Video - RONY BRAUMAN - L’intervention en Libye, “un engrenage épouvantable”

Publié le par Adriana EVANGELIZT

 Excellente analyse de Rony Brauman sur la Libye. Il sait très bien comment cela va se passer. Ce qui nous fait marrer ou enrager, c'est selon, ce sont les "nunucheries" des journalistes. Soit ils font semblant d'être naïfs, soit ils le sont vraiment et c'est plus grave. Car alors, ils ne savent pas comment le monde fonctionne et en ignorent les rouages. Ecoutez la journaliste lorsqu'elle dit à Rony que la Résolution de l'ONU visait à protéger les civils, ce qui induirait que les forces armées vont le faire ! Vraiment, elle y croit ? Elle n'a pas suivi les informations venant d'Irak ou d'Afghanistan où il était question d'apporter la "démocratie" ? Elle ne sait pas que ces pays sont détruits et ruinés ? Et elle suppose qu'en Libye, cela se passera différemment, avec l'OTAN dans le théâtre ? Comment voulez-vous -avec des "journalistes" de cet acabit- que l'on soit bien informé ? Ils approuvent ceux qui commettent les crimes. Ils légitiment leurs actions parce qu'une Résolution de l'ONU aurait dit...

 

Ils n'ont pas encore compris que l'ONU ne sert qu'aux colonisateurs et envahisseurs.

 

 

 

RONY BRAUMAN - L’intervention en Libye,

 

“un engrenage épouvantable”

 

Au troisième jour de l’intervention internationale en Libye, le consensus qui entoure l’action militaire française semble être remis en cause. Dans une interview sur France-Inter (vidéo ci-dessous), Rony Brauman estime que l’”on s’engage dans un engrenage absolument épouvantable”.

 

“Ce qui me gêne dans cette opération, c’est qu’on prétend installer la démocratie et un Etat de droit avec des bombardiers (…) ; à chaque fois qu’on a essayé de le faire, non seulement on a échoué mais le remède que’on prétendait apporter était pire que le mal”, dénonce l’ancien président de Médecins sans frontières.

 

L’humanitaire cite la guerre en Afghanistan, dans laquelle les Occidendaux sont “déjà enlisés”, et l’intervention de l’ONU en Somalie en 1992 : “Des interventions destinées à prévenir des massacres, j’en ai vu d’autres, elles ont gelé la situation et les massacres qui se sont produits ultérieurement ont été pires”, affirme Rony Brauman.

 

Surtout, il s’interroge sur les buts de l’opération, “flous et inatteignables”. “A quel moment on va pouvoir dire ‘mission accomplie’ ? (…) Comme il n’y en a pas (des objectifs), ça n’arrivera pas”, poursuit Rony Brauman.

 

Interrogé sur des mesures alternatives, il soutient la diplomatie et le renseignement : “On ne va pas faire la révolution à la place des Libyens, nous ne sommes pas Dieu, nous ne sommes pas tout-puissants”, conclut-il.

 

Sources BigBrowser Blog le Monde

 

Posté par Adriana Evangelizt  

Commenter cet article