Livraison d'armes au Liban et menaces terroristes en France

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Le Parlement français a approuvé la fourniture d'armes à l'armée libanaise alors que les dirigeants israéliens, les lobbies -qui n'existent pas- de France, de Navarre et des Etats-Unis n'ont cessé de s'immiscer tant dans notre pays qu'en Russie -pour la livraison en Syrie-, afin que cessent ces transactions. Paris a rejeté voilà quelques temps la demande israélienne. Il est même précisé dans cet article que "des milieux proches du Quai d'Orsay et de l'Elysée s'attendent à une réaction israélienne à la réponse française". Nous nous y attendions nous aussi d'ailleurs car cela fait un petit moment que dure ce manège. Mais comme nous observons depuis de longues années les protagonistes et leurs méthodes de rétorsion pour tous ceux qui ne se conforment pas à leurs diktats, la première chose à laquelle nous avons pensé, c'est justement à "l'attentat terroriste". La grande mode. Nous vivons dans un siècle très dangereux. Le Droit par la Force, n'oubliez pas...

 

Déjà, la mort de l'otage français Germaneau nous a semblé très suspecte. Surtout la façon dont s'est opérée sa pseudo "délivrance". Depuis quand, effectivement, lance-t-on un raid pour sauver la vie d'un otage quand on sait que celle-ci ne tient qu'à un fil ? Ne pourrait-on pas penser que l'on ait lancé cette "opération sauvage" parce qu'en haut lieu ON savait que Germaneau était déjà mort ? En tout cas, cette méthode coup de poing laisse fortement à penser qu'ON s'est conduit comme si l'on avait voulu qu'il soit assassiné. Et pourquoi cela ? Si ce n'est pour camoufler autre chose ? Mais ce qu'il faut quand même retenir c'est qu'il était prisonnier de la nébuleuse AQMI -soit-disant affiliée à l'autre méga-nébuleuse Al Qaïda trépassée- qui, apparemment, en veut beaucoup aux français.

 

A ce point précis, il faut récapituler.  Le 11 septembre -notez la date symbolique- Squarcini nous annonçait que "la menace d'un attentat en France n'a jamais été aussi grande" en invoquant un suspect cueilli à Gaza, rapatrié en France pour y être interrogé parce qu'il voulait perpétrer un attentat contre les forces d'occupation sionistes qui donnaient un gala en France. Déjà là, le scénario que l'on nous a servi est assez copieux. Et pour nous le servir, faut-il qu'ils nous prennent pour des caves ! Faut-il. Faut-il surtout que les sionistes aient bien mijoté leur coup foireux. Car à partir de l'annonce du 11 septembre, dites-vous bien que tout ce qui allait suivre était déjà bien préparé pour aller dans le sens de Squarcini et de ceux qu'ils couvrent.

 

Trois jours plus tard, soit le 14 septembre, on apprend qu'il y a eu une alerte à la bombe à la Tour Eiffel. L'annonce a été fait par la société qui gère le monument et nous vous avons annoncé qu'elle était israélienne. Avouez que le hasard fait "curieusement" les choses. Le 11, il est question d'Israël, et, indirectement, le 14 aussi.

 

Mais ne perdons pas de temps, battons le fer tant qu'il est chaud. Deux jours après la Tour Eiffel, soit le 16, 7 otages sont enlevés au Niger dont 5 Français. Nous assistons là à quelque chose de soigneusement planifié. Ont-ils aussi prévu un vrai attentat à la bombe sur notre territoire pour mettre la pression sur Sarkozy et le faire rétropédaler dans la livraison d'armement au Liban ? C'est la question que nous nous posons avec d'autres. Car nul doute qu'au sommet, ils doivent savoir des choses. Et là, Sarkozy doit aussi comprendre qu'il existe des amitiés dangereuses. Nous avions anticipé dans cet article que s'il ne se conformait pas aux diktats, il y aurait sanction. Nous y sommes. Parce qu'on peut nous raconter ce que l'on veut sur l'AQMI, cette organisation est loin d'être nette par rapport à sa proximité avec certains services secrets comme vous pourrez le lire ICI. Car il est un fait que les communiqués qui nous parviennent de "ces terroristes" émanent d'une agence -SITE pour ne pas la nommer- qui, comme par hasard, a encore un grand rapport avec Israel. Comme dirait Bigard... tout cela est très troublant...

 

 

 

 

« le Parlement français a approuvé la fourniture

 

 de l'armée libanaise en armes »

 

 

 Le  ministre de la Défense Elias Murr a rencontré une délégation du sénat français présidée par le chef du comité de l'amitié libano-française le sénateur Adrien Goutron, en présence de l'ambassadeur de France Denis Pietton.


Goutron   a assuré que le Parlement français avait approuvé l'approvisionnement de l'armée libanaise en armes.
 
Murr a discuté avec la délégation de nombreuses affaires relatives au ministère de la défense, ainsi que des relations profondes qui relient la France au Liban. Ils ont également abordé des dossiers d'importance commune pour les deux pays, ainsi que le sujet de l'équipement de l'armée libanaise.

Goutron a assuré au ministre Murr que la France soutenait la stabilité au Liban .

 

 http://www.almanar.com.lb

Posté par Adriana Evangelizt

 

 

Commenter cet article