Sous la colère des Juifs de France, Radio J renonce à inviter Marine Le Pen

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Ceci nous fait bien rire. Quand Netanyahou ou Lieberman viennent en France, on entend moins la meute hurler au loup. On ne l'entend même pas du tout. Et pourtant, ils sont bien plus dangereux que Marine Le Pen. Pour les Juifs et pour le monde. Ceci dit, n'oublions pas quand même qu'il y a "ces juifs qui aiment la Marine". Et que l'invitation de la Marine à Radio J ne peut que confirmer qu'elle est une arme du sionisme pour nuire à la France. Et d'ailleurs, tant qu'elle ne démentira pas haut et fort ces accusations, elle ne fera que les infirmer. Ainsi quand on la voit dénoncer les Frères Musulmans plutôt que le Sionisme, elle nous fait grandement rire !

 

 

 Cette image se trouvait sur le site de Guysens... dont nous avons fait une "capture".

 

 

 

Sous la colère des Juifs de France,

 

 Radio J renonce à inviter Marine Le Pen

 

 

 

Radio J, qui voulait briser un tabou en invitant dimanche Marine Le Pen, a annulé ce rendez-vous mercredi, sous la pression d'associations juives qui pensent que le Front national reste un parti "antisémite et raciste".

 

Frédéric Haziza, le journaliste responsable du "Forum" de Radio J, a justifié auprès de l'AFP cette annulation par "l'impossibilité d'assurer l'interview dans de bonnes conditions".

 

Marine Le Pen a immédiatement fustigé des "comportements fascistes" que traduisent les "attaques antirépublicaines et antidémocratiques de certaines associations". La nouvelle présidente du FN a dit à l'AFP que "cette annulation fait suite à des menaces de mort reçue par Radio J, ce qui démontre que la démocratie française n'a pas beaucoup de leçons à donner à d'autres pays dans le monde".

 

Le FN a annoncé son intention de poursuivre en justice les organisations Union des étudiants juifs de France (UEJF) et Bureau national de vigilance contre l'antisémitisme (BNVCA), qui s'étaient élevées contre l'initiative de Radio J.

 

En invitant Marine Le Pen, M. Haziza voulait rompre avec un interdit lorsque son père Jean-Marie Le Pen était boycotté par Radio J.

 

Mais la venue de sa fille sur les ondes avait provoqué un tollé chez les Juifs de France.

 

Pour l'UEJF, le FN "reste structurellement antisémite, raciste et hors du champ républicain". Le président du Conseil représentatif des Institutions juives de France (Crif), Richard Prasquier, a dénoncé un "symbole inacceptable", avec Mme Le Pen qui "aura(it) été reçue par une radio communautaire juive".

 

Le patron du Crif refuse d'accorder un "brevet de respectabilité" à la dirigeante du parti de l'extrême droite qui "n'a pas fondamentalement changé par rapport à son père" hormis dans "le mode d'expression".

 

M. Haziza avait mis en avant les propos de Marine Le Pen sur la Shoah, estimant qu'ils remettaient en cause l'héritage négationniste du FN et de son père". Elle avait affirmé début février dans Le Point que ce qui s'était "passé" dans les camps nazis "est le summum de la barbarie".

 

"Nous sommes également en période électorale, elle est très haut dans les sondages, c'est de notre devoir de journalistes de l'inviter", s'était encore justifié le journaliste de Radio J.

 

M. Prasquier ne se laisse pas convaincre par l'interview inédite de Mme Le Pen au quotidien israélien Haaretz, le 7 janvier, ni par ses déclarations au magazine Elle du 4 mars selon lesquelles elle a une "amie israélienne, officier dans l'armée et jolie comme une Barbie".

 

"Chaque antisémite a son ami juif", s'est moqué le président du Crif en rappelant que Mme Le Pen "était là pendant de nombreuses années, sans protester lorsque son père a fait les annonces qu'il a faites".

 

L'Association des radios juives de France a aussi jugé cette invitation "mauvaise et néfaste" puisqu'elle aurait "servi à amplifier l'audience du FN", dont la présidente est donnée en tête du 1er tour de la présidentielle de 2012 dans deux sondages ces derniers jours.

 

Pour l'UEJF, le passage de Marine Le Pen sur Radio J aurait pu "faire croire à une forme de complaisance de la communauté juive et ses institutions à l'égard" de la présidente du FN, avec le "risque de lui donner plus d'écho encore".

 

La communauté juive de France compte quelque 600.000 personnes.

 

C'est la plus importante en Europe et surtout la seule qui a augmenté depuis la Shoah, avec l'arrivée dans les années 1960 des Juifs d'Afrique du nord.

 

Sources ORANGE

 

Posté par Adriana Evangelizt

Commenter cet article