 20 heures.

 

Dans un article intitulé « Du séchoir au pouvoir : Le destin contrarié de Leila Trabelsi Ben Ali, coiffeuse devenue régente », publié par DNA vendredi 14 janvier à 17h59, nous écrivions que l’épouse de l’ex-président tunisien, Leïla Ben Ali, se serait envolée vers Dubaï avec dans ses bagages 1500 lingots d’or.

 

 

« Une rumeur, insistante mais invérifiable, prétend qu’elle serait partie dès le début des troubles, le 19 décembre, et qu’elle aurait emporté avec elle 1500 lingots d’or extraits des coffres de la banque centrale. L’histoire est sans doute trop belle pour être vraie. Elle montre cependant à quel point «  Leïla la coiffeuse devenue présidente » cristallise les fantasmes et les haines », écrivions-nous le vendredi 14 janvier, jour de la fuite du couple présidentiel vers l’Arabie Saoudite où l’ex-famille régnante a désormais trouvé refuge.

 

Dans l’impossibilité de vérifier cette information fournie par notre correspondant à Tunis, Farès Omrani, nous avions dû la publier au conditionnel.

 

La chaîne de télévision française TF1 indiquait ce soir ( dimanche 16 janvier ), au cours de son journal télévisé de 20 heures, que Leïla Ben Ali, née le 20 juillet 1957, s’était rendue dans une banque à Tunis, fin décembre, pour y retirer 1500 kilos d’or avant de s’envoler vers Dubaï.

 

Leïla Ben Ali, née Trabelsi, surnommée la régente de Tunis, ancienne coiffeuse qui a épousé en secondes noces Zine Al Abidine Ben Ali, traîne une réputation de prédatrice et de corruptrice.

 

 La famille de l'ex-président Ben Ali ainsi que celle de sa femme, les Trabelsi, sont réputées pour avoir fait main-basse sur les affaires en Tunisie tant et si bien que les câbles de la diplomatie américaine, révélés par le site Wikileaks, évoquent le terme « La famille », en référence à la famille de la mafia, pour les qualifier.

 

 

 

 Sources DNA

 

-------------------------

 

Tunis - La famille du président déchu Zine El Abidine Ben Ali se serait enfuie de Tunisie avec 1,5 tonne d’or, selon le journal Le Monde qui cite des sources à la présidence française. Cette information a été démentie par la Banque centrale de Tunisie.

Le Monde indique que la présidence "se fonde sur des recoupements des services secrets français" qui "essaient de comprendre comment s’est achevée la journée de vendredi 14 janvier, qui a vu le départ du président et de sa famille et la chute de son régime". Selon les services secrets français cités par Le Monde, Leïla Trabelsi, la femme du président, "se serait rendue à la Banque centrale de Tunisie chercher des lingots d’or". Elle aurait essuyé un refus du gouverneur, avant qu’il ne cède sous la pression de Zine El Abidine Ben Ali.

 

De l’argent des familles Ben Ali et Trabelsi se trouverait également dans des banques en Europe, notamment en Suisse. L’Association des Tunisiennes et Tunisiens en Suisse a demandé au Conseil fédéral de bloquer "immédiatement" les biens détenus par M. Ben Ali en Suisse. Le Parti socialiste a également exigé un tel blocage dimanche. Interrogé par l’ATS quant aux mesures prises par la Suisse sur les fonds éventuels, le Département fédéral des Affaires étrangères (DFAE) a répondu dimanche que "la Suisse se réserve la possibilité de prendre les mesures appropriées, y compris celle de bloquer de tels fonds".

 

Sur le terrain, quelques centaines de personnes manifestaient lundi matin dans le centre de Tunis pour exiger l’abolition du parti du président déchu Zine el Abidine Ben Ali, la Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD). Des policiers anti-émeutes tentaient de disperser ces manifestants en les aspergeant d’eau. Cette manifestation s’est produite alors qu’on attend dans la journée l’annonce d’un gouvernement de transition où pourraient notamment figurer des membres de l’ancien gouvernement du président Ben Ali ayant un profil technocratique.

 

L’opposant historique tunisien Moncef Marzouki a lui annoncé lundi sa candidature à la présidentielle dans une interview à la radio française France Info. Le scrutin est prévu dans un délai de deux mois suite à la chute de Ben Ali.

 

Sources Armées com

 

Posté par Adriana Evangelizt

 

Publié dans LES HOMMES DE LA BÊTE

Commenter cet article