Après 3 ans, 69% des Français jugent le bilan de Sarkozy mauvais

Publié le par Adriana EVANGELIZT

69 % des Français jugent le bilan de Sarkozy mauvais. Je serai curieuse de savoir combien sur les 69% ont voté pour lui. Ce n'est pas après qu'il faut réfléchir. C'est avant. Avons-nous assez mis en garde sur le personnage et ses accointances. A quoi fallait-il s'attendre ? Dis moi qui tu fréquentes et je te dirai qui tu es. Ceci n'est pas pour critiquer les fréquentations de Sarkozy. Il fréquente qui il veut.  Mais cela donnait une idée de ce que la France allait devenir sous sa férule. Il n'a rien de l'abbé Pierre. Bien au contraire. Je ne pense pas que si le cher Abbé avait été élu, il se serait octroyé 10 000 euros de bonus. Et si j'en parle souvent, c'est que cela m'a fortement choquée. Fortement. Je me suis même sentie douloureusement blessée au nom de tous les français qui crèvent la dalle. J'ai imaginé ce qu'ils avaient pu penser et ressentir. Comme ça, tout de go, le plus naturellement du monde, peu de jours après son élection, une des premières mesures qu'il prend, c'est pour sa pomme. Mais d'un autre côté, il refusait l'augmentation du Smic. Vous savez, pour se comporter de la sorte lorsqu'on est à la tête d'un pays, cela n'augure rien de bon. Il faut même avoir un certain degré de sans-gêne. Et je le dis comme je le pense au nom de ma Conscience. Parce qu'on ne peut pas dire Amen à toutes les dérives et penser que l'on est sur la bonne voie.

 

On ne bâtit pas un monde de Paix et de Justice en faisant exactement le contraire de ce qui est tolérable. Au nom justement de la Tolérance. Frères et Soeurs... nous avons trop toléré. Beaucoup trop. Si la Tolérance, c'est permettre tous les abus, alors nous ne vivons pas dans une société Eclairée. Nous vivons dans un cloaque qui devient irrespirable. C'est le constat qu'il faut faire aujourd'hui. Nous n'avons plus de laine mais on nous tond quand même. Les vaches n'ont plus de lait mais on les trait malgré tout. Jusqu'à quand ? Il faut appeler un chat un chat. Poser des yeux lucides sur les pratiques des politiques aujourd'hui. La politique, c'est un marché juteux. Qu'ils soient de droite, de gauche, du milieu ou d'ailleurs, vous pouvez tous ou presque les mettre dans le même panier. Et ceci, dans tous les pays du monde.

 

J'appelle ça une agression perpétuelle. Par leur conduite, ces gens-là nous heurtent. Ils font germer la colère et la haine. Un ras-le-bol planétaire s'est installé. Plus rien ne nous convient de ce qu'ils nous offrent. Si l'on peut dire qu'ils offrent car ils prennent surtout. Et ils promettent. Ils promettent pour qu'on les porte au pinacle. Et une fois qu'ils y sont, quels sont les résultats ? Anne, ma soeur Anne... ne vois-tu rien venir... c'est la même chose. Ceux qui croient encore au Père Noël vont devoir se réveiller bientôt. Avant qu'il ne soit trop tard. Là nous sommes au seuil de la Bérézina...

 

 

 

  

 

 

 

 

Après 3 ans, 69% des Français jugent le bilan de Sarkozy mauvais

 

 

 

 

69% des Français jugent mauvais le bilan de Nicolas Sarkozy au bout de trois ans à la présidence de la République, selon un sondage BVA pour la "Matinale" de Canal + diffusé jeudi matin.

 

Sur les 69% d'opinions négatives, 33% des sondés trouvent le bilan "très mauvais" et 36% "assez mauvais", tandis que 29% des personnes interrogées le trouvent "assez bon", et 2% "très bon".

 

Dans le détail, les Français sont les plus sévères sur le domaine du pouvoir d'achat, jugeant la politique menée par Nicolas Sarkozy depuis trois ans de "plutôt mauvaise" à 87%, contre 12% de "plutôt bonne".

 

Les sondés qualifient également cette politique de "plutôt mauvaise" en matière de réduction des inégalités (85%), de lutte contre le chômage (81%) ou de lutte contre l'insécurité (62%), le jugement le moins sévère étant celui sur l'environnement (55%).

 

Sur la moyenne de dix domaines testés, les personnes interrogées estiment à 31% que le PS ferait "mieux", à 49% qu'il ne ferait "ni mieux ni moins bien", et à 20% qu'il ferait "moins bien".

 

Enquête réalisée les 4 et 5 mai par internet auprès d'un échantillon de 1.047 personnes, représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus, selon la méthode des quotas.

 

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Commenter cet article