Moyen-Orient : Ban Ki-Moon fustige la répression et l'immobilisme

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Ban Ki-Moon tape du poing sur la table. On a comme l'impression que tout le monde veut se débarrasser des despotes arabes.

 

 

 

 

 

 

Moyen-Orient : Ban Ki-Moon fustige la répression

 

 et l'immobilisme

 

 

Le Secrétaire général de l'Organisation des Nations unies (ONU) a affiché sa fermeté face aux remous qui agitent le monde arabe. Pour le diplomate sud-coréen, « la situation exige des réformes audacieuses. »

 

Cette fois, Ban Ki-Moon a choisi de taper du poing sur la table. Après les errements des grandes diplomaties occidentales face aux mouvements qui ont agité la Tunisie et l'Égypte, le secrétaire général des Nations unies a envoyé jeudi un message fort aux dirigeants à leur tour concernés par la vague de contestation qui soulève le monde arabe. Prenant à contrepied les positions consensuelles de rigueur, le diplomate sud-coréen a menacé de déployer à son tour des mesures coercitives face aux contrevenants aux Droits de l'Homme.

 

« La situation exige des réformes audacieuses, pas la répression », a martelé le chef de l'ONU depuis le siège de son organisation, à New York. Or « les droits fondamentaux et aux libertés ont été largement négligés dans la région. (...) Cela doit cesser. Les responsables doivent être traduits en justice », a-t-il affirmé, en écho aux violences de ces derniers jours qui ont fait plusieurs victimes à travers le Moyen-Orient, confronté à une importante vague de contestation.

Appel à la transition

Au-delà des questions sécuritaires immédiates, Ban Ki-Moon veut également inscrire sa démarche dans la durée, en apportant son soutien aux démarches déjà à l'œuvre, ou à venir, pour répondre aux aspirations populaires. Le diplomate a salué « la transition commencée » et « les réformes promises ». Il s'est également félicité des engagements pris en Égypte « pour la tenue d'élections libres et transparentes » mais a mis en garde contre tout retour en arrière : « ces engagements doivent être tenus. »

 

« Il est crucial que les dirigeants honorent ces promesses et que les processus de réformes soient fondés sur un dialogue pluraliste et transparent », a ajouté le secrétaire général de l'ONU, appelant à une « participation importante des partis politiques et de la société civile » dans la transition démocratique

 

Sources France Soir

 

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans REVOLUTION DES PEUPLES

Commenter cet article