Au sujet du document de Pétain sur les juifs

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Encore un truc sorti de derrière les fagots, après Ben Laden, un document qui accablerait Pétain, un "document établissant le rôle déterminant de Pétain et son profond antisémitisme", selon Serge Klarsfeld, voir une partie du document ICI.

 

Hormis que l'on vienne encore nous bassiner avec la France Pétainiste, plusieurs choses nous interpellent. Ce document aurait été "récemment découvert" et "authentifié", et remis récemment au Mémorial de la Shoah par un "donateur anonyme".

 

Serait-on en train de nous dire qu'un document des "Archives Nationales Françaises" aurait été sorti de son endroit par on ne sait qui pour atterrir ailleurs ? Car d'où sort ce papier ? Où l'a-t-on découvert ? Si ce n'est dans nos archives historiques ? Alors là, déjà, il y a quelque chose qui cloche. De quel droit prend-on des documents qui font partie de l'Histoire de France ou de ses personnages bons ou mauvais pour en faire ce que bon nous semble ?

 

Quand on dit que l'infiltration est maximale, on sait de quoi on parle. Car ce n'est certainement pas n'importe qui qui a pu s'emparer de ce document. Il fallait être dans la place. Et qui y était pour s'emparer de la chose ? Là, il faut un nom. Le "donateur" anonyme doit faire ses présentations. Et qu'il explique en quoi il est "donateur" de quelque chose qui ne lui appartient pas mais appartient au Patrimoine Français. A l'Histoire de France.

 

Croyez-le, ça fouille partout, ça cherche. Pour encore et toujours salir la France. Ils oublient que la France est le premier pays à avoir donné l'émancipation aux juifs, avec Napoléon. Ce qui fait que nos aïeux, parents et grands-parents purent avoir accès à l'égalité des droits civiques, la liberté de circulation et furent intégrés à la Nation. Mais ça, c'est bien moins important que de parler de Pétain. 

Et que dire de Dreyfus ? Par qui fut-il sauvé ? Nous laissons la parole à Mr Alexandre Herlenger dans la Revue juive de janvier 1936 où il écrit, pourtant juif lui-même :

 

"S'il n'avait tenu qu'aux Juifs, Dreyfus serait encore à l'île du Diable. Son frère excepté, puis Bernard Lazare, les premiers défenseurs de Dreyfus, et les plus ardents, et les plus généreux, ne furent pas des Juifs. Ceux-ci n'intervirent guère, et surtout ils n'intervinrent en masse qu'après la vraie bataille, quand la cause de Dreyfus était à peu près gagnée et la leur fort compromise. Il n'y a pas longtemps encore qu'un riche Juif me disait : "Comprenez-vous ce Zola ? Comment peut-on s'exposer ainsi pour un monsieur qu'on ne connait pas !"

 

Nous avons toute une série d'archives sionistes depuis peu dont les premières datent de 1845 et nous allons nous aussi fouiller. Déjà, ce papier de Pétain, dont on nous dit qu'il a été biffé au crayon à papier, par qui a-t-il été authentifié ? On lit :

 

"La cinquième feuille du projet indique le lieu de sa rédaction et la fonction de ses rédacteurs : "fait à Vichy, par le maréchal de France, chef de l'Etat, le vice-président du Conseil" et huit autres ministres. Il n'y a ni date, ni noms, ni signatures."

 

S'il n'y a ni date, ni noms, ni signatures, comment peut-on dire que Pétain en est l'architecte ? Est-ce que n'importe qui ne peut pas avoir rayé certaines phrases au crayon à papier ? 

 

Non point que nous défendions Pétain, nos parents et grands-parents entrés dans la Résistance étaient considérés comme "terroristes" par son gouvernement. Mais peut-on sincèrement penser que sous l'Occupation, le maréchal avait les mains libres ? N'était-il pas une sorte de Maliki -en Irak- dont on sait très bien qu'il était obligé de signer tout ce que l'Occupant lui présentait ?

  

D'autre part, Emmanuel Todd, d'ascendance judaïque lui-même, n'a-t-il pas spécifié que la France est le pays où les juifs ont été le moins persécuté ?

 

Ah vous voulez parler de Pétain, parlons-en ! Et si on commençait par les juifs qui ont collaboré avec Pétain ? De l'UGIF, par exemple, qui possédait la liste des "indésirables" et notamment celle des enfants de Lizieu ? Lire aussi ICI tout ce que fit l'UGIF pour que les enfants n'aillent pas dans des familles non-juives, ce qui les mena où l'on sait.

 

Pour ceux qui ne connaîtraient pas les deux tomes de Maurice Rajsfus Des Juifs dans la collaboration

 

Un extrait de critique de son livre :

 

 "...toutefois il (Maurice Rajsfus) démontre avec suffisamment de preuves à l'appui, qu'une partie de la "bonne bourgeoisie juive", notamment celle de plus ou moins ancienne origine française, été quelque peu vichyste en 1940-42, qu'elle a d'abord cru que sa fidélité à la France la préserverait du sort réservé aux "métèques" (C'est ainsi que les bons bourgeois juifs français nommaient les juifs des pays de l'Est -précisé par nous-) de l'Europe de Est. Mais pire encore, certains notables au début avec une totale inconscience probablement, ensuite en croyant sauver ainsi leurs proches et eux-mêmes, se sont engagés sur la pente de la collaboration qui pour être en grande partie bureaucratique, n'en a pas moins facilité la tâche des nazis préparant le repérage et le rabattage des Juifs en vue de la déportation, sans mettre pour autant abri les bureaucrates autoritaires et paternalistes de U.G.I.F." La suite ICI.

 

Cependant, il ne faut pas croire que d'autres Juifs, résistants pour leur Patrie Française ceux-là, n'étaient pas au courant de la trahison de cet organe vichyste. Ils l'ont fait savoir au travers de diverses publications résistantes dont voici quelques extraits :

 

 Extrait de Notre voix. Organe du Rassemblement des Juifs contre le fascisme oppresseur.

 

Numéro du ler juin 1943.



L'UGIF, FILIALE DE LA GESTAPO



"  A Lyon, un Juif a demandé un secours à l'UGIF or on a exigé qu'il présente sa carte d'identité. Comme elle ne portait pas le tampon " juif ", l'UGIF refusa le secours. A Marseille, la Gestapo a exigé de l'UGIF la liste des Juifs assistés. Cette organisation a répondu qu'il n'y avait pas de liste mais que les personnes qu'elle aide allaient se présenter tel jour. Et quand les malheureux arrivèrent, la Gestapo était là pour les déporter. Nous avions déjà mis en garde contre les traîtres de l'UGIF quand ils avaient, à Paris, livré des enfants aux Boches. Les faits rapportés plus haut indiquent à tous les Juifs qu'ils doivent considérer l'UGIF comme une filiale de la Gestapo. Les traîtres seront démasqués. Leur châtiment se prépare. "



ou encore dans un autre extrait pour démontrer l'imposture de cet organe collaborateur qui recevait beaucoup d'argent de diverses organisations juives ainsi que du gouvernement vichyste mais qui avait encore le toupet de demander aux pauvres juifs harcelés "leurs contributions volontaires"...

 

 Extrait de Notre voix. Organe du Rassemblement des Juifs contre le fascisme oppresseur.

 

Numéro du 20 juin 1943.



PAS UN SOU POUR LES TRAITRES DE L'UGIF!



" L'entreprise de mouchardage et de spoliation créée par la Gestapo a besoin d'argent et, comble d'audace, elle impose une contribution à ses victimes dont les contributions volontaires sont insuffisantes et pour cause. L'UGIF ne se contente plus de la part que les Boches lui versent sur les spoliations qu'ils réalisent. Il lui faut davantage. Et cela soit-disant pour secourir les Juifs déshérités. D'abord, les Juifs n'auraient pas besoin de ces prétendus secours si on ne leur avait pas volé leurs biens et si on les laissait travailler librement. Et d'autre part, chacun sait comment l'UGIF secourt les malheureux. Comme à Paris où elle livre à la Gestapo, pour être déportés, les enfants qui lui avaient été confiés ; à Marseille, où les Juifs qui se présentent pour toucher un secours sont aussitôt embarqués par la Gestapo prévenue par cette organisation de traîtres ; à Lyon, où l'UGIF exige que la carte d'identité porte la mention " juif ". La solidarité, les Juifs la pratiquent mais entre eux, à l'exclusion des traîtres qui veulent une fois de plus mériter le salaire que leur alloue leurs maîtres de Vichy et de Berlin en organisant un nouveau recensement des Juifs. Car c'est à cela que tend également la nouvelle contribution. En dehors des sommes qu'elle rapporterait elle permettrait aussi de connaître les nouvelles résidences et de mieux livrer les Juifs à leurs bourreaux.

 

BOYCOTTONS CE NOUVEAU RECENSEMENT DEGUISE. PAS UN SOU POUR L'UGIF... "

 

 Il est bien évident que les têtes de cet organe sont tombées dès que les allemands n'ont plus eu besoin d'eux. Et que le vice-président Mr André Baur s'est retrouvé à Drancy "en otage" car un de ses cousins venait de s'évader du camp. Sa libération dépendait donc du retour de ce cousin. Le 2 août, il écrivit une lettre au Garde des Sceaux dont voici la teneur :

 

" Monsieur le ministre,

 

J'ai l'honneur de vous exposer ce qui suit Les Autorités allemandes ont prononcé mon internement du fait que mon cousin, M. Ducas Adolphe, demeurant auparavant à Marseille et qui était interné au camp de Drancy s'est évadé de ce camp le 21 juillet dernier. Lesdites Autorités m'ont fait savoir que mon internement serait prolongé aussi longtemps que M. Ducas ne se serait pas présenté. Elles m'informent que M. Ducas serait actuellement en Suisse et elles m'autorisent à faire toute démarche nécessaire en vue de son extradition et à sa remise éventuelle entre les mains de la police allemande. Je vous prie donc, Monsieur le ministre, de bien vouloir, pour me permettre de reprendre en toute liberté mes fonctions à la tête de l'établissement public que je préside, demander aux autorités helvétiques l'extradition de M. Adolphe Ducas. En vous remerciant de votre bienveillante compréhension pour la teneur de cette lettre, je vous prie d'agréer, Monsieur le ministre, l'assurance de ma haute considération.

 

André BAUR, matricule 3400. Camp de Drancy. "

 

 

 On apprécie à juste titre la teneur de cette demande. Elle est hautement significative de la mentalité de Baur qui demande juste à ce qu'on livre à l'ennemi un cousin juif. Mais qu'à cela ne tienne, si le cousin Ducas fut sauvé, c'est bien aux Français qu'il le doit. Le ministre de la justice, garde des Sceaux, se désintéressa totalement de cette affaire et, après avoir gardé sous le coude pendant un mois la lettre d'André Baur, il écrit au Commissaire général aux Questions juives le 4 septembre 1943 :

 

" Par dépêche du 5 août 1943, vous avez bien voulu me communiquer la lettre ci-jointe de M. Baur vice-président de l'UGIF qui désire que soit demandée au gouvernement helvétique l'extradition du sieur Ducas, réfugié en Suisse après s'être évadé du camp d'internés de Drancy. J'ai l'honneur de vous faire connaître que le camp de Drancy n'étant plus sous le contrôle des Autorités françaises, l'évasion commise n'est pas punissable au regard de la loi française. En conséquence, l'extradition de Ducas ne saurait être demandée par le gouvernement français... "

(CDJC-XXVIII, 200).

 

Belle façon d'exprimer une évidence : l'UGIF, c'est l'affaire des nazis ! Il est bien écrit que l'extradition de Ducas ne saurait être demandée PAR LE GOUVERNEMENT FRANCAIS. Est-ce que cela n'inclut pas aussi Pétain ?

 

L'affaire UGIF et BAUR en détail ICI.

 

Lire ICI comment certains membres de la LICRA appelée autrefois la LICA avaient basculé dans la collaboration.

 

Nous passerons bien sûr sous silence tout ce que l'Elite sioniste ne fit pas pour les juifs, ceci est relaté dans les cinq videos ICI.

 

 

Le document qui incriminerait encore davantage Pétain.



Posté par Adriana Evangelizt

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Adriana EVANGELIZT 05/10/2010 14:39



A Nono...


Vous parlez de quoi au juste, là ? Je ne saisis pas.



Nono 05/10/2010 12:06



Et bientôt on dira que les juifs n'ont pas été ségrégués et pourchassés en 38, que tout le monde a été gentil avec eux (pas de pogrome, pas d'interdiction de métier ou d'administration, pas
de ghetto, pas de déportation, pas d'élimination, ou alors que c'était forcément justifié et que les nazis savait pourquoi), que Prescott Bush n'a pas armé Hitler ni monté Auschwitz. Bref, vous
êtes de bons gros négationniste, de bons gros gogos des sionistes qui agissez exactement comme ils veulent. C'est effroyable d'avoir des raisonnements et attitudes aussi débiles et formatées, de
vous vous enflammiez dans la connerie la plus négationniste dès que le juif est le sujet (et les auteurs des textes aussi, dont aucun n'a de source). Vous verrez qu'un jour vous allez faire en
sorte de réhabiliter le nazisme, d'indiquer, notamment aux musulmans, la voie du nazisme (et de l'antisémitisme que vous ne voyez pas encore mais qui se développe très rapidement sous
sa forme la plus idiote et médiatiquement réactionnelle, une vraie schizophrénie à la sortie pour ceux qui passent leur temps à réagir compulsivement à l'actualité et aux infos des médias) et que
le martyr des juifs par vous et maîtrisé par les sionistes passés et actuels va perdurer encore longtemps. Quand vous direz que Prescott Bush est un point de détail de la montée et de
l'armement du nazisme, de l'antisémitisme, de la ségrégation et de la shoah sur Aushwitz (qui n'aurait donc que peu existé), alors vous serez devenus vos propres ennemis et ferez plaisir aux Bush
et aux Sarkozy qui n'attendent que ça (pour de multiples raisons, notamment fuir les responsabilités de leurs crimes et les éloigner de la conscience du public). C'est en marche et plus que
jamais. Vous formez des néo-nazis et devriez aller voir quelles sont vos conséquences, quel négationnisme vous avez créé (même chez des juifs), quelle défense grotesque et fourbe pour les crimes
des nazis et des Bush en 1940 vous avez inventé et mis en place. Si on ne condamne toujours pas les Bush Walker pour avoir participé à des crimes perpétrés en et contre les nations d'Europe ou
contre les juifs, c'est aussi de votre faute car vous êtes l'artisan de la pensée dévoyée (toujours prêt à gueuler en fonction des médias quand on entend "juif", de vrais automates, le stimulus
bien facile qui s'est formé et encré et qui est à pleurer tant il est artificiel et réactionnel, créé et rendu automatique à force de média) et le meilleur ouvrier inconscient de la défense des
sionistes, nazis et autres criminels des 2 derniers siècles, qui leur permettez en plus de se positionner comme ils veulent avec les réactions primaires qu'ils attendent exactement de vous et que
vous avez automatiquement. Continuez comme ça, vous irez à la perte générale et donnez votre âme au Diable. Ou alors prenez une once de recul avant de réagir comme ils l'attendent, cassez ce
cercle où vous ne voyez plus comment vous êtes manipulés à souhait et ce que ça forme comme situation toute prête (voyez simplement ce qui se développe chez les musulmans, rien que chez
Ahmadinejad, le premier à dire que Prescott Bush ou George Walker n'a rien à se reprocher sur Auschwitz ou dans le nazisme, aucun crime, car pas de Shoah, aucune mauvaise intention, le crétin
parfait, le gogo des sionistes par excellence). En attendant, c'est très mauvais et votre "travail" est très mauvais, il est malsain et vous ne le maîtrisez pas du tout.