Policiers tués: l'Egypte proteste auprès d'Israël, demande une enquête

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Au total, six policiers Egyptiens auraient été assassinés.

 

 

 

Policiers tués: l'Egypte proteste auprès d'Israël,

 

demande une enquête

 

 

 

LE CAIRE — L'Egypte a officiellement protesté vendredi auprès d'Israël après la mort de trois de ses policiers à la frontière avec l'Etat hébreu, demandant une enquête sur ces violences.

 

"L'Egypte a officiellement protesté auprès d'Israël et demandé une enquête urgente pour établir les causes et les circonstances (...) de ces pertes", a indiqué l'agence officielle Mena.

 

"Les forces armées font une évaluation globale des derniers évènements qui se sont produits dans le Sinaï aux frontières est de l'Egypte, et réagiront de la manière adéquate aussitôt terminée l'enquête sur ce qui s'est passé", a indiqué l'armée dans un communiqué.

 

Trois membres des forces de l'ordre ont été tués jeudi et sept blessés près de la frontière avec l'Etat hébreu, au moment où Israël pourchassait des hommes armés soupçonnés d'avoir déclenché des attaques meurtrières sur son sol, selon un haut responsable militaire cité par les médias officiels.

 

"Le sang de l'Egyptien est trop cher pour être versé sans réponse", a réagi le Premier ministre égyptien Essam Charaf dans un message publié sur sa page officielle sur Facebook.

 

"Notre glorieuse révolution a eu lieu pour que l'Egyptien puisse regagner sa dignité à l'intérieur comme à l'extérieur, et ce qui était accepté dans l'Egypte d'avant la révolution ne le sera plus dans l'Egypte d'après la révolution", a-t-il ajouté.

 

M. Charaf a évoqué vendredi soir "l'évolution de la situation sécuritaire dans le Sinaï" avec, notamment, les ministres de l'Intérieur et des Affaires étrangères ainsi qu'un représentant du Conseil suprême des forces armées et des services de renseignement, a indiqué la Mena sans plus de détails.

 

Le Parquet d'Al-Arich a commencé à enquêter sur les violences survenues du côté égyptien de la frontière.

 

Des informations contradictoires ont circulé sur les circonstances du décès des trois policiers.

 

Selon un responsable militaire cité par la Mena, ils ont été tués par une roquette tirée par un hélicoptère de combat israélien qui visait des activistes en fuite à la frontière israélo-égyptienne, après les attaques sur le sol israélien.

 

Mais le quotidien égyptien Al-Ahram, citant un haut responsable militaire, a affirmé que les trois policiers avaient été tués par des hommes armés tentant d'entrer en Egypte depuis Israël.

 

Des bilans différents ont également été donnés sur les policiers égyptiens tués. Des sources de sécurité ont ainsi fait état de six policiers en tout tués jeudi et vendredi, le dernier dans un échange de tirs avec des hommes armés inconnus à la frontière avec Israël.

 

Une source militaire a indiqué que le chef d'état-major égyptien, Sami Anan, s'était rendu dans la péninsule du Sinaï pour "passer les troupes en revue et leur remonter le moral". Une autre source militaire a dit qu'il présidait une commission chargée d'enquêter sur la mort des policiers.

 

Toutefois, un responsable cité par la Mena a déclaré qu'il ne s'était pas rendu dans la région frontalière entre l'Egypte et Israël.

 

Enfin, le point de passage d'al-Oja, entre l'Egypte et Israël, a été fermé "en raison des évènements" de jeudi "jusqu'à nouvel ordre", selon l'agence. Ce terminal sert au au passage de marchandises entre l'Egypte et Israël.

 

Amr Moussa, l'ancien patron de la Ligue arabe et candidat le plus en vue à la future présidentielle, a réclamé "une réaction" de l'Egypte, en affirmant que "toutes les parties, y compris Israël, doivent être mises en garde contre le fait de nuire aux soldats égyptiens".

 

"Les sionistes (les Israéliens, ndlr) doivent se rendre compte que le sang égyptien a maintenant un prix", a de son côté affirmé Saad al-Katatni, du Parti de la Liberté et de la Justice (issu des Frères musulmans), dans des déclarations publiées sur le site du quotidien Al-Chourouq.

 

Sources Romandie

 

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans LES HOMMES DE LA BÊTE

Commenter cet article