MAM boycotte le Mexique : à quand son procès ?

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Alors s'il y en a une avec qui nous sommes très très déçus, c'est bien Michèle Alliot-Marie. Avant d'être dans le gouvernement Sarkozy, elle représentait quelqu'un qui possédait une certaine "conscience". Malheureusement, la chute de la dite conscience est désormais exponentielle et atteint des profondeurs abyssales. D'ailleurs cela se voit sur son visage qui a, lui aussi, beaucoup beaucoup changé. Elle peut remercier les officines sionistes pour toutes les mauvaises actions où elles l'ont entraînée. Dire qu'Alliot-Marie est l'otage personnifiée du sionisme n'est qu'un léger euphémisme. En cela, elle peut serrer la pince à Sarkozy. 

 

Nous interdisons à Alliot-Marie de parler à notre place que cela soit pour le boycott de l'état sioniste ou celui du Mexique. Vu son niveau de conscience actuel, elle n'a aucune leçon à nous donner. Ni elle, ni ceux qui lui ressemblent. La seule Loi que nous reconnaissons est celle de notre Conscience, soit celle de Dieu. Qu'elle se permette de vouloir boycotter le Mexique alors qu'elle a fait voter des lois iniques pour ceux qui boycottent les produits de la colonisation israéliens, prouve où Alliot-Marie en est rendue. Son âme appartient désormais au Diable, à Mamon, au Mal. Elle a éteint sa lampe, elle ne brille plus. Alliot-Marie rendra bientôt des comptes à sa Conscience et sera jugée à ses oeuvres. Qu'elles ne sont pas belles est le terrible constat que nous devons faire. Affreux d'en être rendue là !  

 

 

 

MAM boycotte le Mexique : à quand son procès ?

 

 

 

La Menteuse Arrogante Manipulatrice, alias Michèle Alliot-Marie, a annoncé vendredi qu’elle boycotterait l’Année du Mexique en France, et elle a incité la population à faire de même.

 

En l’occurrence, Michèle Alliot-Marie entend protester contre une décision de la justice mexicaine, qui a condamné une malheureuse jeune femme française, Florence Cassez, à une peine de 60 ans de prison pour des infractions dont l’intéressée se déclare totalement innocente.

 

La chef de la diplomatie française, Michèle Alliot-Marie, a annoncé à propos de l’affaire Florence Cassez, qu’elle ne participerait à aucune manifestation de l’Année du Mexique en France, rapporte ainsi l’AFP dans une dépêche diffusée vendredi matin.

 

Comme on lui demandait si elle comptait faire annuler l’Année du Mexique en France qui vient de débuter, Michèle Alliot-Marie a répondu qu’elle "ne participerait à aucune de ses manifestations". "Ce sera l’occasion pour les Français d’exprimer ce qu’ils pensent", a-t-elle estimé, en dénonçant "un déni de vérité", ajoute l’agence de presse. La ministre a ensuite qualifié de "décision inique" le rejet au Mexique du recours en cassation de la Française Florence Cassez, condamnée à 60 ans de prison pour complicité d’enlèvements ».

 

Passons sur le fait qu’au nom d’un principe de « non ingérence » à géométrie variable, Alliot-Marie n’a jamais dénoncé la condamnation inique à 7 ans de prison du jeune Français Salah Hamouri par un tribunal militaire israélien, non plus que le système judiciaire de son ami Ben Ali.

 

Passons sur ces broutilles, en effet, pour en revenir au boycott. Quand elle était ministre de la Justice, c’est-à-dire jusqu’à la fin de l’année 2010, MAM avait donné des ordres très stricts à ses parquets pour qu’ils poursuivent le maximum de citoyens et militants engagés dans la campagne de Boycott Désinvestissements Sanctions (BDS) à l’encontre de l’Etat d’Israël. Et ce, à la demande des officines israéliennes en France, qui ont déposé une foule de plaintes (une centaine, selon l’agent provocateur Sammy Ghozlan) contre nous.

 

Une demi-douzaine de ces plaintes, concernant généralement des appels à boycott des produits « made in Israel » dans des magasins et grandes surfaces, sont arrivées ou vont arriver, devant des tribunaux (à Bordeaux, Perpignan, Pontoise, Créteil, Mulhouse, Bobigny, Paris …)

 

Atteintes évidentes à la liberté d’expression, les plaintes et poursuites lancées contre les militants BDS reposent sur un socle pseudo-juridique des plus bancals, évoquant la « discrimination envers une nation ». En annonçant son opération de boycott du Mexique en 2011, et en appelant le public français à faire de même, MAM se placerait donc en infraction, et ce en toute connaissance de cause, car si nul n’est censé ignorer la loi, l’ex-Garde des Sceaux encore moins que les autres.

 

On attend donc maintenant que son remplaçant Place Vendôme, Michel Mercier, donne les instructions nécessaires pour engager les poursuites qui s’imposent contre sa collègue boycotteuse.

 

Sources : CAPJPO-EuroPalestine

 

Posté par Adriana Evangelizt

 

 

Publié dans LES HOMMES DE LA BÊTE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

cedric 16/02/2011 13:51


Encore une qui va se reveiller avec une grosse gueule de bois quand napoleon l aura lachee.........