Sarkozy et Balladur dans la tourmente + video

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Il ne faut pas oublier que 14 hommes sont morts dont 11 français dans cette manipulation. Ca ressemble à une histoire de mafia. On a empoché le pognon en oubliant les 11 "otages" qui étaient toujours sur le territoire pakistanais, puis on a "cesser" de verser ce qui devait l'être mettant en danger nos compatriotes qui travaillaient là-bas. Et bien évidemment, on a fait porter le chapeau à la fantomatique Al Qaïda...

 

 

 

 

Sarkozy et Balladur dans la tourmente

 

 

 

 

 

Nicolas Sarkozy et l'ex-Premier ministre Edouard Balladur ont été appelés lundi à s'expliquer après des révélations sur des versements pour une campagne électorale.

 

La campagne présidentielle de Balladur en 1995, dont Sarkozy était le directeur, pourrait avoir bénéficié de commissions illégales sur un contrat militaire au Pakistan. En marge de cette affaire complexe de corruption, la justice française enquête sur le lien éventuel entre le versement de commissions illégales dans un contrat avec le Pakistan et un attentat ayant coûté la vie à onze ingénieurs français à Karachi en 2002.

 

Edouard Balladur a démenti lundi, dans le journal «Le Figaro», tout financement illégal de sa campagne de 1995 et dénoncé l'évocation de sa «responsabilité indirecte dans la mort de onze Français»: «Dans cette présentation des choses rien ne correspond à la vérité, rien n'est étayé par les faits», s'est-il défendu.

 

Les pouvoirs publics doivent s'expliquer

 

«Il faut que les pouvoirs publics, à commencer par le président de la République (Nicolas Sarkozy), s'expliquent sur ce qui s'est passé», a exigé le député socialiste Pierre Moscovici sur la chaîne France 2.

 

Le parti socialiste a ensuite «solennellement» demandé la «déclassification» des documents réclamés par la justice sur le contrat de vente de sous-marins (Agosta) avec le Pakistan.

 

De son côté, l'avocat des familles des victimes de l'attentat de Karachi, Olivier Morice, a accusé Nicolas Sarkozy d'être «au coeur de la corruption» dans un dossier qu'il accuse le parquet - dépendant de l'exécutif en France - de vouloir étouffer.

 

Selon le quotidien «Libération», le 26 avril 1995, l'Association pour le financement de la campagne électorale d'Edouard Balladur (Aficeb) a encaissé à Paris 10 millions de francs en espèces (1,5 million d'euros), soit près de 20% de l'ensemble des recettes mentionnées dans le compte de campagne d'Edouard Balladur.

 

«Libération» s'interroge sur un lien éventuel entre cette somme et des commissions versées sur le contrat Agosta, auquel s'intéresse l'enquête sur l'attentat du 8 mai 2002 à Karachi, qui a fait 14 morts, dont onze salariés de la Direction des constructions navales (DCN) travaillant à la construction de sous-marins vendus par la France au Pakistan.

 

Représailles pakistanaises

 

Le parquet de Paris avait ouvert début février une enquête sur le financement de la campagne de M. Balladur à la suite d'une plainte pour corruption de six familles de victimes de l'attentat de Karachi.

 

L'enquête sur l'attentat, longtemps focalisée sur une responsabilité d'Al-Qaïda, s'est réorientée vers l'hypothèse de représailles pakistanaises après l'arrêt de versements de commissions françaises sur la vente de sous-marins.

 

Selon des rapports versés au dossier fin 2008, ces commissions pourraient avoir donné lieu à des rétro-commissions illégales pour financer l'activité politique d'Edouard Balladur.

 

Interrogé sur le versement de 10 millions de francs provenant éventuellement de «collectes effectuées lors de meetings électoraux», le trésorier de la campagne d'Edouard Balladur en 1995, René Galy-Dejean, a affirmé que ce versement ne lui disait «rien», tout en avouant son «trouble»: «Ce qui me trouble le plus, c'est qu'il s'agisse de grosses coupures, alors que je n'en voyais quasiment jamais passer».

 

Entre janvier et juin 1995, deux intermédiaires du contrat Agosta pour le versement de ces commissions ont perçu 184 millions de francs, affirme «Libération» qui s'est procuré le contrat et l'accord entre DCN et Mercor Finance.

 

Sources 20 MN

 

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans LES HOMMES DE LA BÊTE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article