Salaires et pouvoir d'achat, grands oubliés des voeux de Nicolas Sarkozy

Publié le par Adriana EVANGELIZT

 Je vais vous faire un aveu, je n'ai même pas écouté les voeux de Sarkozy, histoire de ne pas m'énerver en le regardant. Que pourrait-il dire de neuf ? Quelles paroles extraordinaires serait-il capable d'inventer pour masquer le mur gigantesque dans lequel nous allons bientôt nous fracasser ? Quelles fables osera-t-il nous servir pour masquer l'étau qui se resserre ? Grâce à lui et à ses courtisans, la France est devenu le faux pays des merveilles. Ainsi peut-on lire qu'il a été "sacré l'homme de l'année" par un organe qui appartient à Lagardère, mais par contre, Ségolène Royal agacerait la majorité des Français. Voir ICI. Indignons-nous devant de tels mensonges ! Nous ne suivrons pas le lapin blanc Sarkozy au fond du trou. L'année 2011 sera l'année de l'Indignation, de la Révolte et de la Rébellion avant d'être celle de la fin des haricots. Car c'est cet épilogue que lui et ses disciples nous réservent. La Fin de tout. A-t-on jamais vu système plus inique ? Tout pour eux. Rien pour les autres. A part travailler plus pour gagner moins. Alors à quoi bon travailler ?

 

Vous allez voir dans quelques temps combien vos efforts vont être récompensés. Le système capitaliste est à deux doigts de s'effondrer. Il va nous plonger dans une crise gigantesque qui va pousser les peuples à une révolte pire que toutes celles déjà connues. Comme je l'ai déjà dit, le signal du départ sera donné aux Etats-Unis. Là-bas, ça couve... et ça gronde de plus en plus. Des millions de gens se retrouvent à la rue suite à la crise des subprimes. Je vais vous poser une video en suivant, vous pourrez voir par vos propres yeux. Les Américains n'en peuvent plus. Des milliards sont dépensés pour la guerre et soutenir les pays guerriers et pendant ce temps le Peuple crie famine. Le Peuple souffre. A plus petite échelle, c'est la même chose chez nous.

 

Ceci est inadmissible. D'abord parce que les profiteurs qui se sont appropriés de la Terre et ont imposé ce système de l'exploitation de l'homme par l'homme n'avaient pas à le faire. Nous ne sommes pas des machines et nul n'a le droit d'exiger quoique ce soit qui nuirait à notre Evolution. Or, avec ce régime, où en est l'Evolution ? Comptez le nombre de pays en guerre parce qu'on décide, comme ça, d'envahir un territoire pour s'accaparer de ses richesses. Comptez le nombre de morts qu'il y a tous les jours par ces actions criminelles. Comptez les milliards de milliards dépensés à voler et à tuer. Mais à quelle époque vivons-nous ? La même que celle d'Attila avec d'autres armes et surtout d'autres moyens. Car du temps des Huns, ils fabriquaient eux-mêmes leurs armes, le contribuable n'était pas ponctionné pour financer les guerres des dévastateurs, comme aujourd'hui. Voilà l'Evolution. Autant dire que nous sommes en régression complète. Mais pourquoi ? Ou pour qui ? Toujours les mêmes.

 

Malheureusement, nous ne sommes pas venus au monde pour servir de chair à canon, ni pour nous faire ponctionner par les sangsues qui gouvernent cette planète pour leur propre profit. Ailleurs est le Destin de l'Humain. Cette civilisation s'est laissée entraîner dans des dérives sans précédent. Parce que les hommes ont perdu le contact avec la Mère Nature. Oh ! je sais bien que l'on me traite de rêveuse chimérique. Je sais bien. Mais vous allez voir dans quelques temps quand notre Planète va vraiment commencer ses convulsions, dans quelles conditions vont se retrouver les gens dits civilisés. Attention, ce qui se passe en Australie, et ailleurs, sont autant de signes annonciateurs du Désastre dont se contrefoutent les marionnettes qui ignorent l'Histoire Ancienne. Comme ils ignorent l'importance de la Conscience dans l'Evolution, ils ignorent de même les cycles terrestres. Nous sommes gouvernés par des Incultes, voilà la Vérité. Allez donc leur demander leur avis sur le cycle précessionnel qui arrive à son terme. Ils ne savent même pas que cela existe ! Sinon, il n'y aurait pas de centrales nucléaires et d'autres moyens auraient été inventés que cela soit pour l'électricité, le téléphone, l'eau, etc... parce que là, à la première grosse secousse, plus rien ne fonctionnera. Vous allez voir la panique que cela va créer. Mais au lieu de se préoccuper de la vraie Réalité, Sarkozy continue à garder la même posture. Comme le magicien, il souffle des bulles... il croit avoir affaire à des sourds et à des aveugles. Il n'a pas encore compris que le miracle a eu lieu : maintenant les sourds entendent, les aveugles y voient. Et 2011 s'annonce funeste pour lui.

 

 

 

  

 

 

Salaires et pouvoir d'achat, grands oubliés des voeux

 

 de Nicolas Sarkozy

 

 

Les salaires et le pouvoir d'achat ont été les grands oubliés des vœux de Nicolas Sarkozy. Le président de la République a préféré se réfugier sur les cimes du G20 et du G8. A peine aura-t-il expédié le sujet en faisant référence aux heures sup' :

 


"Plus de 5 millions de salariés ont effectué des heures supplémentaires entièrement défiscalisées tant pour eux-mêmes que pour les entreprises qui les ont employés. Ce qui a permis de soutenir le pouvoir d'achat malgré la crise."

L'aumône de quelques heures supplémentaires. Voilà où en est réduit Nicolas Sarkozy, lui qui se présentait, en campagne, comme le futur Président du pouvoir d'achat. 

Nicolas Sarkozy aura ignoré que 42 % des Français n'ont pas été augmentés depuis 5 ans et que nombre d'entre eux commencent à souffir très durement du recul du pouvoir d'achat notamment parce que les prix du logement, du chauffage, des transports et de l'alimentation s'envolent. L'étude BVA commandée par L'Expansion date pourtant de fin novembre.

Le Président préfère nous servir l'excuse de la crise quand bien même la véritable prédation du travail au profit de la rémunération du capital précède la crise et est sans aucun doute à l'origine.
 
En effet, partout dans le monde, les salariés sont allés chercher auprès des banques et des sociétés de crédit ce qu'ils n'avaient plus sur leur fiche de paie.

Plutôt que d'éluder la question, le locataire de l'Elysée devrait se tourner vers ses ex-conseillers et notamment Jacques Attali, qui explique les vertus de l'augmentation de salaire, c'est à dire du travailler pareil pour gagner plus.

Jacques Attali à Sciences Po.

Jacques Attali à Sciences Po - © RichardTrois
En effet, dans une interview publiée dans L'Expansion en décembre, Jacques Attali dénonce la déformation du partage des richesses créées, déformation qui s'effectue depuis 30 ans au profit des seuls actionnaires, détenteurs du capital. D'après Attali, cette "déformation prive les salariés de 90 à 100 milliards d'euros de revenus par an".

Attali va plus loin en rappelant que derrière cette déformation se cache une véritable prédation au profit de quelques-uns :

"Et, plus destructeur, on a assisté à l'accroissement de l'écart dans la répartition du revenu. Au cours de la dernière décennie, 80 % des augmentations de salaires ont été captées par le 1 % des salariés les plus riches. Finalement, l'économie de marché ne veut pas ou ne peut pas augmenter les salaires et compte sur les patrimoines et la dette pour compenser cette rigueur salariale. Remplacer le salaire par la plus-value en capital réel ou virtuel vise à maintenir une société de la rente."

L'Expansion interroge aussi l'ancien conseiller de François Mitterrand sur les raisons pour lesquelles augmenter les salaires relève du tabou aujourd'hui. Il répond ainsi :

"On veut faire croire que la mondialisation condamne les salariés des pays riches à la baisse de leur rémunération. Faux. La concurrence ne se fait pas, pour l'essentiel, par les salaires, mais par le "climat des affaires" (sécurité juridique, niveau d'éducation...). D'ailleurs, les pays à hauts salaires restent les premiers acteurs du capitalisme. Si toute la richesse allait aux employés les moins payés de la planète, il suffirait de quelques années de globalisation à la Birmanie ou à Haïti pour vivre dans l'opulence. Dans le monde actuel, capital et travail ne luttent pas à armes égales. Le capitalisme est mondial, le syndicalisme, comme la démocratie, est resté local. Les travailleurs et leurs représentants ne doivent pas oublier les préconisations de Marx, partisan d'une lutte à l'échelle mondiale."

Jacques Attali propose aussi des solutions pour augmenter les salaires des Français, solutions sur lesquelles je ne suis pas forcément d'accord mais qui ont l'avantage d'ouvrir le débat. Un débat qui devrait devenir, si la gauche fait correctement son travail, le débat majeur de 2011, tant le recul du pouvoir d'achat va devenir une menace explosive pour la France.

Ségolène Royal a fait un premier pas dans cette direction en plaçant la question des salaires au cœur de ses vœux pour 2011. Mais on comprend aisément que Nicolas Sarkozy préfère voir des menaces ailleurs en remettant sur le tapis, comme le suggère Jean-François Copé, le débat sur l'Identité nationale, en se faisant le "farouche" défenseur de la laïcité, lui qui aura été le Président qui a le plus mis à mal cette laïcité républicaine.

Normal que Nicolas Sarkozy cherche à échapper à ses promesses et à son devoir. Dans les entreprises du CAC 40, ce sont 77 % des profits de 2009 qui auront été siphonnés par les actionnaires sous forme de dividendes (source Ricol-Lasteyrie citée par L'Expansion). Des entreprises du CAC 40 qui sont au cœur du fonctionnement du clan Sarkozy.

Autant dire qu'il ne faut rien attendre de celui qui se prétendait président du pouvoir d'achat...


Numéro de l'Expansion sur les salaires



Rejoignez-moi sur Twitter ou Facebook :
http://www.facebook.com/RichardTrois
http://twitter.com/RichardTrois

Sources Le Post

 

Posté par Adriana Evangelizt

Commenter cet article