Tension au Liban après la remise de l'acte d'accusation

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Là, c'est pareil. Tout a été fait dans cette pseudo-enquête pour camoufler les vrais assassins. Ca a pris du temps, c'est certain. La reconstitution s'est effectuée en France. Pour quelle raison ? Il serait intéressant de savoir qui participait à cette reconstitution. Le but du jeu dans cette mascarade est d'accuser le Hezbollah pour provoquer un clash au Liban et amener les sionistes à pilonner de nouveau ce pays. Ne nous attendons pas à autre chose. Tout est calculé. Et ceci va entraîner un embrasement général au Moyen-Orient. Voilà le travail du sionisme. Un parmi tant d'autres. Destruction encore et toujours. Plus de soixante ans que ça dure. Mais personne ne semble encore avoir compris le but de la manipulation.

 

 

 

Liban: écoles fermées, armée à Beyrouth

 

 

 

Qui est derrière l’assassinat de l’ex-Premier ministre libanais Rafic Hariri et surtout qui veut le savoir? Des craintes sont bien présentes au Liban après le dépôt ce lundi de l’acte d’accusation par le procureur du Tribunal spécial. L’armée a renforcé sa présence dans plusieurs points de Beyrouth aujourd’hui. Des écoles ont fermé.

 

Le journaliste britannique Robert Fisk, spécialiste du Proche-Orient évoquait ce matin au micro d’euronews l’ironie autour de l’assassinat d’Hariri:  
“Ce qui est ironique, bien sûr, c’est qu’après le meurtre d’Hariri, tout le monde au Liban disait vouloir savoir qui était responsable. Mais cela a pris tellement de temps aux Nations unies. (…) Maintenant, virtuellement, personne au Liban ne veut savoir qui a tué Hariri parce qu’ils ont peur des ramifications”.
 
Le dépôt de l’acte d’accusation intervient moins d’une semaine après l’effondrement de la coalition gouvernementale de Saad Hariri. Effondrement provoqué par la démission des ministres du puissant Hezbollah de Hassan Nasrallah et de ses alliés. Le Hezbollah, qui s’attend à être mis en cause par le tribunal international.
 
Rafic Hariri a perdu la vie dans un attentat le 14 février 2005 à Beyrouth. L’acte d’accusation a été remis à un juge chargé de l’examiner et de le confirmer avant le lancement de mandats d’arrêt ou de citations à comparaître.

 

Sources Euronews

 

-------------

 

Liban: Tensions à Beyrouth après la remise de l'acte d'accusation dans l'affaire Hariri

 

Les forces de sécurité libanaises ont pris position ce mardi dans le centre de Beyrouth.

 

Plusieurs écoles ont par ailleurs été fermées dans la capitale en raison des tensions liées à l'acte d'accusation dans l'enquête sur l'assassinat de l'ancien Premier ministre Rafic Hariri en 2005.

 

Des groupes d'hommes se sont rassemblés tôt dans la matinée dans plusieurs quartiers de la ville. Les habitants d'origine sunnite se sont inquiétés de cette présence : selon eux, il s'agit de militants du Hezbollah ou de ses alliés chiites du mouvement Amal.

 

En mai 2008, des miliciens du mouvement islamiste étaient descendus en armes dans les rues de Beyrouth après la décision du gouvernement de fermer leur réseau de télécommunication privé, considéré comme un moyen d'échapper aux écoutes du Mossad, les services secrets israéliens. Le Hezbollah avait pris le contrôle de la partie occidentale de la capitale libanaise et plusieurs dizaines de personnes étaient mortes dans des combats dans l'ensemble du Liban.

 

Sources RTBF

 

Posté par Adriana Evangelizt

Commenter cet article