Obama invite le monde arabe à prendre exemple sur l'Egypte

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Vous savez que les paroles des dirigeants "intelligents" sont comme les mots de la Bible. Ils ont un double-sens. Il faut lire entre les lignes. Ainsi lorsqu'il dit :

 

"Il y a au Moyen-Orient une jeune génération dynamique qui cherche à saisir sa chance. ET SI L'ON GOUVERNE UN DE CES PAYS, IL FAUT SE TENIR A LA POINTE DU CHANGEMENT, ON NE PEUT PAS SE PERMETTRE D'ÊTRE A LA TRAÎNE."

 

Et si l'on gouverne un de ces pays... dit-il... en englobant TOUT dans le Moyen-Orient. Dont Israël fait partie... bien entendu. Le changement est pour tout le monde. C'est évident...

 

 

 

Obama invite le monde arabe

 

à prendre exemple sur l'Egypte

 

 

 

Le président américain Barack Obama a donné mardi l'Egypte en exemple et appelé ses alliés du monde arabe à répondre aux aspirations démocratiques de leur population tout en souhaitant que les Iraniens continuent à défier leurs dirigeants.

 

"Nous avons envoyé un message fort à nos alliés dans la région en leur disant 'prenons exemple sur l'Egypte plutôt que sur l'Iran", a déclaré Barack Obama lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche, quatre jours après le renversement du président égyptien Hosni Moubarak.

 

"Le message que nous avons lancé aux amis comme aux ennemis avant même les manifestations en Egypte, a été de dire que le monde change", a déclaré Barack Obama, qui avait prononcé un discours en ce sens au Caire en 2009.

 

"Il y a au Moyen-Orient une jeune génération dynamique qui cherche à saisir sa chance. Et si l'on gouverne un de ces pays, il faut se tenir à la pointe du changement, on ne peut pas se permettre d'être à la traîne", a ajouté le président américain.

 

Depuis la démission vendredi d'Hosni Moubarak, des manifestations ont eu lieu dans d'autres pays de la région: Algérie, Yémen, Bahreïn.

 

En Iran, des milliers de personnes ont manifesté par petits groupes lundi dans le centre de Téhéran à l'appel des chefs de l'opposition, l'ex-Premier ministre Mir Hossein Moussavi et l'ancien président du Parlement Mehdi Karoubi, malgré l'interdiction des autorités.

"Le monde a changé"

Ces manifestations, au cours desquelles deux personnes ont été tuées et neuf policiers blessés, sont les premières depuis un an. Elles visaient officiellement à soutenir les mouvements populaires en Egypte et en Tunisie.

 

Barack Obama a trouvé "ironique" que les dirigeants iraniens "fassent mine de célébrer ce qui s'est passé en Egypte, alors que dans les faits ils ont fait exactement le contraire de ce qui s'est passé en Egypte en tabassant les gens qui essayaient de s'exprimer pacifiquement".

 

"J'espère que le peuple d'Iran va continuer à avoir le courage d'exprimer sa soif de liberté et son désir d'avoir un gouvernement représentatif", a dit le président américain.

 

A propos de la situation en Egypte, Barack Obama a estimé qu'il y avait "évidemment encore beaucoup de travail à faire", mais "ce que nous avons vu jusqu'ici est positif".

 

"L'Egypte va avoir besoin d'aide pour construire les institutions démocratiques et renforcer l'économie qui a été affectée par ce qui s'est passé", a-t-il dit.

 

"Le conseil suprême des forces armées est aux commandes et il a réaffirmé que les traités avec des pays comme Israël et les traités internationaux seraient respectés", s'est félicité le président américain.

 

Sources Libération

 

Posté par Adriana Evangelizt

 

Publié dans REVOLUTION DES PEUPLES

Commenter cet article

Jerry 19/02/2011 21:04



Ce qui est au pouvoir aujourd'hui en Egypte est du pareil au même que Moubarak. Il ne faut pas se leurrer !