Vers la suppression du droit de grève par l’Union européenne ?

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Je vais vous en sortir une bonne pour commencer. Voici les propos du PDG de la compagnie aérienne Ryanair, lors d'une conférence de presse en 2008 : "Dans les compagnies à bas coûts ; en classe affaires, tout sera gratuit - ce qui inclut les fellations." Dans ce commentaire du coco Michael O'Leary, vous avez l'esprit qui règne sur notre monde. L'esprit Sataniste. Jouissons que diable ! Ayons un phallus ou autre chose à la place du cerveau, ça fera avancer le business. Alcool, drogue dure, sexe, pognon. Est-ce que le mac qui veut transformer ses avions en lupanars volants rémunèrera au moins ses "cocottes" ou bien devront-elles travailler à l'oeil avant de travailler à la bouche ? On dénote dans ses propos un grand respect pour la femme. Le juste retour des choses pour cet individu serait qu'il se retrouve un jour à genoux devant ses clients pour remplacer ses esclaves en grève. Et qu'une matronne soit derrière lui à le cravacher pour qu'il aille plus vite. Voilà le tableau qu'il m'inspire. Car ce détestable personnage est en train de secouer la commission Européenne pour que le droit de grève soit interdit. Le titre de maquereau ne lui suffisant pas, du haut de ses millions, il veut aussi interdire aux travailleurs de manifester leur mécontentement. Il y a plein de Michael O'Leary de par le monde. Des profiteurs de la pire espèce qui ignorent la Loi de Cause à Effets : Tu seras un jour le résultat de tes actes.

 

Loi que l'on retrouve dans ces paroles du Maître...

 

En vérité, en vérité, je te le dis, quand tu étais plus jeune, tu te ceignais toi-même et tu allais où tu voulais ; mais quand tu seras vieux, tu étendras tes mains, et un autre te ceindra, et te mèneras où tu ne voudras pas. Jean 21:18

 

 

 

Vers la suppression du droit de grève par l’Union européenne ? 

 

 

Ce dont rêvent, de moins en moins discrètement, beaucoup de membres du gouvernement, le PDG de Ryanair le réclame directement à la puissance occupante, la Commission européenne, sans mâcher ses mots. Il exige de voir réformer les services de contrôle aérien (entre autres) ainsi :

 
>>>   retirer le "droit de grève" pour les services essentiels tels que les services de contrôle aérien,

 

>>>   licencier le personnel des services de contrôle aérien qui participe à des grèves illégales (de la même manière que Ronald Reagan a limogé et remplacé le personnel des services de contrôle aérien aux États-Unis dans les années 1980),

 

>>>   déréglementer les services nationaux de contrôle aérien en Europe pour permettre au personnel non-gréviste de garder le ciel ouvert en Belgique, France et en Espagne tandis que leur personnel surpayé et laxiste se met en grève, encore et encore.

 

>>>   réformer la législation EU261 sur les droits des passagers pour soulager les compagnies aériennes des compensations et obligations dans des cas de force majeure qui sont clairement indépendants du contrôle des compagnies aériennes." 

Les arguments du patron de Ryanair : 

"Il est temps que le « droit de grève » au sein des services de contrôle aérien soit supprimé de même qu’il l’est pour d’autres services essentiels comme la police et les pompiers. Si ces gens ne veulent pas travailler, alors il suffit de les remplacer par des contrôleurs militaires ou autres qui souhaitent travailler.

 

La Commission européenne doit agir maintenant pour mettre fin à ce chaos des services de contrôle aérien. Combien de fois encore les compagnies aériennes européennes et leurs passagers seront perturbés par des fermetures inutiles de l’espace aérien, des grèves et ralentissement du travail avant que la Commission Européenne prenne finalement des mesures ?

 

 

 

 

Les grévistes français des services de contrôle aérien sont l’équivalent moderne de bandits de grand chemin. Ils ne se soucient pas des consommateurs, ils ne se soucient pas des passagers, ils se mettent sans cesse en grève car ils savent qu’ils ont le pouvoir de fermer le ciel européen et de tenir les gouvernements de l’UE et les passagers en otage.

 

Il est ridicule que les services de contrôle aérien belges, français et espagnols soient autorisés à plusieurs reprises de faire grève sans aucune pénalité financière, tandis que les compagnies aériennes soient tenues par des obligations et règles de compensations pour les passagers et absorbent les coûts de ces perturbations inutiles."

Et de sérieux atouts

Contrairement aux peuples qui n’ont que le droit de la fermer, Michael O’Leary a de sérieux atouts pour se faire entendre de la Commission européenne :

 

>>>   il est à la tête d’une fortune estimée à plusieurs centaines de millions d’euros. 

>>>   En 2004, il a acheté une licence de taxi pour sa Mercedes-Benz afin d’utiliser les voies de bus dans Dublin.

 

>>>   Ryanair contourne le droit social belge et applique le droit irlandais.

 

>>>   Les conditions de travail de la compagnie aérienne sont déplorables.

 

>>>   Les droits syndicaux des salariés de Ryanair ne sont pas respectés, etc...

"Nous avons besoin d’une récession"

C’est ce qui ressort des propos de ce monsieur, érigé en modèle par le magazine Fortune qui l’a nommé "homme d’affaires européen de l’année" :

 

"Nous avons besoin d’une récession. Nous avons eu 10 ans de croissance. Une récession nous débarrasse des compagnies aériennes déficitaires, ce qui signifie que nous pourrons acheter des avions moins chers." Novembre 2008

 

"Dans les compagnies à bas coûts ; en classe affaires, tout sera gratuit - ce qui inclut les fellations." Conférence de presse, 2008

 

Ainsi, on comprend mieux pourquoi sont mis en œuvres de folles politiques aboutissant immanquablement à la destruction de l’économie. Ce n’est ni par incompétence, ni par hasard, c’est pour arranger les grandes et toutes petites affaires de personnages comme Michael 0’Leary.

 

 

Reproduction libre en citant le lien : Decapactu 552

 

Posté par Adriana Evangelizt

 

Publié dans LES HOMMES DE LA BÊTE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article