Manipulation : Obama accusé d'exagérer la menace terroriste pour des objectifs politiques

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Le dernier gros mensonge, Obama est accusé d'exagérer la menace terroriste pour des objectifs politiques. Les "manipulateurs" vont faire tomber ça sur son dos parce qu'ils détestent Obama. Hussein, ils le surnomment. Là aussi, nous pourrions écrire un roman sur la haine qu'ils vouent à cet homme. Pour sûr, ils préféraient l'âne Bush ! L'âne que Cheney menait par le licol là où il le voulait, surtout dans la voie destructrice de l'Hydre sioniste. Que Cheney fasse attention à son coeur... le moment approche pour lui de rendre des comptes. A Sharon aussi d'ailleurs. Figurez-vous que les "agents" hospitaliers ne l'ont pas renvoyé au bercail pour rien. Tout est toujours calculé, chez ces gens-là. La mort de Sharon, à un moment opportun, monopoliserait la scène mondiale on s'en doute, reportant ainsi à eternam viternam les sempiternels attermoiments sur  la colonisation, la création de l'Etat Palestinien où d'autres sujets qui fâchent du même acabit. Il faut s'attendre, de toute façon, à un gros coup fourré pour se sortir de l'ornière. Faites confiance à leur imagination débordante et tonitruante dans le style grosse cavalerie et compagnie. Ce n'est jamais raffiné mais ça fait suffisamment de bruit pour couvrir toutes les "brailleries" de cette satanée "communauté internationale". Les paris sont ouverts.

 

Quant à Obama, il doit se demander ce qu'il est venu faire dans cette galère que tous les rats sont en train de quitter après avoir commis un maximum de dégats, on s'en doute. Ainsi James Jones se serait plaint d'avoir été plus ou moins écarté par Rahm Emanuel, parlant de la garde rapprochée d'Obama domme d'un "Politburo" et d'une "mafia". Mais que pouvait-on espérer d'autre, franchement ?   Le président américain, comme Sarkozy, peut contempler, aujourd'hui, le vrai visage de ses amis. Il doit surtout comprendre qu'il a été le grand dindon de la farce et juger, à sa juste valeur, le rôle exact d'un chef d'état étatsunien : celui d'une marionnette.

 

Que cela soit pour l'Irak, l'Afghanistan ou la Palestine, il aura été obligé d'en passer par la Feuille de route des lobbies de l'armement d'un côté et des "lobbies qui n'existent pas" de l'autre, chose à peine voilée dans le dernier livre de Bob Woodward, au sujet des guerres du moins. Mais de toute façon, au sommet c'est toujours l'Hydre qui règne. L'Hydre et ses multiples têtes.

 

Obama aura vite compris que son rôle se réduisait non pas à faire ce qu'il voulait ni ce qui était bien pour son pays et pour son peuple, mais ce qui convenait aux éminences noires d'une autre contrée. Sa surprise fut si totale de cet état de fait, qu'à la longue une sorte de torpeur s'est emparée de lui, un dégoût si profond qu'il... s'est remis à fumer. Eh oui... vous ne pouvez pas avoir voulu être le Libérateur des Peuples opprimés et vous retrouver à exécuter les ordres des tyrans sans que cela laisse des séquelles.

 

Aux dernières nouvelles, selon nos sources, il n'est pas certain qu'il se représente en 2012. D'ici-là, la Terre en aura décidé autrement... mais en attentant, on l'accuse d'exagérer la menace terroriste pour des objectifs politiques alors que d'autres font planer ces menaces pour servir leur propre agenda. Quand on veut noyer son chien, on dit qu'il a la rage, n'est-ce pas ?

 

 

 

Barack Obama accusé d’exagérer la menace terroriste pour des objectifs politiques (The Guardian) 

 

9 octobre 2010 


 

 

De hauts officiels pakistanais et des services de renseignement européens nous ont déclaré que l’alerte au terrorisme déclenchée cette semaine par les Etats-Unis et relative à des complots d’Al Qaeda qui viseraient des cibles en Europe de l'Ouest était une décision purement politique et n’était basée sur aucune information nouvelle et crédible

 

Wajid Shamsul Hasan, le haut commissaire auprès de la Grande-Bretagne, a déclaré que la nature imprécise de la mise en garde américaine n’a pas empêché la Grande-Bretagne, la France et d’autres pays à relever leurs niveaux d’alerte terroriste à langer, et ne constituait qu’une tentative pour justifier la récente escalade des attaques américaines par drones et hélicoptères à l’intérieur du Pakistan, attaques qui ont « mis le pays à feu ».

 

Hasan, un diplomate vétéran proche du président pakistanais, a laissé entendre que l’administration Obama cherchait à instrumentaliser la menace terroriste en vue des prochaines élections législatives à mi-mandat où on s’attend à une forte avancée des Républicains.

 

Il a aussi affirmé que le Président Obama tentait ainsi de démontrer que sa stratégie adoptée dans la guerre en Afghanistan ainsi que l’augmentation du nombre de troupes en cours d’année, deux mesures impopulaires auprès de l’opinion publique américaine, étaient indispensables.

 

« Je pense qu’il peut y avoir une dynamique de politique intérieure en jeu, dont les prochaines élections américaines à mi-mandat. Si les Américains ont des informations précises sur les terroristes et Al Qaida, ils devraient nous les communiquer et nous irons nous-mêmes les pourchasser » a dit Hasan.

 

« De tels annonces sont le résultat d’un mélange de frustration, d’incompétence et d’absence de connaissance des réalités du terrain. Toute tentative de violation de la souveraineté du Pakistan n’apportera aucune stabilité en Afghanistan, ce qui est l’objectif principal annoncé par les forces américaines et de l’OTAN. »

 

Tout en rejetant l’idée d’un complot terroriste coordonné en Grande-Bretagne, France et Allemagne, les officiels du renseignement européen ont eux aussi montré du doigt les Etats-Unis et plus particulièrement la Maison Blanche. « Bricoler (une telle histoire de complot terroriste) à partir de données éparses est absurde, » a déclaré un officiel haut-placé.

 

Un britannique, Abdul Jabbar, et d’autres personnes tuées lors d’une frappe américaine par drone le 8 septembre au nord Waziristan, une zone tribale pakistanaise, ont été entendus en train de discuter de la possibilité d’attaques « commando » contre des bâtiments symboliques et des sites touristiques dans les capitales européennes. Mais des officiels de la sécurité et du renseignement ont dit qu’il ne s’agissait que de vagues projets.

 

Les officiels ne nient pas que les hommes, et autres recrues jihadistes qui se rendent dans les zones tribales pour y recevoir un endoctrinement et une formation, représentent une véritable menace potentielle. « Là-bas on discute de tout un tas de choses – ça ne veut pas dire pour autant qu’il en sort quelque chose de concret. Ce n’est pas facile de former un groupe » a dit un officiel de l’antiterrorisme.

 

En soulignant le fait que les frappes américaines étaient de nature préventive et ne constituaient en aucun cas une riposte à une menace imminente, les officiels européens ont soulevé une nouvelle série de questions – cette-fois concernant directement un citoyen britannique – sur la légalité de telles attaques qui devraient être considérées comme des assassinats.

 

Ils ont déclaré que c’était Washington qui « pilotait » les annonces sur les complots d’attaques « commando » et que la CIA – peut-être soucieuse de ne pas attirer l’attention sur ses frappes aériennes - était extrêmement contrariée par toute cette publicité.

 

Les complots, connus depuis des mois par les services de renseignement européens, ont fait l’objet de fuites la semaine dernière auprès des médias américains.

 

Ces fuites ont provoqué dans les médias britanniques toute une série de ce que les officiels de la sécurité et du renseignement ont qualifié d’exagérations, ainsi qu’une mise en garde du Département d’Etat des Etats-Unis auprès des ressortissants américains voyageant en Grande-Bretagne, France et Allemagne, une alerte « oeil pour oeil » de la France auprès de ses ressortissants voyageant en Grande-Bretagne, et des alertes diffusées par les gouvernements suédois et japonais.

 

Thomas de Maizière, le ministre de l’intérieur allemand, a publiquement exprimé ses doutes sur l’alerte terroriste US, en déclarant qu’il ne percevait aucun signe d’une attaque imminente contre son pays. Il a qualifié le risque encouru en Allemagne d’ « hypothétique ».

 

Hasan a dit que l’augmentation nette des attaques US par drones dans les zones tribales du Pakistan, combinées à plusieurs raids américains par hélicoptères par-delà la frontière qui se sont conclus par la mort de deux gardes-frontières la semaine dernière, étaient en train de déstabiliser le Pakistan.

 

« Pourquoi nous mettent-ils tant de pression ? C’est une menace pour le système démocratique... Mais les Pakistanais ont le sentiment que Washington s’en fiche» Les actions américaines sont « à l’évidence » liées à la décision prise par Obama d’établir un plan de retrait d’Afghanistan. Le dirigeant américain « s’est précipité sur un coup de tête » et à présent « les Américains sont pressés »

 

Il a dit que le Pakistan craignait de plus en plus que les Etats-Unis n’aient l’intention de mener une véritable campagne de bombardements et d’attaques par drones dans le nord Waziristan.

 

Hasan a dit que les politiciens à Washington ne comprennent pas à quel point les Etats-Unis ont besoin du Pakistan pour leur « guerre contre le terrorisme ». Et qu’ils ne comprennent pas non plus que la colère de l’opinion publique (pakistanaise) au sujet des violations de la souveraineté du Pakistan par les Etats-Unis pouvait dégénérer en attaques contre le personnel et les intérêts américains qui pourraient échapper au contrôle du gouvernement.

 

« Le gouvernement souhaite éviter une telle évolution, » a-t-il dit. « Mais les gens se sentent trompés. Si (les Américains) tuent encore, ils vont réagir. On dit qu’il y a 3000 américains au Pakistan. Ils seraient des cibles très faciles. »

 

Hasan a dit que le personnel américain de la base aérienne pakistanaise de Jacobabad, à la frontière entre les provinces de Sindh et de Baloutchistan, seraient vulnérables si la situation devait se détériorer. Les Etats-Unis ont demandé d’utiliser Jacobabad après les attaques du 11 septembre 2001 et ont un contingent stationné là-bas depuis.

 

Un autre diplomate pakistanais a dit que Jacobabad était le centre principal des opérations de la CIA et des drones de l’armée US, qui sont pilotés depuis les Etats-Unis. « Ils ont des hangars ici. C’est d’ici qu’ils décollent et c’est ici qu’ils atterrissent»

 

Le diplomate a laissé entendre que les opérations par drones, qui ont commencé en juin 2004 avec l’accord et la participation tacites et réticents des autorités pakistanaises, échappent désormais à tout contrôle des Pakistanais. « Nous l’avons toujours nié dans le passé. Mais tout le monde le sait. Nous devons nous réveiller. » a-t-il dit.

 

Un officiel US a déclaré « nos alliés ont été informés sur la nature de la menace et sur les renseignements à l’origine des alertes lancées et tout le monde comprend bien qu’on ne peut pas prendre ça à la légère. Il est faux et irresponsable de parler de motivations politiques. »

 

 

Traduction VD pour le Grand Soir et ReOpen911

 

Posté par Adriana Evangelizt

 

Commenter cet article

louis 11/10/2010 10:17


OBAMA est notre seule garantie d'éviter une terrible 3ème guerre mondiale totale. C'est grâce à lui si la guerre contre l'Iran n'a pas encore eu lieu malgré les énormes pressions. Si OBAMA et son
parti devait perdre les prochaines élections US d'importance et que les Républicains venaient à les gagner ... nous irons quasi-directement à la 3ème. guerre mondiale : voilà la Vérité !! Alors,
prions pour qu'il se présente aux prochaines élections US et prions pour que les Républicains ne les gagne pas, que les américains déçu aillent néanmoins tous voter sinon notre sort militaire à
tous sera automatiquement scellé !!! De deux maux, il faut savoir choisir le moindre.


louis 11/10/2010 10:17


OBAMA est notre seule garantie d'éviter une terrible 3ème guerre mondiale totale. C'est grâce à lui si la guerre contre l'Iran n'a pas encore eu lieu malgré les énormes pressions. Si OBAMA et son
parti devait perdre les prochaines élections US d'importance et que les Républicains venaient à les gagner ... nous irons quasi-directement à la 3ème. guerre mondiale : voilà la Vérité !! Alors,
prions pour qu'il se présente aux prochaines élections US et prions pour que les Républicains ne les gagne pas, que les américains déçu aillent néanmoins tous voter sinon notre sort militaire à
tous sera automatiquement scellé !!! De deux maux, il faut savoir choisir le moindre.