Manifestations en Jordanie contre la hausse des prix

Publié le par Adriana EVANGELIZT

On dit jamais deux sans trois : Algérie, Tunisie, Jordanie. Qui sera le quatrième ?

 

 

 

Manifestations en Jordanie contre la hausse des prix

 

 

Des milliers de manifestants ont exprimé leur colère à Amman et dans d’autres villes, contre l’incapacité du gouvernement à contenir les prix et la pauvreté.

 

 

(JPG)
Les manifestants ont déclaré qu’un plan [gouvernemental] de 169 millions de dollars pour créer des emplois et réduire les prix des produits de base n’était pas suffisant [Reuters].
 

Des milliers de Jordaniens sont descendus dans les rues de la capitale Amman et dans d’autres villes pour protester contre la hausse des prix, le chômage et la pauvreté.

 

Les manifestants demandent au gouvernement dirigé par Samir Rifai, le Premier ministre, de démissionner.

 

Les manifestants dans le centre de Amman, dont des syndicalistes et des membres des partis de gauche, brandissaient des drapeaux nationaux et scandaient des slogans anti-gouvernementaux.

 

Ils ont traité Rifai de « lâche » et ont exigé sa démission.

 

« Les prix, en particulier de l’essence et des aliments, sont hors de tout contrôle, » a déclaré Buthaina Iftial, une fonctionnaire civile âgée de 24 ans.

 

« Nous sommes de plus en plus pauvres chaque jour, » dit-elle, avec une affiche représentant un morceau de pain plat arabe.

 

La police et des policiers en civil ont encerclé les protestataires pour contenir les manifestations. Il n’y a pas eu d’arrestations ni de violence.

 

« Famine et colère »

 

« La Jordanie n’est pas seulement pour les riches. Le pain est une ligne rouge. Méfiez-vous de notre faim et de notre fureur », disait l’une des banderoles brandies après la prière de midi, au milieu d’une forte présence policière.

 

« A bas le gouvernement Rifai. Soyez unis car le gouvernement veut manger votre chair. Le prix du carburant grimpe pour remplir vos poches avec des millions », scandaient les manifestants alors qu’ils marchaient dans Amman.

 

Des manifestations similaires ont eu lieu dans les villes de Maan, Karak, Salt et Irbid, ainsi que dans d’autres parties du pays.

 

« Nous sommes là pour protester contre la politique du gouvernement, les prix élevés et les taxes en série qui ont poussé à la révolte le peuple jordanien », a déclaré Tawfiq al-Batoush, un ancien responsable de la municipalité de Karak, à l’agence de nouvelles Reuters lors d’une manifestation à l’extérieur de la mosquée Al Omari.

 

Les manifestations de ce vendredi surviennent alors que des protestations similaires ont lieu en Algérie et en Tunisie.

 

Mardi, le gouvernement jordanien a annoncé un plan de 169 M de dollars pour réduire le prix des produits de base, dont le carburant, le sucre et le riz, et pour créer des emplois face à la montée du mécontentement populaire.

 

Les manifestants disent que ces mesures ne suffisent pas, et se plaignent de la montée du chômage et la pauvreté. L’inflation a atteint un niveau de 6,1% par an le mois dernier.

 

Les Frères musulmans, le bras politique du Front d’action islamique (FAI), et les 14 syndicats du pays disent qu’ils vont organiser un sit-in devant le parlement, dimanche, pour « dénoncer la politique économique du gouvernement ».

 

« Nous exigeons une solution à ce problème pour éviter des répercussions négatives par le biais des politiques de réforme, et [nous voulons] de véritables et transparentes réformes économiques et politiques », disent les syndicats dans un communiqué.

 

Le déficit budgétaire de la Jordanie a atteint un niveau record 2 milliards de dollars en 2009, 9% du PIB ; les finances publiques ont été mis à rude épreuve après la récession mondiale. Le déficit devrait se réduire à 5% du PIB cette année, par des réductions de dépenses douloureuses.

 

Le royaume a connu des troubles civiques dans le passé à cause de la hausse des prix du carburant et les tentatives de supprimer les subventions du pain. Le gouvernement a déjà alloué 170 millions de dinars du budget de 2011 pour subventionner le pain, dont dépend l’alimentation de nombreux pauvres dans ce pays de 7 millions de personnes, ont indiqué des responsables.

 

Sources Info Palestine

 

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans REVOLUTION DES PEUPLES

Commenter cet article