Les journalistes d'Al-Jazira relâchés sous la pression de Washington

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Al-Jazira est couverte par les USA. On en a la preuve ici.

 

 

Egypte: six journalistes d'Al-Jazira brièvement

 

 arrêtés au Caire

 

 

 

Six journalistes d'Al-Jazira ont été arrêtés puis rapidement libérés lundi au Caire, au lendemain de l'interdiction de la chaîne qatarie d'information en continu en Egypte en proie à un mouvement de protestation anti-gouvernemental sans précédent.

 

Les six journalistes travaillent pour Al-Jazeera English, le canal anglophone de la chaîne. Selon une consoeure qui a préféré garder l'anonymat, ils ont été arrêtés à leur hôtel dans la capitale égyptienne. Un porte-parole de la chaîne a précisé qu'ils étaient de nationalités "australienne, portugaise et britannique".

 

Peu après l'annonce de leur arrestation, le porte-parole du département d'Etat américain, Philip Crowley, a annoncé via le site Twitter que les Etats-Unis réclamaient la libération des journalistes et étaient "préoccupés" par l'interdiction de la chaîne qatarie en Egypte.

 

"L'Egypte doit être ouverte, et les journalistes libérés", a-t-il continué.

 

Dans l'après-midi, Al-Jazira a annoncé à l'antenne que les journalistes avaient été libérés, même si leur caméra a été confisquée.

 

Selon la chaîne qatarie, cette libération est intervenue après l'appel lancé par le département d'Etat américain.

 

"On nous a dit que suite à une demande du Département d'Etat, les journalistes d'Al-Jazira ont été relâchés", a confirmé sur Twitter Alec Ross, le conseiller pour l'innovation de la secrétaire d'Etat Hillary Clinton.

 

Dimanche, les autorités égyptiennes avait interdit à Al-Jazira, qui a largement couvert les manifestations, de poursuivre ses activités dans le pays, où un satellite relevant du gouvernement, Nilesat, a cessé de diffuser la chaîne.

 

Al-Jazira a dénoncé cette interdiction comme une tentative de "faire taire le peuple égyptien".

 

La chaîne qatarie, qui a toujours eu des relations tendues avec le gouvernement égyptien, couvre en continu les manifestations anti-gouvernementales en Egypte.

 

Née fin 1996 par la volonté du Qatar, un riche émirat gazier du Golfe, elle n'en est pas à ses premiers déboires avec un régime arabe. Ses détracteurs lui reprochent d'être la caisse de résonance des islamistes extrémistes et de manquer d'impartialité.

 

Sa couverture de l'Irak, jugée favorable à l'insurrection sunnite, lui a valu d'être interdite dans ce pays depuis l'arrivée au pouvoir des chiites, et ses bureaux ont été fermés au Koweït et au Maroc.

 

Sources Orange

 

Posté par Adriana Evangelizt

Commenter cet article